• Home »
  • Manga »
  • On a lu… Assassin’s Creed Awakening (T.1) de Takashi Yano et Kenzi Oiwa
On a lu… Assassin’s Creed Awakening (T.1) de Takashi Yano et Kenzi Oiwa

On a lu… Assassin’s Creed Awakening (T.1) de Takashi Yano et Kenzi Oiwa

Note de l'auteur

le-manga-tire-de-assassin-s-creed-iv-arriveC’était inévitable, la saga vidéo-ludique d’Ubisoft, Assassin’s Creed, se voit adaptée de toutes parts. Avant de voir la version «made in Hollywood», on peut déjà lire le premier tome de l’une de ses versions manga qui vient de débarquer en France, chez le très prolifique éditeur Ki-oon. Basé sur le quatrième opus de la saga intitulée Black Flag, Assassin’s Creed Awakening joue donc la carte de la piraterie. Luffy et toute sa bande ont-ils de quoi à s’en faire ? Très franchement, pour le moment, pas du tout !

 

Pour commencer, signalons qu’il n’est pas franchement nécessaire d’être fan hardcore du jeu pour se lancer dans la lecture. Ceci étant dit, on ne peut s’empêcher d’avoir quelques a priori quant à la légitimité d’une telle adaptation. Que ce soit au ciné ou en BD, les tentatives d’adaptation de jeux-vidéos, à quelques exceptions près, ont surtout été de bonnes excuses pour engendrer des dollars, des euros, des yens, bref de la thune, beaucoup de thune… C’est donc avec un œil plutôt circonspect que l’on aborde ce premier tome de AS Awakening. D’un point de vue de l’édition, comme toujours, Ki-oon fait un travail très propre et présente un tome de qualité. Mais, bien que ces derniers temps, l’éditeur ait proposé des titres originaux et de qualité (Dimension W, Lucika Lucika), ici on reste plus dubitatif. Commençons par le concept général qui est pour le moins surprenant. Alors qu’on s’attend à rentrer en immersion totale dans un monde où le rhum coule à flot et où les filles de joie côtoient les assassins, on se retrouve finalement à voyager entre deux époques. D’un côté, le présent du récit, vraisemblablement en avance sur notre présent réel, et de l’autre, l’ère des pirates. Un étrange mélange de S.F. (croisement un peu grotesque entre Inception et The Cell) et de film de genre, qui dans ce premier tome, a du mal à pleinement exister. On aurait clairement préféré une histoire de pirates bien ficelée avec de réels enjeux. Au lieu de ça, cet univers n’est utilisé que comme un prétexte à une autre intrigue futuriste, pour le moment, peu intéressante.

 

Au niveau de l’intrigue, à proprement parler, pas besoin de se prendre trop la tête. Takashi Yano, le scénariste du titre, s’occupe de tout et vous pré-mâche le travail. Non seulement sa manière de délivrer les informations est plate et trop frontale; mais en plus on a l’impression qu’il nous en dévoile un peu trop dans ce premier tome. La trame paraît cousue de fil banc dans le présent-du-futur, c’est vaguement mieux dans le passé-des-pirates, mais globalement, on cherche réellement un intérêt à cette double-narration. Pourtant, même si le créneau pirate est largement monopolisé par One Piece, il y a bien une carte à jouer. Les auteurs s’amusent à dissimuler des références à l’histoire de la piraterie et on joue, du coup, à comparer la représentation d’un même personnage dans les deux titres qui cependant ne partagent rien si ce n’est un thème et des personnages historiques. Côté dessins et découpage, ce n’est pas forcément mieux. Imprécis, grossier et parfois maladroit, le trait n’est pas toujours lisible et il est  desservi par un découpage trop souvent confus. Certaines planches demeurent cependant intéressantes grâce à un coup de crayon vif et bien senti.

 

Vous l’aurez compris, je ne suis pas franchement emballé par ce premier tome de Assassin’s Creed Awakening… Les attentes n’étaient pas très hautes mais bizarrement, on n’est pas déçu par ce qu’on redoutait. On attendra quand même le second tome afin de se faire une réelle idée mais sans trop de conviction.

Partager