On a lu… One Piece (T. 70) de Eiichiro Oda

On a lu… One Piece (T. 70) de Eiichiro Oda

Note de l'auteur

Volume_70Eh oui, déjà 70 tomes (en France) au compteur et One Piece ne semble pas près de se terminer, même si nous sommes plus proches du dénouement que du commencement. Est-ce que la magie est toujours intacte ? Que reste-t-il de ce titre adulé ? Ne commence t-on pas à voir les limites du gargantuesque univers d’Eiichiro Oda ? Voici quelques éléments de réponse.

 

Un arc prend fin et un nouveau commence… Un peu comme la vie, en fait ! À la différence près que dans One Piece, un arc équivaut à presque toute une vie. Donc on pourrait dire que One Piece, c’est plusieurs cycles mis bout à bout. Eiichiro Oda ne faiblit pas et garde le cap, coûte que coûte, enfilant les péripéties en mode roller-coaster frénétique et parfois, lessivant. Cesar Clown, le scientifique à tendance psycho-killer de masse s’est fait démonter par un Luffy hilarant de conneries et pendant ce temps-là, les autres courent dans tous les sens, comme des dératés, depuis maintenant quelques tomes. Il y a un bug dans la matrice car on a comme une impression de déjà-vu… La construction des arcs devient quelque peu redondante… En gros, ça donne : l’équipage de Luffy débarque sur île, ils se séparent (d’une manière ou une autre), ils foutent un bordel innommable, ils courent partout, se mettent sur la gueule avec des personnages plus ou moins charismatiques, re-courent partout, sauvent pas mal de malheureux qui se trouvaient là, re-re-courent partout et finissent par une grosse orgie de bouffe et d’alcool, en mode Astérix chez les pirates. Sensation accentuée suite au climax et au combat dantesque de Marine Ford et depuis le début de la seconde partie du manga. L’arc de reprise sur l’île des hommes-poissons était plutôt un prétexte aux retrouvailles de l’équipage, qui s’avéra décevant et celui-ci, concernant Punk Hazard, n’a pas été toujours très passionnant et constructif.

 

one_piece_volume_70_fan_made_cover_by_tolkienop-d5y7jceMalgré ce constat parfois irritant, la mythologie et le monde de One Piece restent prenants, drôles et profondément passionnants. Toutes les ramifications entre les différents personnages, les sous-intrigues laissées en suspens et les grandes questions encore sans réponse, savent garder toute notre attention. À ce niveau-là, ce tome 70 fait le boulot et il semblerait enfin que l’on rentre dans le vif du sujet. Les différents protagonistes se mettent en action, tout du moins quelques-uns, et on espère vraiment voir de réelles avancées dans les diverses intrigues. Il y a une quinzaine de tomes, on a fait la connaissance des Supernovae, la nouvelle génération de pirates mais on ne les a pas vraiment revus depuis. Ce tome laisse entendre que les choses bougent de leur côté et qu’on pourrait les voir prendre pleinement part à l’intrigue, assez vite. Oda aime ses personnages et prend le temps de les introduire, de même qu’il ne les laisse jamais tomber ou sombrer dans l’oubli. Le retour d’une figure mythique dans une histoire est souvent un grand moment et dans One Piece, il y en a un certain nombre, y compris dans ce tome. Au sujet des mystérieux et fascinants Fruits du Démon, l’élément apporté à la fin du tome laisse libre court à notre imagination même si j’ai un petit problème avec la potentielle prolifération des fameux fruits. Ne risque-t-on pas de tomber dans la surenchère de porteurs de Fruit du Démon, alors même que le titre est déjà parfois « over the top »!?

 

Un tome prometteur qui clôture un arc en demi-teinte. On rigole toujours autant aux conneries de Luffy et ses acolytes et on ne sera jamais rassasié de la mythologie de One Piece tant que Eiichiro Oda saura raconter les histoires comme il le fait. Reste plus qu’à rentrer de plein pied dans le vif du sujet…

Partager