On a lu… Green Arrow – Année Un d’Andy Diggle et Jock

On a lu… Green Arrow – Année Un d’Andy Diggle et Jock

Note de l'auteur

Green Arrow – Année Un

Profitant de la diffusion prochaine de la série TV Arrow sous nos latitudes, l’éditeur Urban va nous proposer des ouvrages autour de ce personnage un peu mal connu chez nous mais qui pourtant recèle d’excellents récits. Green Arrow – Année Un fait partie de ceux-ci et se révèle être une excellente porte d’entrée pour de nouveaux lecteurs avides de connaître les exploits de l’archer vert.

 

On a tendance à l’oublier mais Green Arrow est l’un des plus vieux super-héros de la bande dessinée. Sa première apparition date de 1941 dans les pages de More Fun Comics #73. Crée par Mort Weisinger, Green Arrow est clairement inspiré de Robin des bois et va surtout devenir un décalque de Batman durant de longues années. L’amorce du changement arrivera en 1959 quand Jack Kirby ré-invente les origines du personnage. Il en fait alors un milliardaire qui se retrouve perdue sur une ile déserte et qui apprend à se servir d’un arc de fortune pour pouvoir survivre. Ces origines resteront officielles durant les années qui suivirent bien que certains auteurs (dont Diggle avec l’ouvrage qui nous intéresse) les complétèrent par la suite.

 

Green Lantern / Green Arrow

La véritable révolution du personnage surviendra à partir de 1969 quand le dessinateur Neil Adams et le scénariste Dennis O’Neil injectèrent du sang neuf dans la série. Ils changèrent tout d’abord le look du personnage pour en faire le barbu taciturne que l’on connaît pour ensuite accentuer son caractère militant et défenseur des petites gens. Les années 70 voient ainsi débouler la fameuse série Green Lantern/Green Arrow dans laquelle les deux auteurs n’hésitèrent pas à parler des grands problèmes sociales de l’époque (pauvreté, violence, drogues, luttes pour l’égalité des droits) en se basant sur une opposition entre le justicier galactique Green Lantern et le super-héros urbain Green Arrow¹.

 

Définitivement établi à partir de cette période, Green Arrow traversera les années 80, 90 et début 2000 comme tout super-héros normal c’est à dire avec son lot de combat, de pertes, de morts et de résurrections. Le personnage connaît un grand regain d’intérêt depuis l’année dernière grâce à la série télévisée qui arrive bientôt chez nous. Profitant de cette popularité², Urban Comics décide donc de nous proposer la nouvelle série Green Arrow dans les pages de son nouveau magazine Justice League Saga.

 

La série commencera au numéro 17 qui correspond à l’arrivée de Jeff Lemire (déjà auteur de Justice League Dark) au scénario. Dans le même temps, voici qu’arrive en librairie le fameux Green Arrow – Année Un de Diggle et Jock qui remettent au gout du jour les origines de l’archer vert.

 

Green Arrow – Année Un (ou Year One) est un titre qui nous parle. D’une part il nous rappel la fabuleuse story-origins, Batman – Year One, de Frank Miller et David Mazzucchelli et d’autres part on sent que les auteurs ont su s’appuyer parfaitement sur le récit de Jack Kirby pour proposer une nouvelle itération.

 

Oliver Queen était un millionnaire débauché qui ne s’intéressait qu’à lui-même, jusqu’au jour où il se retrouva naufragé sur une île. La quête pour sa survie l’amènera à découvrir sa véritable vocation : justicier.

Mon premier arc

Andy Diggle et Jock nous offre une mini-série excellente qui pioche différents éléments du personnage pour en faire une synthèse. Oliver Queen est déjà naturellement doué à l’arc quand il fait naufrage sur l’ile suite à la trahison d’un de ses amis. Le parcours initiatique se situe dorénavant à un niveau d’avantage spirituel que physique. On serait d’ailleurs tenté de faire un rapide rapprochement avec la série Lost dans laquelle les protagonistes subissent un cheminement incroyable dans les méandres de cette étrange ile.

 

Très bien écrit, rythmé et surtout magnifiquement mis en valeur par les dessins de Jock, Green Arrow – Année Un est aussi l’occasion d’assister un survival burné que les amateurs du premier Rambo sauront apprécier. Tel un véritable chasseur laissant peu de chance à sa proie, Oliver Queen traque sans relâche ses ennemis afin de faire tomber une baronne de la drogue qui n’hésite pas une seconde à tuer ou torturer tout ceux qui se dressent sur son passage. A ce propos le fait de lier les origines de Green Arrow avec un trafic de drogues est très bien trouvé tant il renvoi à un épisode célèbre de la série où notre héros découvrait que son sidekick était accro à l’héroïne.

 

Green Arrow – Année Un est donc une très bonne porte d’entrée dans l’univers d’un personnage souvent passionnant notamment comme contrepoint face à des héros dont la stature mythique pourraient les éloigner des problèmes du quotidien. Diggle et Jock offre un excellent récit qui est l’idéal pour entamer la série dans Justice League saga.

 

 

 

Green Arrow – Année Un (DC Deluxe, Urban Comics, DC Comics) comprends les épisodes #1 à #6 de la mini-série Green Arrow – Year One

Ecrit par Andy Diggle

Dessiné par Jock

Prix : 15 €

Partager