• Home »
  • JAPAN »
  • On a lu… Black Bullet (T. 3) de Hon Morino et Shiden Kanzaki
On a lu… Black Bullet (T. 3) de Hon Morino et Shiden Kanzaki

On a lu… Black Bullet (T. 3) de Hon Morino et Shiden Kanzaki

Note de l'auteur

9782818936061_cgÀ un tome de la fin, on peut déjà globalement dire que Black Bullet est plutôt réussi. Bien évidemment, il faudra attendre le quatrième et dernier tome avant de se prononcer de manière définitive, mais ce seinen déguisé en shônen aligne les bons points. Un récit resserré, des personnages charismatiques et attendrissant, un peu d’action et de baston et un graphisme affirmé, permettent à Black Bullet de s’en sortir mieux que beaucoup de titres au format court, qui sont du même acabit.

 

La chasse aux Gastreas continue. Tous les meilleurs agents de la sécurité civile, Promoter et Initiator, sont sur le coup mais Kagetane Hiroku compte bien leur mettre des bâtons dans les roues. Le jeune Rentarô, qui a frôlé la mort, doit se remettre en question et dépasser ses doutes face à un ennemi ultra-balèze et qui semble infaillible. Ce troisième tome est aussi riche en action qu’il l’est en révélations, en atteste le cliffhanger de fin, que je me garderai bien de vous raconter. Le titre se transforme en chasse au trésor géante avec pour enjeux majeurs, la destruction potentielle de Tokyo. Mais plutôt que de suivre tous les personnages présentés dans le second tome, les mangakas restent focalisés sur le duo Rentarô/Enju et laissent l’action principale se dérouler hors-champ. Après avoir exploré le passé de la jeune fille et sa condition d’enfant maudit, c’est au tour de Rentarô de voir son personnage approfondi.

 

black-bullet-4401971Black Bullet parvient à garder notre attention grâce à un récit resserré sur un nombre réduit de personnages. On finit presque par oublier le contexte ultra-convenu d’un monde infecté pour se focaliser sur la dynamique parfaitement huilée du récit. Le titre ne réinvente absolument rien mais applique les codes inhérents au genre avec adresse. Niveau dessin, Hon Morino surprend toujours autant avec un style à mi-chemin entre le shônen et le seinen. L’ambiance est gentiment sombre et les pages sont bien fournies. Bref, pas grand-chose à dire de plus sur ce troisième tome, dans la droite lignée des précédents. Efficace, rythmé, proposant des personnages attachants et un style graphique puissant et percutant, Black Bullet ne prétend pas à autre chose que ce qu’il sait faire de mieux, à savoir du bon shônen up. Reste juste à espérer que le quatrième et dernier tome nous apporte une fin de qualité avec un vrai dénouement. Ça devrait le faire !

 

Black Bullet (T. 3) de Hon Morino et Shiden Kanzaki, aux éditions Doki-Doki

Partager