On a lu Valmy (septembre 1792) de Gloris, Zarcone et Fogolin

On a lu Valmy (septembre 1792) de Gloris, Zarcone et Fogolin

Note de l'auteur

Nouvelle série historique, Valmy amorce le cycle de ces cinq batailles qui ont permis au sentiment national de se constituer, d’où vient la notion « se sentir et être français ». Cette bataille symbolique fait partie des mythes républicains. Et ça fait du bien de se le remémorer.

Champ_dhonneur_Valmy_INT.inddL’histoire : Valmy, c’est un symbole de l’histoire hexagonale, une escarmouche qui devint fondatrice puisqu’elle permit la naissance de la République et de fait l’abrogation de la Monarchie. Une bataille qui aide à mieux percevoir la genèse de notre pays et ce que signifie le fait d’être français. À votre bonne lecture, Citoyens.

Mon avis : on prend une bonne tranche d’histoire dans les dents. Cela tombe bien, on est historien de formation. Et on n’a jamais abordé ce pan capital du roman national français durant nos longues années d’études en faculté. La faute à des Modernistes trop modernes et des Contemporanéistes trop contemporains… Valmy, on situait bien un petit peu. C’était la période révolutionnaire. Une victoire dans notre esprit, mais on ne se rappelait plus qu’elle avait été aussi importante dans la constitution de la « res publica ». Cette BD nous a remis à niveau en quelque sorte, puisse-t-elle opérer de même avec vozigues.

Valmy, ce sont donc près de dix années de notre histoire, de 1783 à 1792, avec en filigrane la vie de Martin qui observe son papa branché par l’absolutisme, avant de se détourner de son oncle prêtre et de la religion, pour écouter finalement les sirènes du progrès et de la Révolution. Le « Pauvre Martin », pauvre misère, cher à Brassens, devient à l’instar de ses concitoyens de la chair à canon, mais de la chair à canon qui gagne et qui écrit l’histoire.

Valmy, c’est surtout une victoire tactique, près d’un petit village à l’est de Paris, des généraux Kellermann et Dumouriez sur les Prusso-Autrichiens et, plus généralement, le succès du peuple des conscrits de France contre les armées professionnelles conquérantes – des lauriers qui seront obtenus après une modeste canonnade qui ne fit « que » quelques centaines de morts… et qui entraîna le départ des envahisseurs – mais aussi celle qui permit l’émergence du sentiment français, du drapeau tricolore, de la souveraineté populaire, par les armes. Le peuple, pour et par le peuple.

Valmy a aussi vu une chansonnette griffée Claude Joseph Rouget de Lisle, à destination de l’armée du Rhin, devenir par la suite notre hymne national. Le Chant de guerre pour l’armée du Rhin devint La Marche des Marseillois, puis La Marseillaise. Le tout, contre l’armée, ces coalisés qui en voulaient à la mère patrie par peur de la contagion révolutionnaire.Champ_dhonneur_Valmy_INT.indd

Valmy est enfin le premier opus d’une série de cinq BD indépendantes pour mieux comprendre l’histoire de France, dans la collection Champs d’honneur. Ou comment certaines batailles ont participé plus que d’autres à façonner un destin national (Castillon, La Berezina, Camerone, Dunkerque).

Si vous aimez : Houël et son œuvre sur toile, La Prise de la Bastille ou la peinture militaire de Vernet, La Bataille de Valmy.

En accompagnement : une ou deux citations de penseurs célèbres. Témoin de l’événement, Goethe assura : « D’ici et d’aujourd’hui, date une époque nouvelle de l’histoire universelle. » En apprenant la proclamation de la République, Kant eut cette réflexion : « Seigneur, laissez votre serviteur mourir en paix car j’ai vécu ce jour mémorable. »

gloris-thierryAutour de la BD : Thierry Gloris (notre photo) est né en Franche-Comté, ce qui en soi est déjà une grande qualité. Il est également un historien diplômé. D’où certaines accointances scénaristiques avec les BD qui ont trait à l’Histoire (Malgré nous, Waterloo 1911…). Il retrouve pour l’occasion son complice italien, Emiliano Zarcone qui donne la pleine mesure au scénario. Le trait est vif et tranchant. Les détails au rendez-vous avec une violence sourde, mais bien traduite. Un duo qui fonctionne.

Extraits : « Reprenez-vous l’ennemi avance, ce n’est pas le moment de flancher ! »Champ_dhonneur_Valmy_INT.indd

« Nous ne sommes pas de taille ! »

« Les Prussiens connaissent la guerre. Pas nous ! »

« Pourquoi mourir aujourd’hui ? »

« Pour la Nation ! »

« La Nation ? »

« Oui ! Vive la Nation ! »

Sortie : 15 juin 2016, Delcourt, 64 pages, 15,50 €.

Partager