On a lu Cognac (T2. Un mort dans l’arène) de Chapuzet, Corbeyran, Brahy

On a lu Cognac (T2. Un mort dans l’arène) de Chapuzet, Corbeyran, Brahy

Note de l'auteur

Le cognac hors d’âge, ça attire les convoitises. Au point de semer la mort dans les vignes des Charentes. Anna vogue de son métier de journaliste à celui d’enquêtrice de la PJ. La vérité se rapproche, le danger aussi.

Ça parle de quoi ?

C’est un thriller dans le monde redoutable du cognac. Anna-Fanély Simon, journaliste légèrement dans le jus, est retournée chez elle en Charente pour se ressourcer avec un simple petit article sur le monde des spiritueux à commettre.COGNAC 2_NouveauGabarit_cs6.indd

Sauf que son amie d’enfance a été assassinée. Par son mari avant que celui-ci ne retourne l’arme contre lui. C’est ce que démontre la sommaire enquête. Mais l’hypothèse ne sied pas à la pisse-copie curieuse qu’est Anna. Elle décide de dérouler la pelote et de voir ce qu’il y a au bout.

Cette plongée enivrante dans le monde de ces liqueurs, elle ne la pratique pas toute seule. Elle est aidée par un vieux routier charentais Fernand, qui joue un rôle trouble, et le jeune geek Connor qui va souvent servir d’appât. Les deux ne peuvent pas se sentir même si leur complicité se développe au fil de ce deuxième opus.

COGNAC 2_NouveauGabarit_cs6.inddLe trio se rapproche du but mais aussi des sérieux ennuis. Leur enquête progresse à grands pas au point que leurs adversaires inconnus en viennent à sacrifier un témoin. La quête s’avère plus dangereuse que prévue.

Surtout avec le rôle énigmatique de Xavier, amoureux d’Anna et frère de l’amie d’enfance tuée, qui vient réveiller l’héroïne en pleine nuit avec un flingue à la main. Idéal pour lancer le troisième et dernier tome.

C’est de qui ?

Pas de raison de changer une équipe qui gagne. Jean-Charles Chapuzet, journaleux et fan absolu du vin et de son décorum, et Olivier Corbeyran (notre photo), gratte-papier girondin, tiennent le stylo d’un scénario bien ficelé et captivant.corbeyranOlivier Roller

Au crayon, on retrouve le trait de Luc Brahy, un vieux routier de la BD.

C’est aussi bien que le premier ?

Oui, on ne s’enlise pas dans cette aventure. La traque se poursuit et ne stagne pas. L’énigme est définitivement posée et le triumvirat d’Hercule Poirot en goguette se rapproche de la vérité, donc du danger dans une région pourtant paisible, où le cognac peut cependant faire tourner les têtes.

COGNAC 2_NouveauGabarit_cs6.inddEst-ce que je le conseille ?

Totalement. Cela devient haletant et on brûle de connaître l’épilogue. On a même la vague impression qu’un troisième tome n’y suffira pas. Pas tant que le scénario ne soit pas tenu, plutôt qu’on se sent bien dans cette région et que l’on aime le mirage d’y rester plus longtemps.

Sortie : 15 juin 2016, Delcourt Collection machination, 48 pages, 12€.

Partager