On a lu… L’oeil de la nuit – Tome 1 : Ami du mystère

On a lu… L’oeil de la nuit – Tome 1 : Ami du mystère

Note de l'auteur
Tome 1

Tome 1

Petit à petit, la France redécouvre son patrimoine super-héroïque. Après la Brigade Chimérique, l’homme-truqué et Masqué, Serge Lehman continue l’exploration de l’univers des surhumains issus de l’esprit scientifique et fantastique européen du début du XXe siècle.

 

Aujourd’hui on a lu L’Oeil de la Nuit (anciennement titré Le Nyctalope avant un problème avec les ayant-droits) mais on s’est également replongé avec plaisir dans La Brigade Chimérique avant d’attaquer la nouvelle série de Serge Lehman et Gess. Publiée originalement en six tomes, ce Ragnarök de la culture populaire française et européenne reste encore aujourd’hui un petit monument. Dans la lignée du travail d’Alan Moore sur La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, Lehman, Colin et Gess construisent un univers incroyablement foisonnant composé d’héros scientifiques et de surhommes nés de la Grande Guerre tous issues d’une littérature populaire dont l’immensité n’a d’égal que l’oubli dont elle fait l’objet.

 

la-brigade-chimerique-1C’est de cet oubli que les auteurs vont traiter dans ce qui se trouve être un manifeste pour le merveilleux et l’esprit scientifique en tant que ciment de toute civilisation et de tout progrès. En basant leur histoire à la vielle de la Seconde Guerre mondiale, Lehman, Colin et Gess offrirent une allégorie expliquant par la fiction la disparition de la figure du super-héros en Europe et sa renaissance aux États-Unis. À l’heure où un travail immense de redécouverte et de réappropriation de cette culture et de cette image est entrepris par une flopée d’individus aussi dangereux que passionnants, La Brigade Chimérique apparaît de plus en plus comme une clé de voûte parmi les plus intéressantes de ce travail.

 

Personnages issus de la littérature populaire européenne, les super-héros sont devenus légitimement des figures américaines par les nouveaux aspect inhérents à leur renaissance autant que par l’émergence d’une nouvelle forme d’expression artistique devenu plus apte à mettre en valeur le caractère mythologique et épique de leurs aventures: le comic-book. C’est donc naturellement que la réappropriation actuelle par les auteurs français passe par la bande dessinée¹. La Brigade Chimérique était un coup de maître nous attendions avec impatience les premières aventures d’un de ses personnages-clés.

 

Le destin ultime du héros, c’est de mourir et puis de revenir, transfiguré. En ce printemps 1911, c’est ce qui attend Théo Sinclair. Dernier héritier d’une grande famille française, passionné de science mais de santé fragile, Théo va être entraîné sur les routes de l’aventure par une femme fatale anarchiste, un télépathe hindou, un savant fou suisse… Il va devenir l’Œil de la Nuit.

 

 

LOeildelaNuit_T1_pl1Crée en 1908 par Jean de la Hire (un des noms de plume d’Adolphe d’Espie), les aventures du Nyctalope vont s’étendre sur une vingtaine de romans jusqu’en 1941. Personnage central de La Brigade Chimérique, il devient (conformément à la logique narrative et thématique des auteurs) une métaphore du gouvernement français de l’avant-guerre. Il est alors intéressant et réjouissante de voir Lehman et Gess se pencher sur les origines du personnage. D’une part, cela nous permet de nous replonger dans un univers où créations littéraires célèbres et personnalités réelles se côtoient. D’autre part, cela nous donne l’occasion d’assister au début d’un héros important dont la chute nous est connue. Exercice difficile de prequel donc mais dont les auteurs se sortent brillamment dans ce premier tome.

 

Serge Lehman et Gess rejouent leur partition et convoquent de grande figures réelles et fictives. Cette disparition des frontières étant rendu crédible par l’idée que les personnages littéraires sont accompagnés de leurs biographes à savoir les créateurs de ces personnages eux-mêmes (Maurice Leblanc est ainsi décrit comme le biographe d’Arsène Lupin, le célèbre gentleman cambrioleur étant un des protagonistes de ce tome). Présenté comme un personnage intelligent mais effacé, Théo Sinclair va suivre un parcours initiatique assez typique. C’est somme tout normal quand on parle du Nyctalope. Servi par les dessins d’un Gess en pleine forme, L’Oeil de la Nuit est une origin-story classique mais qui offre des moments qui colle à la rétine. On pense en premier lieu à la mise en scène de Lupin mais surtout au premier pas d’un Théo dont la blessure lui confère les pouvoirs qui construiront sa légende.

 

Bien qu’assez lent dans sa mise en place, ce premier tome est une agréable lecture dont les dernières pages replacent clairement le Nyctalope dans son rang de pionner et d’ancêtre. Un beau retour en grâce pour un personnage oublié  qui permet aujourd’hui, au sein de la bande dessinée, de lui restituer son statut de premier super-héros littéraire.

 

 

 

L’Oeil de la Nuit – Tome 1 : Ami du mystère (Contrebande, Delcourt)

Écrit par Serge Lehman

Dessiné par Gess

Prix : 15,95 €

 

 

¹ Mais également par la littérature via notamment les éditions Rivière Blanche

Partager