• Home »
  • JAPAN »
  • On a lu… The Rising of the Shield Hero (T. 1) de Aiya Kyu
On a lu… The Rising of the Shield Hero (T. 1) de Aiya Kyu

On a lu… The Rising of the Shield Hero (T. 1) de Aiya Kyu

Note de l'auteur

the-rising-of-the-shield-hero-doki-doki-1Le MMORPG a encore frappé ! De nos jours, on ne peut pas faire une petite partie sans prendre le risque de se faire aspirer dans le jeu. Après Hack//Sign, Log Horizon et Sword Art Online, c’est au tour de The Rising of the Shield Hero (un titre pareil, ça ne s’invente pas) de s’essayer à l’immersion sur les terres vidéoludiques du RPG. Des otakus, des fillettes/ratons laveurs toutes kawaii, des monstres, de la rivalité et de la trahison, TROTSH (on va l’appeler comme ça, c’est plus fun et facile) suit scrupuleusement le cahier des charges de ce sous-genre de la famille des shônens, en y apportant un petit twist. Et contre toute attente, ce premier tome s’en sort plutôt bien ou en tout cas, mieux que d’autres.

 

TROTSH (y’a pas à dire, c’est vraiment plus fun !) est à la base une light novel de Aneko Yusagi en cours de publication depuis 2013. Le manga reprend exactement la même trame et nous plonge dans un monde d’heroic fantasy en mode RPG. Du haut de ses 20 ans, Naofumi est un jeune homme lambda, un étudiant en fac fauché et légèrement otaku sur les bords. Un beau jour, le voilà aspiré par un bouquin qui le balance dans un univers médiéval, où il fait la rencontre de trois autres jeunes hommes. Ils sont tous les quatre briefés sur la raison de leur venue, à savoir anéantir le Mal et sa horde de méchants démons. Avouez que c’est plutôt recherché ! À partir de là, chacun d’entre eux va se voir remettre une arme et, tandis que les trois autres vont recevoir respectivement une épée, une lance et un arc, ce pauvre loser de Naofumi va se retrouver avec un bouclier pour seule arme. Bien entendu, comme dans tout bon RPG qui se respecte, nos héros possèdent leurs fiches personnages, avec caractéristiques, points d’expérience et tout le bazar. Mais l’aventure va prendre une bien mauvaise tournure pour le jeune homme, lorsque celui-ci va se faire rouler par une jeune femme qui va tout lui voler et l’accuser publiquement de viol.

 

rising01C’est à travers cette petite pirouette que TROTSH trouve son vrai point d’encrage. Qu’importe de savoir pourquoi ils ont été bazardés ici, de même qu’on se fout un peu de leur quête. Finalement, ici, ce qui nous intéresse, c’est plutôt la trajectoire de Naofumi qui n’a rien demandé à personne et qui se retrouve à devoir sauver un monde qui le condamne pour un crime qu’il n’a pas commis. Plus trouble que beaucoup de ses homonymes, il dévoile différentes facettes de sa personnalité. À ses côtés, Raphtalia, une jeune esclave aux oreilles de raton laveur (la caution kawaii du titre) dont il fait l’acquisition, va devenir son bras armé puisque je le rappelle, étant le héros au bouclier, il n’est habilité à posséder, ni employer aucune autre arme. Le titre ne se focalise pas constamment sur son idée de départ qui, clairement, n’est pas l’idée du siècle et on finit par l’oublier pour nous concentrer sur la dynamique du binôme et leur progression personnelle. À ce titre, TROTSH (je ne m’en lasse pas), évite le piège dans lequel est tombé le titre Log Horizon qui rabâche à longueur de pages, le fait d’être dans un jeu. Concernant le dessin, Aiya Kyu fait un travail tout à fait honorable, hormis cette horrible couverture. Le trait fin rappelle le style shôjo mais tout en conservant les caractéristiques du shônen. Le chara-design est travaillé même s’il pioche dans des idées déjà vues. Dans l’ensemble, ce premier tome The Rising of the Shield Hero (allez, pour la forme…) est une agréable surprise. Sur une thématique archi-balisée, il parvient à prendre le contre-pied pour amener son récit dans une autre direction. Pas renversant mais suffisamment surprenant pour qu’on ait envie d’en savoir plus.

 

The Rising of the Shield Hero (T. 1) de Aiya Kyu, aux éditions Doki-Doki

Partager