• Home »
  • BD - COMICS »
  • On a lu…L’Oeil de la nuit (T.2) – Les Grandes Profondeurs de Serge Lehman et Gess
On a lu…L’Oeil de la nuit (T.2) – Les Grandes Profondeurs de Serge Lehman et Gess

On a lu…L’Oeil de la nuit (T.2) – Les Grandes Profondeurs de Serge Lehman et Gess

Note de l'auteur

L’histoire : Mortellement blessé lors de sa rencontre avec Sonia Volkoff et Béla-Khan, Théo Sinclair est sauvé par le docteur Vogel-Kampf. Grâce à des techniques de pointe, ce dernier fut capable de donner naissance à un nouvel homme. Un homme supérieur à ce qu’il était avant l’accident. Théo Sinclair est dorénavant plus fort, plus rapide. En un mot, le meilleur.

Mon avis : S’inscrivant dans la même démarche d’exploration de l’univers des surhumains issus de l’esprit scientifique et fantastique européen du début du XXe siècle, L’Œil de la nuit fait office de prequel et de spin-off à La Brigade chimérique. Prequel dans le sens où l’histoire se déroule vingt-cinq ans avant l’œuvre maîtresse de Serge Lehman, et spin-off car la bande dessinée se focalise sur l’un de ses protagonistes : Théo Sinclair plus connu sous le nom de Nyctalope (ou L’œil de la nuit suite à un conflit avec les ayants droit).

PlancheA_244323

 

Figure métaphorique du gouvernement français de l’avant-guerre dans La Brigade chimérique, L’Œil de la nuit  apparaît ici comme le prototype du super-héros. Après un premier tome posant les origines du personnage et décrivant le drame initiateur de sa transformation, ce deuxième tome signe la naissance et l’affirmation du héros. Doté d’un cœur artificiel et pouvant voir dans le noir, Théo Sinclair est désormais capable d’exploits exceptionnels pour un être humain normal. D’une classe folle dans son ensemble noir (costume, lunettes et chapeau melon), Théo est totalement changé par son expérience et n’est plus le même homme. Alors que son handicap avait fait de lui un être réservé et peu sociable, le voilà courageux, vif et d’une grande assurance.

Libéré des contraintes inhérentes à un premier tome introductif dont l’exposition trop appuyée provoquait une certaine lenteur du récit, ce deuxième volet fait feu de tout bois. Toujours au dessin, Gess enchante et nous offre des visions magnifiques qui restituent l’atmosphère et l’imagerie SF du Nyctalope tel qu’on pouvait les lire dans les meilleurs récits de Jean de la Hire. On citera ainsi cette exploration sous-marine et le combat qui s’ensuit entre Sinclair et l’androbathe, ou bien encore l’évasion de Noé Levigan. On retrouve encore l’idée motrice de Lehman quant à la fiction ancrée dans l’histoire avec des astuces scénaristiques qu’on a pu déjà voir dans La Ligue des gentlemen extraordinaires. Bien que la mise en abyme soit moins forte que dans La Brigade chimérique¹, il n’en reste pas moins que cela fonctionne toujours autant et que L’Œil de la nuit bénéficie de plusieurs niveaux de lectures plus intéressantes et passionnantes les unes que les autres.

Autour de l’œuvre : Personnage principal de plus d’une vingtaine de romans, Théo Sinclair alias le Nyctalope alias L’œil de la nuit est un personnage de fiction créé en 1908 par Jean de la Hire. Il est considéré comme le premier super-héros de la littérature.

En accompagnement : La Brigade chimérique, chef-d’œuvre de Serge Lehman.

Extrait : « Je suis mort docteur. La douleur n’a plus d’importance. J’ai eu mal toute ma vie de toute façon. Je n’éprouve vraiment que deux choses : Un sentiment de puissance physique presque animal et une immense colère »

Sortie : Le 27 mai. Édition Delcourt. 96 pages

 

¹ Via un parallèle audacieux entre fiction et faits historiques, Lehman décrit les raisons de la disparition de la figure super-héroïque en Europe et sa renaissance aux Etats-Unis

Partager