On a (re)lu… Jack Kirby Anthologie

On a (re)lu… Jack Kirby Anthologie

Note de l'auteur

La couverture de l’ouvrage

Ce n’est pas parce que c’est Noël qu’on fait relâche……….Enfin si quand même un peu. Que voulez-vous on peut pas résister à une table bien garnie et des cadeaux sous le sapin. Rassurez-vous, on pense quand même à vous pendant qu’on joue avec notre nouveau jouet ou qu’on essaye ce magnifique t-shirt Captain America (merci chérie) et on vous propose de relire deux On a lu… sur des histoires qu’on a particulièrement aimé. On commence avec le King Kirby.

 

 

 

 

Alors oui, c’est sorti le mois dernier mais d’une part on ne pouvait décemment pas passer à coté de cet ouvrage et d’autre part inaugurer cette nouvelle rubrique avec le King Kirby n’est que somme toute normal.

Jack Kirby est le roi du comic-book. Cet homme qui a traversé la majorité du XXème siècle a su mieux que quiconque retranscrire à travers ses dessins d’une puissance incomparable, la folie de cette période qui a vu les pires des horreurs côtoyer les merveilles les plus incroyables. A l’instar d’un Osamu Tezuka ou d’un Hergé, l’influence qu’ont eu les créations de Kirby est telle qu’elle dépasse le cadre de l’industrie du comic-book, et qu’elle devient même impalpable comme une énergie qui nous entoure et nous pénètre, et qui maintient la galaxie en un tout unique. Les BD de Jack Kirby c’est la Force ! Afin d’initier les padawans français a tout un pan de l’œuvre du maître peu connu sous nos latitudes pour cause d’hégémonie historique de Marvel, Urban Comics a donc eu la brillante idée de nous offrir une anthologie, divisée en quatre parties et regroupant différentes oeuvres que Kirby créa pour DC Comics.

On commence en douceur avec la première partie, Simon et Kirby, qui nous propose les premières œuvres du duo qui devint célèbre en créant Captain America. En douceur n’est d’ailleurs pas le bon terme tant ces premières aventures contiennent déjà ce qui fera la puissance de Kirby. Déjà les cases sont explosives et les péripéties s’enchaînent à un rythme trépidant. Avec les aventures du Sandman, de La Légion des Petits rapporteurs et du Commando des Juniors, Kirby met au centre de son récit son lectorat principal. Qu’ils soient en bande ou en tant que partenaire du héros, les jeunes sont le cœur de ces récits. On y retrouve également quelques thèmes qui parcourront l’ensemble des travaux du King, notamment les combats fratricides. Enfin on notera le choix de l’épisode de Sandman avec Thor comme antagoniste. Une manière malicieuse de montrer que le futur dieu du Tonnerre membre des Vengeurs n’est pas une création de Stan Lee comme il aime le souligner mais que ce personnage traîne dans l’esprit de Kirby depuis bien avant les années 60.

Challengers of the Unknown N°4

La seconde partie, Aventures en tout genres, est celle qui recèle les plus belles pépites méconnues de Kirby, du moins pour les personnes peu familières avec ses travaux. Rentré de la guerre, il fait montre d’une diversité incroyable tout en peaufinant son trait et testant des idées qui seront l’engrais d’une révolution approchante. Récits criminels et histoires n’ayant pas dépareillé dans La Quatrième dimension : voilà ce que nous offrent ces pages auxquelles s’ajoutent les origines de Green Arrow au moment où les super-héros commençaient à revenir en force. Mais c’est bien sur avec Les Challengers de l’Inconnu que le lecteur prendra le plus de plaisir. Cette équipe d’aventuriers composé d’un pilote, d’un lutteur, d’un océanographe et d’un cascadeur luttant contre des scientifiques fous ou voyageant dans des contrées inconnues nous offrent un récit non seulement palpitant mais qui nous montre surtout à quel point les germes des Fantastic Four sont là, en attente de la folie créatrice des années soixante pour exploser.

Mister Miracle N°1

Composé des récits des quatre séries (Les Néo-Dieux, Mister Miracle, Jimmy Olsen et Les Immortels) racontant la lutte entre la planète Néo-Genesis et Apokolips, Le Quatrième monde (la troisième partie d’ Anthologie), est clairement la plus attendue par beaucoup de lecteurs. Revenu chez DC après avoir révolutionné le monde du comics en créant la quasi-totalité de l’univers Marvel, Kirby profite de son retour pour développer toute une cosmologie personnelle pleine de puissance mythologique et dramatique. De par leurs origines, Orion et Mister Miracle sont les porte-étendards de cet univers et leurs aventures sont tout simplement dantesques. Jamais le trait de Kirby ne fut aussi beau, aussi puissant, aussi singulièrement destructeur que quand il nous conte les combats entre Orion et son père Darkseid ou bien encore les aventures de Mister Miracle et de la sublime Big Barda. La reprise de la série Superman’s Pal, Jimmy Olsen fut aussi l’occasion d’assister à la rencontre entre le King des comics et le roi des super-héros tandis que Les Immortels perpétuent la tradition des séries de bandes de jeunes chère à Kirby. On reste d’ailleurs épaté de voir qu’à l’époque où les plus de cinquante ans ne comprenaient pas ces sales hippies, le King reste totalement en phase avec les revendications et désirs de la jeunesse.

Jack Kirby

Après ce plat de résistance savoureux et onctueux vient le dessert à savoir la dernière partie de l’anthologie : Monstres et Soldats qui nous démontrent que l’auteur a su parfaitement rebondir après l’arrêt des séries du Quatrième Monde (arrêt qui ne stoppera pas la vie de ses créations, celles-ci étant encore aujourd’hui bien présentes dans l’univers DC) à travers le récit de guerriers solitaires dans un monde hostile. C’est le point qu’on en commun The Demon, Katmandi et O.M.A.C. Nous avons le droit ici à des récits guerriers sans concession et toujours aussi passionnants. Enfin, après une nouvelle série Sandman (que Neil Gaiman intégrera à sa propre BD éponyme), l’Anthologie Jack Kirby se conclue sur le récit des Losers, un groupe (encore un) de militaires à qui on confie les missions les plus dangereuses.

Accompagné de textes présentant dans le détail les séries, les épisodes, le contexte et les auteurs accompagnant Kirby, cette anthologie se révèle être au final un ouvrage indispensable à tout amateurs de bande dessinée ou tout néophyte désireux de connaître les travaux du maître. En présentant de manière chronologique les différents épisodes, Urban Comics nous permet de prendre rapidement conscience de l’aspect précurseur des séries de Kirby, de la diversité de ses créations (où l’on passe des aventures de super-héros au romance comics) de la récurrence de certains thèmes et personnage (l’attrait de l’aventure ou bien encore la troupe de jeunes gens intrépides) et bien sûr l’évolution graphique de son style au fil du temps. A la lecture de cette anthologie, une impression évidente s’impose : celle de découvrir un genre aussi varié que passionnant, aux dessins tellement forts qu’ils en explosent leur cadre. Bref celle de découvrir un comic book.

Partager