• RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus

On a vu Gravity !

par John Plissken - Le 5 septembre 2013 Cinéma, Review

Précision utile : ceci n’est pas une critique dans le détail mais une première impression du film, que nous avons eu la chance de voir la semaine dernière. James Cameron ne ment pas : Gravity est un chef-d’oeuvre. Il l’est en partie d’abord par la surnaturelle performance formelle de Cuaron qui atteint, par ses choix de mise en scène et des technologies pour y parvenir, un degré d’immersion jamais atteint au cinéma depuis… 2001 l’odyssée de l’espace.

Le premier plan séquence de 12’30 (chrono à l’appui) vous propulse dans le vide intersidéral comme absolument AUCUN autre film ne l’a fait depuis le classique de Kubrick. Et le plus dingue, c’est qu’il n’est qu’un hors d’oeuvre au regard de tout l’orgasme visuel permanent de ce film vertigineux (au sens propre et figuré) tout au long de ses 90 minutes.

Mais surtout, Gravity est aussi un chef-d’oeuvre tout simplement parce qu’à partir d’un pitch laissant craindre de ne pas tenir la distance, Cuaron orchestre une symphonie d’émotions viscérales qui vous laissera littéralement sur le carreau en fin de projection.

La terreur, l’angoisse, la jubilation mais aussi, au fil de ce survival suffocant et confondant de beauté, une irrésistible empathie pour l’un des plus magnifiques personnage féminin jamais vu à l’écran : le Dr Ryan Stone, campée par une Sandra Bullock à la performance digne d’un oscar.

Gravity est enfin un chef-d’oeuvre parce qu’en plus de vous couper le souffle et d’instaurer sa tranquille révolution d’image et de son, il reste toujours à hauteur d’homme (et de femme) en assumant jusqu’au bout son statut de thriller et de voyage émotionnel en forme de renaissance. D’ores et déjà un classique, venant à point nommé pour nous rappeler pourquoi le cinéma en salles, dans d’aussi époustouflantes conditions, reste encore une aventure des sens et de l’âme pareille à nulle autre. On en recausera sur Mars d’ici sa sortie. Forcément.

Gravity, d’Alfonso Cuaron. Avec  : Sandra Bullock, George Clooney. 1h30. Sortie le 23 octobre.

 

Note de l'auteur


Journaliste pigiste ciné/séries/entertainment depuis 1999, schizophrène depuis la création de son précédent blog John Plissken of Mars en 2008, Philippe Guedj a suivi le parcours classique du fanboy : premier Strange à cinq ans, Goldorak et Star Wars à 7, L’Homme qui valait 3 milliards, Magnum et Hill Street Blues entre 7 et 10, Zombie en VHS à 14, Assaut et Blade Runner à 15, Homicide à 27… liste sur demande ! Devrait s’arrêter de parler de lui à la 3e personne.

9 réponses à des années-lumières.

  1. arnoJF dit :

    Superbe comme prévu !!!! y’a t’il un petit côté « fantastique » ??

    • john plissken dit :

      Nope ! Pas le moindre élément de SF ou de surnaturel, c’est un strict putain de film d’aventure…. qui se passe dans l’espace. C’est pas de la SF, donc !

  2. Maad'Hakim dit :

    oh la , cela me donne encore + envie ! Un film qui pourrait relancer la carrière de Sandra Bullock ?

  3. Maxxxx dit :

    Quand Plissken s’emballe comme ça sur un film, ce n’est pas forcément bon signe..:D

  4. Xetor dit :

    Seul le temps crée les chefs d’oeuvre M. Plissken.

    • Jérôme Tournadre dit :

      Et pas du tout les créateurs qui, eux, regardent le truc sans rien faire….

      • Xetor dit :

        Je voulais dire qu’on ne peut pas le qualifier de chef d’oeuvre avant au moins un bon quinze-vingt ans. Un film doit résister au passage du temps et doit encore avoir une certaine pertinence dans le futur pour avoir l’honneur de porter ce titre. En attendant, ce peut être un excellent film, mais pas un chef d’oeuvre.

        • Piber dit :

          Tout dépend de ta notion de chef d’œuvre. Si pour toi un chef d’œuvre est un film qui reste toujours aussi bon avec le temps, alors oui ne le saura que dans 15 ans.
          Pour ma part un chef d’œuvre est un film que je suis capable d’apprécier ou qui est capable de me surprendre et m’émouvoir même après plusieurs visionnages (et qui est également techniquement très bon).

          Je suis du coup d’accord avec Plissken, Gravity est un chef d’œuvre. Je l’ai vu 2 fois et il m’a pris au tripe encore plus la deuxième fois, au point que j’en ais pleuré.

  5. Sharkeus dit :

    Ben merde alors (intervention indispensable)

Laisser un commentaire