On a lu… Batman, La Légende – Tome 1

On a lu… Batman, La Légende – Tome 1

Note de l'auteur

Batman, La Légende – Tome 1

Retour vers le futur maintenant avec la sortie récente d’un magnifique volume consacré à un de ces artistes qu’on a tendance à oublier au profit des petits nouveaux, alors que l’oeuvre de celui-ci a marqué au fer rouge le monde du comics et l’univers de la chauve-souris. Mesdames et messieurs : Hail to Jim Aparo !

 

Jim Aparo, Batman, La Légende – Tome 1 perpétue la volonté d’un éditeur dont l’un des axes de politique éditoriale est de mettre clairement en avant les auteurs qui nous racontent les fabuleuses histoires de nos héros. Après la collection DC Signatures qui nous fait profiter des run de Grant Morrison sur Batman, d’Ed Brubaker sur Catwoman et de Geoff Johns sur Superman, Urban Comics nous offre aujourd’hui la traduction de la collection Legends of the Dark Knight, une collection qui regroupe le travail d’un dessinateur sur le personnage du Chevalier noir de Gotham City. Bien qu’il ne soit pas le premier dessinateur à avoir eu les honneurs de cette collection, Jim Aparo apparaît toutefois comme le choix parfait pour inaugurer l’édition française.

 

Né en 1932, Jim Aparo travaille d’abord sur les séries de l’éditeur Charlton avant d’arriver chez DC dans les années 60. Là il prendra en main la destinée d’Aquaman puis de The Phantom Strangers. C’est d’ailleurs ce personnage qu’Aparo dessinera au coté de Batman dans le numéro #98 de The Brave & The Bold marquant ainsi le début de l’artiste sur la publication qu’il dessinera pendant plus de dix ans jusqu’à la fin de celle-ci.

 

The Brave and the Bold #120

Initialement recueil anthologique, The Brave & The Bold va rapidement devenir une sorte de laboratoire afin de lancer et tester des nouvelles séries et concepts. Ainsi c’est dans les pages de The Brave & The Bold que Gardner Fox et Joe Kubert lancèrent la nouvelle version d’Hawkman en 1961 et c’est également là que fut lancée la célèbre Justice League of America.

 

The Brave & The Bold proposa par la suite des épisodes team-up c’est à dire des aventures où deux super-héros font équipe pour lutter pour la justice. Très vite toutefois, Batman devient un régulier de ces épisodes (la série TV battait alors son plein) et à partir de l’épisode #74, le team-up devenait exclusivement une formule où un super-héros différent à chaque fois fait équipe avec Batman. La formule est rodée et on peut dire qu’à partir de l’arrivée de Jim Aparo sur le titre en octobre 1971, celle-ci allait atteindre sa pleine puissance.

 

Jim Aparo

C’est peu dire que le Batman que nous retrouvons dans ces aventures (et que le vieux lecteur a pu découvrir via les revues Batman Poche et Batman et Superman Géant notamment) est magnifique. Grand, élancé, agile et majestueux, le Chevalier Noir nous apparaît dans un costume superbe et tout en grâce. La manière dont Apparo le dessine pose alors le look du personnage qui influencera bien d’autres auteurs. C’est bien simple, quand on regarde certaines pages, on a l’impression que la cape de Batman va se mettre véritablement à flotter dans le vent.

 

Scénarisées par Bob Haney, les aventures de Batman dans les Brave & the Bold mettent principalement en valeur l’aspect super-détective du personnage. Publiés entre 1971 et 1975, les épisodes présentés ici nous le présentent comme un agent spécial de la police de Gotham usant bien plus de son intelligence que de ses gadgets et autres véhicules (la Batmobile n’apparaissant ainsi qu’une fois ou deux durant toute cette période). C’est un véritable régal que de retrouver cet aspect d’un personnage qu’on avait tendance à oublier depuis quelques années. Loin d’amoindrir le héros, cela renforce encore plus son statut de super-héros qu’il est le meilleur de la Terre entière (1).

 

Cela d’autant plus que les histoires de The Brave & The Bold le font mettre parfois dans de fâcheuses postures. Un héros en chaise roulante (B&B #100) nous le montre, comme son nom l’indique, en chaise roulante et devant utiliser ses alliés pour piéger son ennemi à distance. Plus fort encore dans B&B #115 intitulé Le héros qui ne voulait pas mourir, Batman se retrouve mort cliniquement mais arrive néanmoins à vaincre son adversaire aidé en cela par Captain Atom.

 

The Brave and the Bold #104

Comme nous le disions précédemment, The Brave & The Bold raconte des aventures où Batman fait toujours équipe avec un héros de l’univers DC. C’est un véritable festival auquel nous assistons, et sont présents dans ces pages : Green Lantern, Green Arrow, Deadman, The Phantom Stranger, Black Canary, les Teen Titans, Wildcat, le Sergent Rock, The Demon, Captain Atom, Le Spectre, Wonder Woman, Metamorpho, Kamandi, Man-Bat, Aquaman, Mister Miracle, Swamp Thing et les Metal Men.

 

On reconnaîtra de plus à la série et à Batman de toujours bien mettre en valeur les héros invités. On pense par exemple à une Wonder Woman alors sans pouvoirs et adepte du Kung-fu, à un Sergent Rock donnant lieu à des fabuleuses histoires d’horreur et d’espionnage, ou bien encore à un Aquaman majestueux. Mais la série fait surtout la part belle aux personnages maudits tels que Swamp Thing, Metamorpho et surtout Deadman, avec l’épisode Une seconde chance pour Deadman (B&B #104) qui s’avère être un petit bijou de tragédie.

 

The Brave and the Bold #118

Face à nos héros, les super-vilains sont peu légion (bien que l’on puisse se régaler des méfaits du Joker ou de Double-Face) par rapport aux bandits, roi de la pègre et autres gangsters « classiques ». Ce choix des auteurs permet de jongler avec les différentes ambiances que nous fait traverser la lecture de ce petit pavé de plus de 500 pages. Si le genre policier est présent dans différentes aventures, The Brave & The Bold nous offre aussi des petits bijoux qui oscillent entre l’horreur (La maison des mauditsB&B #98, La nuit où Batman vendit son âme B&B #108), l’espionnage avec le magnifique Cauchemar sans fin (B&B #117), la science-fiction avec un Batman qui voyage dans le temps pour arriver à l’époque de Kamandi dans La Terre est mienne (B&B #120), le récit à valeur sociale (le fameux La commune des rebellesB&B #102 auquel Neal Adams et Dick Giordano ont participés), et l’action avec l’épisode Le tueur de 50 étages (B&B #113) véritable prototype du Die Hard de John McTiernan.

 

 

D’un point de vue plus formel, l’ouvrage est un très bel écrin pour l’oeuvre du dessinateur. On appréciera particulièrement l’ajout des couvertures originales de tous les épisodes qui ouvrent chacun des épisodes. Enfin, comme il l’avait fait en 2005 avec le très bel ouvrage de Semic consacré aux épisodes de Neal Adams, Martin Winckler signe la traduction des épisodes et le résultat est brillant. En s’attachant au ton, à l’argot et au langage courant de l’époque, Winckler nous aide à plonger dans cette époque qui peut nous paraître aujourd’hui bien éloignée. L’apport du romancier est un vrai plus à l’ouvrage, et si osait on dirait qu’elle est à la hauteur de la fabuleuse traduction de Manchette pour Watchmen. Ho puis tiens, on ose !

 

Décédé en 2005, Jim Aparo fait partie de ces artistes qui passent encore aujourd’hui sous le regard de la critique, mais également du grand public malgré ses hauts faits (rappelons qu’il est également le dessinateur des épisodes voyant la mort de Jason Todd et la défaite de Batman face à Bane). La sortie de cet ouvrage est donc une magnifique occasion de se rendre compte de l’immense talent d’un homme qui a beaucoup contribué à construire la légende du héros que l’on aime tant.

 

(1) ok à égalité avec Superman et les Quatre Fantastiques.

 

 

 

 

Batman, La Légende : Jim Aparo – Tome 1 (DC Archives, Urban Comics, DC Comics) comprend les épisodes de The Brave & The Bold #98, #100 à #102 et #104 à #122.

Ecrit par Bob Haney

Dessiné par Jim Aparo (dessins additionnel de Neal Adams et Dick Giordano dans B&B #122)

Partager