On a lu… The Crow Midnight Legends – Tome 1 : Pas de quartier

On a lu… The Crow Midnight Legends – Tome 1 : Pas de quartier

Note de l'auteur
The Crow

The Crow

« C’est beau une ville la nuit ! » nous disait ce bon vieux Richard Bohringer. Avec quinze tonnes de flotte qui tombent sans discontinuer depuis des jours, on sera tenté de lui dire que c’est tout de suite moins joli. C’est en tout cas beaucoup plus glauque, telle cette ville sans nom où certaines personnes mortes dans des conditions horribles reviennent à la vie pour se venger grâce à la magie d’un corbeau.

 

Œuvre empreinte d’une grande aura, The Crow fait partie de notre culture depuis maintenant plus de vingt ans. Bande dessinée exutoire créée par un James O’Barr totalement dévasté par la mort de sa fiancée et l’impossibilité de se venger, l’œuvre devint un formidable film fantastique tout aussi nourri de musique rock que son modèle, et qui connu la terrible tragédie que l’on sait.

 

Malheureusement il ne fallut pas longtemps pour que la machine commerciale se mette en route, et si on a échappé aux dessins animés pour les petits nenfants, force est de reconnaître que les multiples suites cinématographiques sont bien médiocres notamment à cause de l’absence d’une véritable recherche graphique. Problèmes que ne connurent pas les différents comics qui suivirent l’oeuvre de Barr, dont certains furent dessinés par des auteurs illustres ou amenés à le devenir. Depuis 2012, l’éditeur IDW Publishing compila et réédita ces différentes séries en TPB¹. C’est ce matériel que Delcourt décide de publier à partir de ce mois en commençant non pas avec le premier volume (Dead Time par James O’Barr et Alex Malev) mais par le troisième. Les histoires n’étant pas reliées entre elles, cela ne pose au final pas de problème et permet à l’éditeur de commencer cette série avec un des poulains de la maison à savoir Charlie Adlard, le dessinateur de The Walking Dead.

 

Ils étaient jeunes, beaux et heureux. Ils avaient la vie devant eux et pourtant le lendemain de leur mariage fut la fin pour eux. Attaqués à un feu rouge par des voleurs, ils moururent tous les deux sous les balles de leurs agresseurs. Le temps passa et le corbeau arriva. Michael fut alors ressuscité afin de pouvoir assouvir sa vengeance. Seulement les choses ne sont peut-être pas ce qu’elles sembleraient être à son retour.

 

The Crow #3

The Crow #3

Comme on le voit, l’histoire de cette mini-série en trois épisodes est tout à fait classique et se place dans la droite lignée des histoires de vengeance et d’amour brisé tel que la mythologie de The Crow nous a habitués. On retrouve certains passages obligés notamment la résurrection du personnage, le contexte urbain, l’ambiance angoissante et oppressante de la ville et bien sûr, la traque vengeresse du personnage principal. Toutefois le scénariste Jerry Prosser va apporter quelques nouveautés afin de rendre son récit assez unique.

 

La place du corbeau est ainsi particulièrement soignée. Non seulement l’oiseau ouvre et clôture le récit, mais il devient un personnage à part entière en communiquant avec Michael et en dévoilant les origines de leurs pouvoirs. Mais l’apport le plus original dans l’histoire tient avant tout dans le choix d’une narration divisée entre trois individus. Si la mini-série commence en suivant la quête du vengeur, celle-ci va ensuite bifurquer pour nous faire suivre le destin de l’assassin de Michael, pour enfin finir avec le point de vue du flic qui suit l’affaire.

 

Cette idée intéressante permet alors de prendre plus de hauteurs vis à vis de la mythologie de The Crow. En nous montrant le tueur de Michael des années après son méfait (sortant de prison pour le crime qu’il a commis et visiblement bien changé), Prosser nous apporte un point de vue beaucoup plus nuancé sur toute l’histoire. On peut alors se questionner quant à la pertinence de la vengeance et se dire que le corbeau n’est pas si juste que cela. Pour un peu on en viendrait même à prendre partir pour l’ancien meurtrier.

 

The Crow, Midnight Legends – Pas de quartier nous donne également l’occasion de profiter d’un des premiers travaux de Charlie Adlard. On constate déjà une relative maîtrise du cadre et un habile maniement du noir et blanc. Certes tout n’est pas parfait, mais on a clairement affaire à un artiste sur le point d’exploser et dont le dessin fait énormément pour la qualité de l’ensemble.

 

Avec ce premier tome Delcourt nous permet de nous replonger dans la mythologie d’une œuvre très particulière. Le concept permet beaucoup de choses et de sortir des romances tragiques classiques comme on peut le découvrir ici ; espérons que les tomes à venir seront dans la même lignée.

 

 

 

The Crow, Midnigt Legends – Tome 1 : Pas de quartier (Contrebande, Delcourt, IDW Publishing) contient les épisodes de The Crow – Wild Justice #1 à #3

Ecrit par Jerry Prosser

Dessiné par Charlie Adlard

Prix : 13,95 €

 

 

 

¹ Pour Trade Paper Back à savoir les recueils compilant plusieurs numéros d’un comic.

Partager