On a lu… Thor – Renaissance par Joe Michael Straczynski et Olivier Coipel

On a lu… Thor – Renaissance par Joe Michael Straczynski et Olivier Coipel

Note de l'auteur

Thor – Renaissance

« Voyez cela, je vois mon père. Voyez cela, je vois ma mère et mes sœurs et mes frères. Voyez cela, je vois tous mes ancêtres qui sont assis et me regardent. Et voilà qu’ils m’appellent, et me demandent de prendre place à leur côté dans le palais du Valhalla, là où les braves vivent à jamais… ». Quand Joe Michael Straczynski et Olivier Coipel soulèvent à nouveau le marteau du dieu Asgardien, la renaissance commence.

 

Personnage incontournable et incroyable de l’univers Marvel, Thor est probablement celui qui nous permet de nous rendre compte au mieux de la cosmologie du grand architecte de Marvel : Jack Kirby. C’est dans les pages des aventures du dieu de la foudre que le roi Kirby développa avec le génie qu’on lui connaît, son univers basé sur une mythologie puissante et une science-fiction totalement débridée. En un mot comme en cent, Thor fut le bel ancêtre de l’univers des New Gods qu’il créa chez DC Comics par la suite.

 

Princes d’Asgard et membre fondateur des Vengeurs, fils d’Odin et défenseur de la Terre, Thor est un personnage aux confluents d’inspirations et d’influences qui nourrirent sa série durant des dizaines d’années avec des hauts et des bas. On laissera de côté les mauvais moments pour se souvenir des hauts faits du puissant guerrier. Un des effets secondaires et bénéfiques d’une adaptation cinématographique¹ est que les éditeurs en profitent pour publier du matériel sur le personnage.

 

Entre une nouvelle intégrale de Stan Lee et Jack Kirby, le Thor/Loki de Robert Rodi et Esad Ribic (qui dessine également la série Thor, God of Thunder qu’on retrouve dans les pages de la revue Avengers Universe), le Thor – Viking de Garth Ennis, Thor – The Mighty Avengers dessiné par le talentueux Chris Samnee, ou bien encore le Best Comics : THOR n°4 qui regroupe les épisodes du run de Dan Jurgens, et qui se conclura en 2004 par l’épique Ragnarok et la mort de Thor et de tout Asgard.

 

Asgard ressuscité

Nous sommes en 2007, cela fait maintenant trois ans que la précédente série Thor s’est terminée avec la mort du personnage. Depuis lors, l’univers Marvel a bien changé avec notamment Civil War et sa lutte entre deux factions de super-héros. C’est dans ce climat de défiance et d’une telle opposition entre Iron Man et Captain America qu’elle eut pour conséquence la mort de ce dernier, que Marvel décide de ressusciter le troisième membre du triumvirat des Vengeurs. Il faut dire que la Maison des idées a avec elle, deux arguments de poids : Joe Michael Straczynski et Olivier Coipel.

 

 

 

On ne présente plus le premier. Connu pour avoir créé, produit et écrit l’une des plus grandes séries de la télévision américaine avec Babylon 5, JMS a également comme faits de guerre les brillantes séries Rising Stars et Midnight Nation. Chez Marvel l’homme s’est fait connaître avec son run sur The Amazing Spider-man dans lequel il offrit de très bonnes choses (un retour au statu quo classique du loser Parkerien tout en prenant en compte son évolution, la découverte par Tante May du secret de son neveu qui donne lieu à un épisode remarquable) mais également d’autres plus discutables, telles que l’approche totémique du personnage, la saga The Other (dont les conséquences furent vite oubliées), les enfants de Gwen Stacy et le fameux One More Day².

 

Bien que son passage sur la série fut salué (du moins à ses débuts), on sentait que Straczynski n’était pas forcément à l’aise avec le personnage et qu’il appréciait le faire aller dans des genres moins habituels. La preuve en est les nombreuses incursions que Spider-man entreprenait dans l’univers de l’occulte ou des dieux. Il est donc peu étonnant de retrouver cet auteur féru de conte mythologique aux commandes de la nouvelle série Thor.

 

Olivier Coipel

Olivier Coipel c’est notre fierté nationale quand même. Un dessinateur extrêmement talentueux qui est passé chez Dreamworks puis chez DC pour enfin signer un contrat d’exclusivité chez Marvel qui le présenta comme un de ses futurs grands. Il le prouva rapidement en dessinant quelques épisodes des Avengers mais surtout en s’occupant des dessins de la fameuse mini-série House of M écrite par Brian Bendis. Son trait puissant et sa mise en page ample qui arrive à mettre en valeur des corps majestueux dans des décors très vastes, est parfait pour illustrer Asgard.

 

Les Dieux qui moururent lors du Ragnarok sont donc de retour, à commencer par le plus illustre d’entre eux : Thor. S’inspirant du début de la série de Lee et Kirby, Straczynski fait revenir le docteur Donald Blake dans la course. Celui qui n’était qu’une enveloppe humaine pour un Thor en apprentissage d’humilité sur Terre, revient ici comme comme déclencheur de la résurrection du personnage.

 

Détenteur de toute la puissance de son peuple, Thor va partir en quête de ses compagnons dont on découvre rapidement qu’eux aussi ceux sont réincarnés dans des humains. Le rapprochement entre humains et asgardiens sera d’ailleurs un des pivots du run de Straczynski. Outre cette idée de réincarnation donnant lieu à de très belle scènes et de jolis portraits (notamment celui d’Heimdall ou celui de Balder), la décision de Thor de recréer Asgard en lévitation à côté d’une petite ville perdue des Etats-Unis sera l’occasion de nombreuses scènes où chacun des deux peuples va apprendre à connaître l’autre.

 

Thor contre Iron Man

Sans toutefois renier certains fondamentaux (la quintessence divine de certains personnages, les manipulations d’un Loki ayant pris ici l’apparence d’une femme, un Volstagg toujours aussi présomptueux), la série arrive à offrir une nouvelle vision d’Asgard et de ses habitants présentés comme assez immobilistes et peu enclins au changement.

 

On peut toutefois reprocher à ces premiers numéros un manque assez flagrant de véritable combat et de mise en valeur de Thor face à des antagonistes forts. Nous sommes plus dans une quête d’ordre spirituelle qu’autre chose. Toutefois le duel entre le dieu de la foudre et un Iron Man alors totalement antipathique, apporte sa dose de testostérone.

 

 

 

Avec une magnificence que ne regretterait pas Walter Simonson, Coipel nous offre un Thor tout simplement magnifique et majestueux. Honnêtement il y a peu de mots pour bien décrire, alors ouvrez les yeux et admirez les quelques images qu’on vous a mis.

 

S’ils souffrent d’une carence en combat, ces premiers épisodes de la série n’en reste pas moins très agréables à lire et s’avèrent surtout être une très bonne porte d’entrée pour découvrir non seulement un des personnages les plus puissants et épiques de Marvel, mais également tout son univers composé de dieux hâbleurs, pompeux, fourbes ou cléments. On n’est pas dans la lecture divine mais ça reste tout de même un très bon cru.

 

Thor – Renaissance (Marvel Select, Panini Comics, Marvel Comics) contient les épisodes de la série Thor (2007) #1 à #8

Ecrit par Joe Michael Straczynski

Dessiné par Olivier Coipel

Le volume contient également les épisodes spéciaux Thor God-Size Special (Matt Fraction/Mike Allred) et Thor : The Trial of Thor (Peter Milligan/Cary Nord)

Prix : 16,30 €

 

¹ Ou bien télévisuelle puisqu’Urban profite de la diffusion prochaine d’Arrow pour éditer la série dans sa revue Justice League Saga

² Suite aux événements de Civil War durant lesquels il dévoila au monde son identité secrète et où sa Tante fut mortellement blessée, Spider-man devint de plus en plus darrrrrrrkkkkk. Conscient qu’un point de non-retour pas forcément judicieux venait d’être franchi, Marvel décida de mettre en place une pirouette scénaristique très discutable (Spider-man fait un pacte avec Mephisto pour effacer au monde entier son identité secrète ; dans le processus son mariage avec MJ est annulé) afin de revenir aux sources du personnage.

Partager