• Home »
  • Manga »
  • On a lu… Saint Seiya: The Lost Canvas Chronicles (T.4) de Shiori Teshirogi
On a lu… Saint Seiya: The Lost Canvas Chronicles (T.4) de Shiori Teshirogi

On a lu… Saint Seiya: The Lost Canvas Chronicles (T.4) de Shiori Teshirogi

Note de l'auteur

Toujours publié aux éditions Kurokawa, The Lost Canvas Chronicles continue d’explorer le passé des 12 Gold Saints à raison d’un tome par personnage. Pour ce quatrième tome, la mangaka s’attaque au signe du Cancer.

 

Je ne reviendrai pas sur la mythologie Saint Seiya, je l’ai déjà fait ici. TLC Chronicles est un spin-off de The Lost Canvas, lui-même déjà un spin-off/prequel de la série-mère. Après deux premiers très bons tomes consacrés aux Chevaliers du Poisson et du Scorpion et un troisième moins réussi sur celui du Verseau, Teshirogi nous en dit un peu plus sur Manigoldo, chevalier d’or du Cancer, disciple du Grand Pope. Premier constat, qui ne fait que confirmer ce qu’on pensait déjà de ce personnage dans TLC, il est nettement plus intéressant et charismatique que son successeur Masque de Mort. Ce dernier, occupant la maison du Cancer lors de la bataille du Sanctuaire était caricatural et relativement insipide dans la série d’origine, alors qu’ici, Manigoldo a une personnalité bien plus affirmée. Sa filiation avec le Grand Pope, en fait un personnage de premier plan, réhabilité aux yeux du lecteur.

 

Autre point positif, le temps d’un tome, l’auteur met les Spectres d’Hadès de côté pour s’intéresser aux Chevaliers Noirs. Alors, non pas que les Chevaliers Noirs soient les adversaires les plus passionnants de l’univers Saint Seiya mais on a tellement (qui a dit trop?!) bouffé d’Hadès et son armée de Spectres, qu’il est assez salutaire de ne pas se les taper une centième fois, même si ce n’est que le temps d’un tome. Enfin, dernier bon point, Shiori Teshirogi a l’excellente idée de mettre en scène non pas un mais deux Chevaliers d’Or: Manigoldo est accompagné d’Albafica du Poisson. Elle avait déjà tenté d’établir des relations entre les Gold Saints dans TLC et elle persiste ici. C’est clairement une bonne idée! Cela manquait cruellement dans l’œuvre d’origine, par la suite on a cru qu’un autre spin-off, Saint Seiya G, allait explorer cet aspect mais on a vite déchanté. C’est quelque peu curieux que les auteurs ayant travaillé sur l’œuvre, n’aient jamais complètement exploité les relations entre les Chevaliers des douze maisons, alors même qu’ils vivent tous au même endroit et sont sensés se battre pour une seule et même cause…

 

L’histoire en elle-même n’est pas non plus renversante, elle prend place à Venise et oppose donc deux Gold Saints à un groupe de Chevaliers renégats. Le problème majeur de TLC Chronicles, c’est qu’on a du mal à s’inquiéter pour les personnages dont on sait qu’il s’en sortiront indemne puisque l’on connaît la suite de l’histoire. Malheureusement, le titre manque de surprises et on ne serait pas contre quelques twists disséminés ici et là. Mais on ne va pas pour autant bouder son plaisir et on ne peut que remercier Kurokawa de nous proposer cette série. D’autant que les dessins de Teshirogi sont particulièrement fins et travaillés et rendent parfaitement hommage à la mythologie Saint Seiya.

Partager