On a lu… Avengers – Tome 1 de Jonathan Hickman

On a lu… Avengers – Tome 1 de Jonathan Hickman

Note de l'auteur
Avengers - tome 1

Avengers – tome 1

Longtemps gouvernés par Brian Bendis, les Avengers repartent pour de nouvelles aventures sous l’égide d’un nouvel architecte : Jonathan Hickman. Et vu que l’auteur d’East of West fait démarrer son aventure sur Mars, il était normal qu’on se penche sur son travail à l’occasion de la sortie en librairie du premier tome de la série.

 

Beaucoup de gens auraient de la peine à le croire, mais les héros les plus puissants de la Terre ne furent pas toujours le blockbuster éditorial (et désormais cinématographique) de la Marvel. Créée en 1963, l’équipe diffère rapidement de la Justice League of America de DC Comics en cela qu’elle n’est pas forcément la réunion des plus grosses pointures de la maison d’édition, mais une série où divers seconds couteaux purent être développés. Au bout de quelques aventures, les membres fondateurs de l’équipe (Hulk, Iron Man, la Guêpe, L’homme Fourmi et Thor) laissèrent ainsi la place à Captain America qui recruta Vif-Argent, la Sorcière Rouge et Oeil de Faucon tous trois considérés alors comme des vilains.

 

Roy Thomas, Steve Englehart, Roger Stern etc etc continuèrent dans cette tradition et les Avengers se positionnèrent longtemps comme la grande équipe de l’univers Marvel, composée de mastodontes ayant leurs titres solo, mais surtout de seconds couteaux qui devinrent les piliers du groupe. On pense par exemple à Oeil de faucon, la Vision, le Chevalier noir, La veuve noire, Wonder Man, Hank Pim et bien d’autres encore. Malgré ses grandes qualités (et cela de façon assez constante durant des dizaines d’années) les Avengers ne furent pas forcément un poids lourd des ventes. On s’en rend compte surtout durant les années 80 et 90 quand on les compare à l’autre grande franchise de Marvel à savoir les X-men.

 

Face aux dizaines de séries des mutants et leurs amis, les Vengeurs vivent tranquillement leurs aventures dans une ou deux séries (principalement Les Vengeurs de la Cote Ouest). Aujourd’hui pourtant on peut lire quasiment une dizaine de titres Avengers et ce sont autour d’eux que l’univers Marvel tourne. Le basculement se situe au début de ce siècle. Alors que Marvel commence à sortir la tête de ses problèmes financiers et que les Vengeurs vivent des aventures somme toute agréables après les horribles The Crossing et Heroes Reborn, Mark Millar écrit Ultimates, l’histoire des Avengers dans un univers Marvel différent de celui que nous connaissons. Le dessin de Brian Hitch et la ré-actualisation des personnages par Millar marque les lecteurs mais le gros morceau allait arriver peu de temps après.

 

Avengers #1

Avengers #1

C’est avec Avengers Disassembled que Brian Bendis appose sa marque sur les Vengeurs. De cette histoire qui voit la fin de l’équipe dans les larmes et le sang, Bendis va faire naître les New Avengers. En s’inspirant un peu trop facilement de la JLA de Grant Morrison, Bendis va faire des Avengers un groupe de poids lourds chéris des lecteurs. Ainsi, Wolverine et Spider-man intégreront une équipe composée également de Captain America, Iron man, Power man et Spider-Woman. Durant les années 2000, Bendis sera le maître d’œuvre non seulement de la série, mais également des gros event qui ponctueront le parcours de son équipe. Civil War, Secret Invasion, World War Hulk, Dark Reign etc etc, toutes ces histoires mettront en avant les Avengers dont les titres se multiplieront dans le même temps.

 

Quand Marvel Studios décide de monter le film Avengers, elle sait qu’elle peut compter sur un titre fort ayant engendré plusieurs autres séries. Bref en ce début de siècle, les Vengeurs sont un pilier du groupe aussi fort que les X-men si ce n’est plus. Après presque huit ans sur la série, Bendis quitta les Vengeurs pour laisser la place à Jonathan Hickman à l’occasion de Marvel Now, et alors qu’on aurait pu craindre un redémarrage en forme tapis rouge pour les films, la lecture des six premiers épisodes que contient ce tome nous rassure grandement quand à l’indépendance du titre vis à vis de Marvel Studios.

 

A ce titre le premier épisode de cette nouvelle série est une formidable note d’intention, telle qu’on en voit rarement. Voici donc Captain America, Hulk, Thor, Iron Man, la Veuve Noire et Oeil de Faucon à bord d’une navette allant à l’encontre d’une menace qui vient de surgir sur Mars, et en l’espace de quelques pages, l’équipe du film va se prendre une dérouillée monumentale, si bien que seul Captain America pourra s’échapper. Dans ce style si particulier qui le caractérise, Hickman aura toutefois pris soin de titiller la curiosité du lecteur via certains passages volontairement obscurs pour le moment, mais participant à donner au titre une dimension épique et cosmique longtemps oubliée. Le scénariste aura également pris le temps de montrer, en parallèle de la défaite, la construction d’une autre équipe d’Avengers de celle que nous connaissons via le film de Joss Whedon.

 

Les Vengeurs d'Hickman

Les Vengeurs d’Hickman

Dans une sorte de remake du Giant Size X-men #1 (qui voyait les nouveaux X-men Storm, Wolverine, Diablo, le Hurleur, Epervier et Sunfire sauver les miches des anciens X-men), ce groupe de Vengeurs qu’appelle Captain America va débarquer en force pour sauver les collègues. En l’espace de trois épisodes, le ton est donné et Avengers de Jonathan Hickman se présente immédiatement comme une série cohérente avec les travaux précédents de l’auteur. Mariant habilement action au premier plan et éléments diffus en arrière plan, le scénariste nous emporte dans une histoire dont on n’a aucune peine à ressentir la portée cosmique.

 

Soutenue par les dessins d’un Jérôme Opena en très grande forme (on sera un poil moins enthousiaste sur les épisodes dessinés par Adam Kubert), la série Avengers développe le concept d’une équipe à portée galactique construite sur la base d’un noyau dur de super-héros autour duquel gravitent plusieurs nouveaux éléments. Et si Hickman arrive à mettre en valeur les grandes têtes d’affiches de la série (un Thor magistral, le duo Captain America/Iron Man fort d’une complicité retrouvée qui fait plaisir après des années de lutte entre ces deux là etc etc) il arrive surtout à donner de la consistance à des personnages qu’il a inclus dans l’équipe tels que Smasher, Hyperion et Captain-Universe.

 

Ce qui est frappant et enthousiasmant, c’est de voir à quel point Hickman arrive à développer ses personnages en entrant dans leur intimité sans jamais perdre de vue la globalité de son récit. Il faut accepter que certains éléments puissent paraître flous dans un premier temps et même accepter de jouer à observer les indices pour anticiper la suite. Si cette approche pouvait ne pas forcément convenir à une série « familiale » comme Les Quatre Fantastiques (dont Panini éditera en librairie le début du run d’Hickman le mois prochain), elle brille par contre de mille feux avec les Avengers et on y retrouve l’écho des grandes heures de l’équipe des années 70 ou 80.

 

Avengers #6

Avengers #6

Les origines très touchantes de Smasher et de Captain Universe se confondent ainsi avec les prémices d’une menace qui sera au coeur d’Infinity. A ce titre, si les lecteurs de la série en kiosque sont actuellement en plein dans cet event, il est intéressant de revenir sur ce premier tome afin de constater à quel point Hickman le prépare dès les premières pages des Avengers. On espère également que Panini n’hésitera pas à éditer en librairie la série New Avengers également écrite par Hickman et qui peut se voir comme le pendant logique d’Avengers.

 

Réputé pour être un auteur à l’écriture « froide », clinique voir brumeux, Hickman démontre avec ses Avengers qu’il est davantage un architecte qui construit son ouvrage sur la durée sans jamais oublier de proposer un plaisir immédiat de lecture. Meilleure série de l’éditeur suite à Marvel Now, Avengers de Jonathan Hickman mérite amplement d’être découverte et lue par le plus grand nombre à l’occasion de sa sortie en librairie.

 

 

 

Avengers – Tome 1 (Marvel Now, Panini Comics, Marvel Comics) comprend les épisodes de Avengers (2013) #1 à #6

Ecrit par Jonathan Hickman

Dessiné par Jerome Opena (#1 à #3) et Adam Kubert (#4 à #6)

Prix : 16,95 €

Critique basée sur l’édition parue dans la revue Avengers

Partager