On a vu… Archer et les spoilers

On a vu… Archer et les spoilers

Jusqu’ici tout se passait bien. La reprise d’Archer délivrait une bonne dose d’humour et d’inattendu. L’ouverture était en soi un petit morceau de bravoure. Musique classique, vision onirique, Sterling Archer marche dans les locaux d’Isis, un bouquet de roses à la main. Puis l’explosion et la mini-révolution. Isis est attaquée par un groupe armé surentraîné qui est en fait une équipe d’intervention du FBI.

Une confrontation logique quand on repense aux agissements d’Isis ces quatre dernières années. Face aux interrogateurs du FBI, le cast d’Archer nous offre un autre grand moment avec les interrogatoires croisés, qui s’enchaînent, se répondent, se font écho. Du grand art.

Et soudain, tout s’effondre. De retour dans les bureaux de Mallory Archer, l’équipe se met à mentionner « the white elephant in the room ». Littéralement. Dans la pièce cachée du bureau se trouve plusieurs tonnes de cocaïne. Isis fermée, la solution semble évidente : devenir un Cartel.

Archer se fige et se perd dans ses pensées. Un clip show démarre, montrant Isis devenir un cartel. Attendez ? C’est un délire ? C’est juste pour le clin d’œil ? C’est sympa, c’est rigolo… c’est un peu long par contre. Ca fait bien 3 minutes, là (1)… non mais stop… c’est une bande-annonce ? Ah, ok. Une bande annonce de 3 minutes qui spoile les moments forts de la saison entière.

C’est peut-être un problème purement personnel, mais j’ai un degré de tolérance très faible avec les bande-annonces qui en montrent beaucoup. Par principe, j’essaie de les éviter. J’aime être surpris, pas me dire à l’arrivée d’un gag ou d’un retournement de situation : « ah, cool, j’avais vu ça dans la bande-annonce ». Ici, les auteurs d’Archer prennent le téléspectateur en otage, lui font supporter un résumé condensé mais total de la saison qui démarre, sous-titrée Vice. Le résumé lance le hashtag #GoVice, fait prononcer à Archer les mots « Archer Vice »…

Ce n’est pas un cliffhanger d’épisode, c’est une publicité.

L’ennuyeux avec cette tentative malheureuse, c’est qu’elle fait revoir l’épisode sous un angle différent : est-ce que, au final, ces scènes pré-trailer n’auraient pas mieux fait d’être livrées en tant que web-série d’introduction au changement ? Au final, on se retrouve avec un épisode complètement bancal, extrêmement court, et surtout dont le dernier acte n’est qu’une grosse promo.

Je ne vais pas rester fâché bien longtemps non plus. On parle d’Archer, quand même. Une série drôle, bien construite, sexy, et qui prend des risques. Parce qu’au fond, cette idée de faire changer la série de cap n’est pas du tout inintéressant, bien au contraire. Les auteurs d’Archer, plutôt que de persister dans les habitudes, ont décidés de partir sur une voie complètement différente. N’as-t-on pas rêvé de ça sur d’autres séries qui se sont reposées sur leur acquis, et persisté dans une routine qui ne présentait plus aucun intérêt, ne générait aucune surprise ?

En saison 4, Sterling Archer s’était retrouvé à plusieurs reprises dans la même posture : en plein milieu d’une mission il est gravement blessé. Il finit dans un état calamiteux et s’en sort grâce à une chance insolente. Combien de fois allait-il falloir répéter ce processus jusqu’à ce qu’on en ait ras-le-bol.

Si la démarche est louable, et même excitante, la mise en route de cette révolution laisse totalement à désirer. Si je regarderai bien évidemment Archer Vice après cet épisode, ça n’est absolument pas grâce à cet épisode. Mais parce que c’est Archer, et que j’ai confiance.

(1) : J’avais décidé de ne rien regarder avant de lancer l’épisode, ni bande-annonce ni photo promo. Donc ça restait encore, à ce stade, une surprise.

Partager