• Home »
  • BD - COMICS »
  • On a lu… Batman – Tome 3 : Le deuil de la famille par Scott Snyder et Greg Capullo
On a lu… Batman – Tome 3 : Le deuil de la famille par Scott Snyder et Greg Capullo

On a lu… Batman – Tome 3 : Le deuil de la famille par Scott Snyder et Greg Capullo

Note de l'auteur

Batman – Tome 3

Avec la sortie en librairie du troisième tome de la série Batman, nous entrons dans la deuxième année des aventures du Chevalier noir sous la plume et le crayon de Scott Snyder et Greg Capullo. Joyeux anniversaire donc et pour fêter dignement cela, quoi de mieux que le retour de la pire raclure de Gotham City ?

Bien et Mal, lumière et ténèbres, ordre et chaos, yin et yang, Batman et Joker… deux êtres représentant les deux faces d’une même pièce. Le clown assassin est le plus grand ennemi de Batman. Il est né presque en même temps que lui (sa première apparition date de 1940 dans le premier numéro de la série Batman), il est à l’origine des pires drames dans la carrière du justicier tel que la mort de Jason Todd, et il fait partie de ces personnages que beaucoup d’acteurs aimeraient incarner à l’écran. Son importance est d’ailleurs telle qu’Urban Comics lui consacrera une anthologie très prochainement.

 

Toutefois, depuis le grand relaunch des séries de DC Comics, le Joker s’était fait extrêmement discret. En fait on le vit en tout et pour tout que dans le premier numéro de Detective Comics et ce fut pour se faire découper le visage par le Taxidermiste. Le voici donc aujourd’hui de retour après une année passée à échafauder son plan, tandis que de son coté Batman devait combattre la cour des Hiboux. Cette menace sera d’ailleurs une sorte de révélation pour le Joker qui estime que son Batounet n’aurait jamais autant peiné face à ces nouveaux adversaires auparavant.

 

Tout est clair pour lui, Batman s’est ramolli et la faute en incombe à tous ces petits apprentis qui lui collent aux basques sans arrêt. Tel un amoureux transi d’amour, il va donc décider d’éliminer ces boulets afin de retrouver celui qu’il aimait tant. Oui la métaphore amoureuse peut sembler étrange, toutefois la lecture de ce tome nous montre bel et bien un Joker considérant sa relation avec Batman comme une relation fusionnelle.

 

Le visage du Joker à la fin de Detective Comics #1

De la même manière que Batman, le Joker est un personnage dont les différentes versions et approches sont nombreuses depuis sa naissance. On peut d’ailleurs penser, sans trop s’avancer, que la prochaine anthologie mettra en avant les multiples facettes du personnage selon les époques. Dans son travail sur Batman, Grant Morrison avait d’ailleurs élaboré une théorie intéressante quant à la capacité du Joker à renaître perpétuellement (dans Batman #663 disponible dans Grant Morrison présente Batman – Tome 1) au fil de temps.

 

On a donc affaire ici à un Joker nouvelle version, symbolisée par un nouveau look un peu extrême. Le clown assassin s’est recollé de façon artisanale le visage qu’un autre tordu lui avait enlevé. Une manière pour Snyder et Capullo de mettre en avant un être menaçant, dangereux et bien moins drôle. Un retour aux sources en quelque sorte, et en cela ce nouvel arc s’inscrit dans le travail de Snyder depuis son arrivée dans l’univers de Batman.

 

En effet le scénariste d’American Vampire aime ancrer les aventures du chevalier noir dans un passé tellement sombre qu’il en devient palpable. Ainsi en est-il de la cour des Hiboux, dont l’histoire se mélange avec celle de la ville de Gotham. Le retour du Joker va permettre aux auteurs de déplacer cet ancrage à un niveau plus intime. Si les Hiboux étaient l’ennemi de l’extérieur, le Joker est bel et bien l’ennemi intérieur. Celui qui frappe au plus profond de soi.

 

La bat-family

Le nom de l’arc, Le deuil de la famille, est déjà en soi une belle indication de part sa référence à une autre histoire célèbre de Batman, Un deuil dans la famille, qui nous montre Jason Todd (le second Robin) assassiné par le Joker. Ce dernier est là pour frapper fort et faire mal. A l’époque de sa parution originale, nombre de lecteurs prenaient d’ailleurs les paris quant à savoir qu’elle serait la victime de toute cette histoire : Alfred ? Damian ? Jason (encore une fois) ? Dick Grayson ou le commissaire Gordon ?

 

 

 

Pourtant Le deuil de la famille ne propose pas de moments choc qui changeront à jamais le destin de Batman (pour cela attendez de lire les derniers épisodes de Batman Incorporated), mais propose une approche plus subtile de la torture du Joker. Plus malicieuse et plus sournoise, son attaque révèlera toute son onde de choc dans les dernières pages de l’album. Quelque chose s’est brisé et il sera difficile de recoller les morceaux comme pour une famille qui se déchire face aux disputes des parents.

 

S’il n’atteint pas la qualité des premiers épisodes du duo Snyder/Capullo, Le deuil de la famille reste  un arc tout à fait honnête. La tension reste palpable tout au long de l’histoire, les dessins sont toujours aussi magnifiques (Capullo se fait vraiment plaisir avec le personnage) et le tout est suffisamment bien emballé pour qu’on ne s’ennuie pas une seconde. Cette édition en librairie a de plus un deuxième effet kiss-cool pas négligeable.

 

En effet lors de sa parution en kiosque (dans la revue Batman Saga), l’histoire principale était accompagnée des épisodes ties-in. C’est à dire des épisodes tirés des autres séries de l’univers Batman (Nightwing, Batgirl, Catwoman pour donner quelques exemples) qui étaient impactés par l’histoire. Et disons le tout net, la médiocrité générale de ces épisodes plombèrent considérablement la lecture de l’histoire principale.

 

Joker vs Batman

La mise de coté de ces épisodes pour l’édition en librairie fait clairement du bien au récit. Paradoxalement, on se rend également compte que certains pans de l’histoire sont totalement survolés. Ainsi quand le Joker annonce à Batman qu’il va s’occuper de chacun de ses amis, nous ne verrons jamais l’attaque en question à moins de le lire dans la série spécifique.

 

Clairement, le format de cette histoire imposé pour des raisons qu’on imagine forcément commerciale, n’aide pas à l’apprécier quelque soit la manière dont on la prend. Soit on se tape des ties-in affligeants (la lecture des épisodes de Teen Titans ou de Red Hood & the outlaws est un vrai supplice à se demander comment des lecteurs peuvent vouloir une édition française de ces séries), soit on se concentre sur l’histoire principale avec une impression d’avoir tout de même loupé un morceau.

 

Histoire de noircir le tableau une dernière fois, il faut également noter que Snyder commence à se répéter dans la structure de son récit. A bien y regarder, ses précédentes histoires de Batman et celle-ci présentent beaucoup de similarités notamment dans l’utilisation d’un événement du passé remettant en cause le présent.

 

Alors au final qu’en est-il ? Après relecture du récit il est clair qu’on préfèrera la version allégée en librairie, plutôt que la version 100% matière grasse de la parution en kiosque. Mais si Le deuil de la famille peut décevoir peut-être faut-il d’abord se questionner sur sa propre propension à s’enthousiasmer plus que nécessaire, un enthousiasme bien entretenu par les médias spécialistes et les éditeurs américains.

 

Batman – Tome 3 : Le deuil de la famille a des défauts mais ses qualités en font une lecture agréable. L’arc reste cohérent avec le travail de Snyder sur le personnage depuis sa reprise. A voir sur le long terme comment il s’inscrira dans la durée et dans le run global de l’auteur pour mieux l’apprécier ou le déprécier à sa juste valeur.

 

 

Batman – Tome 3 : Le deuil de la famille (DC Renaissance, Urban Comics, DC Comics) comprend les épisodes de la série Batman #13 à #17.

Ecrit par Scott Snyder

Dessiné par Greg Capullo

Prix : 17,50 €

Critique basée sur les épisodes parus dans Batman Saga

Partager