On a lu… East of West – Tome 2 : Nous ne sommes qu’un

On a lu… East of West – Tome 2 : Nous ne sommes qu’un

Note de l'auteur
East of West - Tome 2

East of West – Tome 2

Après un premier tome qui a mis tout le monde par terre, East of West revient pour une nouvelle fournée de conquêtes, de guerres, de famines et de morts dans le continent au sept nations.

 

Le premier tome d’East of West avait comblé toutes nos attentes. Malgré un sens de la narration proche de l’abscons (une vraie marque de fabrique chez l’auteur), Jonathan Hickman et son associé Nick Dragotta nous avaient emporté dans cette histoire mêlant magnifiquement la science-fiction, le western et le récit apocalyptique. Ce deuxième tome est donc l’occasion de constater si le duo continue sur sa lancée ou si le soufflé retombe.

 

 

 

2040. Famine, Guerre, Conquête et Mort, les quatre Cavaliers de l’Apocalypse marchent à nouveau sur la Terre, mais ils ne chevauchent plus ensemble désormais. Alors que Mort s’est mis, seul, en quête de son enfant disparu, ses anciens partenaires se lancent à sa poursuite, bien décider à se venger du cavalier solitaire. Parallèlement, la dissension règne également au sein du Conseil des 7 qui régissent la marche du monde, l’occasion pour de nouveaux personnages d’entrer en scène.

 

La mort est impitoyable. Elle frappe sans distinction de couleur, de religion ou d’âge. La mort est certaine là où la vie ne l’est pas. Et pourtant la Mort a un cœur comme nous avons pu le voir lors des débuts de la croisade du cavalier impitoyable. Désireux de se venger de ceux qui l’ont trahi et qui ont tué la femme qu’il aimait, la Mort sème le chaos sur son passage pour découvrir que Xiaolian est toujours en vie. Après une bataille dantesque contre les forces de son beau-père, la Mort retrouve celle qu’il aimait mais le lien est brisé ouvrant alors la série vers d’autre horizons.

 

East of West #6

East of West #6

Les épisodes #6 à #10 regroupés dans ce deuxième volume sont pour le lecteur l’occasion de découvrir davantage le monde d’East of West. Un monde uchronique, différent des États-Unis que nous connaissons. Un monde où cette partie du monde fut divisée en sept nations, où un événement a tout changé et où les pères fondateurs œuvrent pour la fin du monde. Prêts à suivre un texte apocalyptique qu’ils appellent le Message, ces différents leaders ou hommes influents nous révèlent ici leur vision de la chose. Cela aurait été bien moins amusant si tous étaient présentés comme des fanatiques et heureusement Hickman a la bonne idée de développer des personnages allant de la fervente zélée au redoutable cynique.

 

C’est en prenant appui sur cette galerie que le scénariste de The Avengers commence peu à peu à tisser le cadre géo-politique de son œuvre et on devine peu à peu la grande toile qui se met en place. Le grand nombre de pays sur le continent permet un éclairage multiple sur différents courants et idéologies. Auteur aimant créer des personnages/figures au service de concepts, il est porté par le récit et l’histoire avec un grand H (voir ainsi Pax Romana). Hickman se lâche totalement avec East of West, bien plus que dans le cadre balisé des héros Marvellien soumis à certaines contraintes.

 

La Mort face à l'Oracle

La Mort face à l’Oracle

Ayant passé un premier tome parfois ardu à suivre  la mise en place de son décorum et de son histoire, nous voilà portés par une histoire qui, bien que fournie en points obscurs et secrets, s’avère d’une limpidité exemplaire. Les stratégies des personnages et la géopolitique se construisent en même temps que la quête de la Mort. Hickman développe ses personnages et en introduit de nouveaux tels que ces juges impitoyables au look magnifique qui ornent la couverture de l’album. Les trois cavaliers de l’apocalypse (Guerre, Famine et Conquête) sont plus fouillés et nous apparaissent plus comme des acteurs d’une grande pièce qui se joue que comme les maîtres d’œuvre de la fin du monde. À ce titre, l’histoire centrée sur Ezra Orion et son lien avec Conquête reste un des grands moments de ce tome.

 

Portée par un dessin tout simplement magnifique de par sa description d’un monde multi-culturel auquel on croit sans difficulté et par ses passages d’une beauté à couper le souffle (le raid des quatre cavaliers), ce deuxième tome d’East of West confirme donc tout le bien qu’on pense de cette saga magnifique.

 

 

 

East of West – Tome 2 : Nous ne sommes qu’un (Urban Indies, Urban Comics, Image Comics) comprend les épisodes de East of West #6 à #10.

Écrit par Jonathan Hickman

Dessiné par Nick Dragotta.

Prix : 15,00 €

Partager