On a lu… Flashpoint de Geoff Johns et Andy Kubert

On a lu… Flashpoint de Geoff Johns et Andy Kubert

Note de l'auteur

Flashpoint

On continue dans la veine du récit apocalyptique et des univers parallèles avec Flashpoint. Un récit qui malgré sa relative jeunesse n’en est pas moins fondateur de l’univers DC tel que nous le connaissons actuellement. Toutefois cela fait-il de lui une histoire incontournable ?

 

Si Superman est l’âme de l’univers DC alors Flash en est le cœur. Ce super-héros au nom percutant qui résume très bien la nature de son pouvoir est l’un des plus vieux du genre. Il est même à l’origine de sa renaissance quand, en 1956, Julius Schwartz, Robert Kanigher, John Broome et Carmine Infantino décident de réinventer le personnage et d’en faire celui que nous connaissons encore à l’heure actuel.

 

Showcase #4 avec le nouveau Flash (alias Barry Allen¹) signe en effet le début de l’âge d’argent des super-héros en ouvrant la voie à des nouveaux personnages. Membre fondateur de la Justice League of America, c’est également dans les pages de la série qui lui fut consacré que le concept des Terres parallèles (dont nous discutions la semaine dernière) fut créé. Flash est donc un pilier et sa mort lors du grand event Crisis on Infinite Earths sonna la fin d’une ère. Le costume fut repris ensuite par Wally West (qui fut son ancien sidekick sous le nom de Kid Flash) et on connu la encore de fantastiques aventures avec Wally notamment lors de la reprise de la série par Mark Waid.

 

A chaque grand événement qui rythme la vie de l’univers DC, Flash est là prêt au grand sacrifice si nécessaire. On pourrait donc croire qu’il était naturel que celui-ci soit à l’origine du relaunch DC en 2011 à travers la mini-série Flashpoint. La réalité est un peu différente.

 

Geoff Johns

2009. Au même titre qu’Hal Jordan est redevenu le Green Lantern officiel, Barry Allen redevient Flash. On doit le retour du personnage à Geoff Johns, l’homme qui a justement fait revenir Hal Jordan et transformé la série Green Lantern en une énorme machine à succès. Johns veut reproduire le même schéma avec Flash avec notamment l’idée d’une sorte de Flashcorp c’est à dire une équipe composée de tout les être super-rapide de la Terre. Il prévoit également un gros event avec le bolide écarlate en tête de proue : Flashpoint.

 

Un jour Barry Allen se réveille et tout à changé. Sa mère est vivante, il n’est plus marié à Iris et ses amis super-héros ont pour la plupart disparus ou changés. Hal Jordan n’a jamais était Green Lantern et Batman est en fait Thomas Wayne ayant revêtu le costume de la chauve-souris après que son jeune fils, Bruce, se soit fait abattre dans une ruelle de Gotham. Quand à Wonder Woman elle est en guerre contre Aquaman et ses forces Atlantes et leur conflit menace de détruire toute la planète.

 

Flashpoint #1

Mais le pire de tout cela c’est que Barry n’a plus ses pouvoirs, il est un être humain tout ce qu’il y a de plus normal. En cinq numéros, il va donc devoir trouver un moyen de retrouver ses pouvoirs, mettre la main sur l’instigateur de tout ce merdier, retrouver le monde tel qu’il le connaissais mais aussi éviter la destruction de celui dans lequel il se trouve.

 

Ecrit par Geoff Johns et dessiné par Andy Kubert, Flashpoint se place dans un genre qui plaît toujours, celui des récits parallèles. Ces derniers permettent de proposer des versions inédites de personnages et de s’amuser avec les grandes figures que l’on connaît. Ainsi Superman est ici un alien capturé dès son arrivé par l’armée et à toujours vécu reclus dans une prison sous Terre. Si on peine à trouver la logique de certains changement vis à vis de l’élément fondateur de cette réalité parallèle, il n’empêche qu’on prend un certain plaisir à contempler ces nouvelles versions.

 

Mais malgré un point de départ enthousiasmant on reprochera très vite à Flashpoint de trop se disperser dans des séries parallèles totalement anecdotiques pour la plupart. Pire encore le background de cet univers n’est au final qu’aperçu dans la série-mère et on aurait aimé en savoir plus sur les raisons de la guerre entre les Amazones et les Atlantes. On a du mal à comprendre pourquoi Johns a survolé ces donnés dans la série-mère pour les traiter dans des séries annexes. Séries annexes qui ne sont d’ailleurs pas proposé dans cette édition, celle-ci regroupant au total que la mini-série principale et les épisodes de la série Flash précédant et introduisant Flashpoint.

 

Flashpoint #4

Si l’histoire est parcourue de moment très fort et touchant (pour la plupart tournée autour de Flash et avec en tête la formidable et touchante conclusion dans la bat-cave), Flashpoint n’en reste pas moins assez typique des events des grosses firmes. Un gros pataquès mal géré la plupart du temps et qui ne débouche sur pas grand chose au final………quoique ce ne fût pas le cas ici.

 

Soyons clair cette mini-série de Johns n’avait vocations qu’a n’être qu’une aventure de plus dans l’univers du bolide écarlate mais durant le processus créatif, DC mit son grain de sable et vit en Flashpoint l’occasion idéal pour frapper un grand coup.

 

De par sa conclusion, Flashpoint va être le prétexte pour relauncher tout l’univers DC et refaire démarrer toutes les séries à partir du numéro 1 (du moins 52 titres d’où le nom de l’opération, New 52), on comprend vite à lecture des derniers numéros, que ce relaunch ne fut pas prévue initialement par Johns dans son récit et le final peine ainsi à joindre les deux bouts et à trouver une explication compréhensible à ce grand changement.

 

Le grand changement

Très souvent réclamé en éditions librairie par beaucoup de lecteurs qui loupèrent la sortie en kiosque, Flashpoint est donc disponible d’ici peu dans tous les rayonnages accompagné de plus d’une dvd/br de l’adaptation de l’histoire. Bien que point de départ de l’univers DC actuel, Flashpoint n’est cependant pas un récit indispensable pour commencer la lecture des autres séries qui suivirent.

 

 

 

 

Event assez honorable bien que plombé par quelques choix douteux de narrations provoquant beaucoup de frustrations, Flashpoint se laisse lire et relire. Il est vraiment dommage que DC ai précipité les choses et fait de ce récit une tête de proue pour la reconquête du marché. Clairement cela a fait plus de mal au récit qu’autre choses. Enfin on espère qu’après la sortie de ce volume, Urban nous proposera les séries annexes dont certaines sont encore inédites chez nous.

 

¹ L’ancien et premier Flash se nommait Jay Garrick et avait un look totalement différent. Il ne fut pas oublié puisqu’on pouvait suivre ses aventures dans JSA puis il fut inclut à la continuité de Barry Allen après Crisis on Infinite Earths.

 

 

 

Flashpoint (DC Classiques, Urban Comics, Marvel Comics)

Ecrit par Geoff Johns

Dessiné par Andy Kubert

Prix : 25 €

Partager