On a lu… Before Watchmen N°1

On a lu… Before Watchmen N°1

Note de l'auteur

Before Watchmen #1

Hérésie ! Blasphème ! Albatros ! Au bûcher ! Pendons-les ! Le goudron et les plumes ! A mort ! Mohammed Jihad !…….Stop ! Ok, c’est bon, on a compris que le projet Before Watchmen fait autant réagir que le mariage pour tous ou JJ Abrams comme réalisateur de Star Wars. Résumons rapidement, Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons est, avec The Dark Knight Returns de Frank Miller, le comics qui a bouleversé l’industrie du comics-books lors de sa parution en 1986. Récit uchronique se situant dans une Amérique où Richard Nixon est toujours au pouvoir, cette série en douze épisodes raconte comment plusieurs super-héros mis à la retraite vont enquêter sur l’assassinat de l’un des leurs et découvrir une terrible vérité. Réflexion sur la place du super-héros dans la société, formidable récit de science-fiction et déclaration d’amour à toute la culture populaire, Watchmen est surtout une incroyable BD dont la mise en forme est tout simplement brillante. Enfin, c’est aussi la rupture de DC Comics avec Alan Moore qui estime s’être fait spolié sur l’exploitation de ses créations.

Tous ces éléments font donc de Watchmen une œuvre unique n’appelant à aucune suite et pourtant….voici Before Watchmen.

Conscient de la valeur artistique de l’œuvre initiale et du risque potentiel du projet, DC marche sur des œufs parce que l’appel du gain est quand même le plus fort. Dans un premier temps, DC annonce que, comme son nom l’indique, Before Watchmen ne sera pas une suite de Watchmen mais une préquelle. C’est pratique, c’est pas cher et ça peut rapporter gros. Dans un second temps, l’éditeur se blinde au niveau de l’équipe créative. Joe Michael Straczynski (Rising Star, Spider-man, Thor, et la meilleure série tv de tous les temps Babylon 5), Len Wein, Brian Azzarello (100 Bullets, Wonder Woman), Jae Lee (Namor), Darwyn Cooke (DC : The New Frontier), Amanda Conner, Andy et le regretté Joe Kubert sont entre autres chargés d’écrire et de dessiner les différentes mini-séries qui composent Before Watchmen. Là se trouve aussi « l’originalité » du projet : ce n’est pas une seule mini-série mais bien plusieurs que l’on peut lire. Chacune se concentrera sur le passé d’un des personnages de l’histoire originale. Avec ce premier numéro de Before Watchmen (Urban ayant décidé d’éditer dans un premier temps la série en kiosque dans une revue bimestrielle) le lecteur français a ainsi donc l’opportunité de découvrir les premiers numéros de Minutemen, Spectre Soyeux, Le Comédien, Le Hibou, Ozymandias et Le Corsaire Sanglant.

 

Le Hibou dessiné par Andy et Joe Kubert

 

A la lecture de ces épisodes un constat s’impose très rapidement. A l’instar des épisodes I, II et III de Star Wars, ces épisodes de Before Watchmen sont construits en pré-supposant que le lecteur connaît l’œuvre originale. Si vous n’avez jamais lu Watchmen, on vous déconseille donc fortement de faire votre entrée dans cet univers via cette revue car le plaisir de la découverte du chef d’œuvre de Moore s’en ressentira grandement. Au delà de ce constat il est également intéressant de comparer Before Watchmen et Watchmen sur le strict plan narratif car cette préquelle souffre d’un mal commun à beaucoup de séries actuelles : là où l’œuvre de Moore est une merveille de tous les instants où chaque case porte en elle un lot intarissable d’informations (et cela de manière indépendante mais également au sein du tout que représente la page voire l’épisode en entier), la plupart des séries de Before Watchmen se caractérisent par un étirement de l’intrigue jusqu’à plus soif doublé d’une redite par rapport à l’histoire originale. Ainsi l’épisode d’Ozymandias n’est que l’étirement du récit de sa vie que fait le héros à ses collègues dans Watchmen (certes avec des éléments inédits mais au final très peu intéressants) tandis que l’épisode sur le Comédien est ridicule de par son idée et sa façon de lier le personnage à des grands moments de l’histoire américaine et de la famille Kennedy. Dans cette entreprise de raconter le passé des personnages que nous connaissons déjà, seulement Straczynski s’en sort avec le Hibou, et Cooke avec le Spectre Soyeux. Non pas que leurs récits soient excellents, mais du moins sont-ils correctement construits et s’inscrivent dans un passé qui peut se révéler intéressant dans les prochains numéros. Ils bénéficient de plus des dessins de deux pointures : Andy Kubert (encré par son père Joe dans un de ses derniers travaux avant sa disparition) nous offre un Hibou magnifique tandis qu’Amanda Conner apporte son talent à la jeunesse du Spectre Soyeux. De manière globale c’est avant tout par ses dessinateurs que Before Watchmen vaut le détour.

L’ouverture de Minutemen #1 par Darwyn Cooke

S’il ne fallait retenir que deux séries du premier numéro de cette revue ça serait bien évidemment Le Corsaire Sanglant et Minutemen. Le premier parce qu’il perpétue la mise en abîme de l’œuvre originale (Watchmen décrivant un monde où les super-héros sont présents, Moore partait de l’idée que les récits de pirates pour les jeunes furent les équivalents de nos histoires de super-slips) en proposant un récit de pirate haletant et sanglant à souhait. Le second parce qu’il se focalise sur le groupe des Minutemen (la première génération de héros apparue dans les années 40 dont les personnages servent de toile de fond à l’histoire principale de Watchmen) et qu’il est écrit et dessiné par l’homme qui a offert le grandiose DC : The New Frontier. Même si ce premier épisode est somme toute classique avec une présentation de chacun des membres du groupe via le narrateur Hollis Mason, le 1er Hibou, le tout s’avère suffisamment prenant et intéressant pour qu’on ait envie de découvrir la suite. Son prologue est notamment une magnifique entrée en matière effleurant de près certaines ouvertures de Gibbons sur Watchmen.

Même si Before Watchmen n’est pas l’insulte suprême faite à Alan Moore (on s’étonnera d’ailleurs du ramdam provoqué par cette sortie là où un silence plus assourdissant se fait en ce qui concerne d’autres auteurs tout autant spoliés), les séries n’apparaissent pas pour autant comme une franche réussite à la lecture de ce premier numéro et cela malgré les artistes talentueux derrière. Peut-être que ce projet est la preuve de certains errements de la part des éditeurs qui ont du mal à véritablement se renouveler tant sur la forme que sur le fond. La question reste posée et on se donne rendez-vous à la fin de la parution française pour un bilan complet.

Before Watchmen (revue bimestrielle, Urban Comics, DC) comprends les épisodes de :

Minutemen #1 écrit et dessiné par Dawyn Cooke.

Spectre Soyeux # 1 écrit par Darwyn Cooke et dessiné par Amanda Conner

Le Comédien #1 écrit par Brian Azzarello et dessiné par J.G. Jones

Le Hibou #1  écrit par Joe Michael Straczynski et dessiné par Andy Kubert

Ozymandias #1 écrit par Len Wein et dessiné par Jae Lee

Le Corsaire Sanglant #1 écrit Len Wein et dessiné John Higgins

Partager