On a vu… la cérémonie des Golden Globes 2013

On a vu… la cérémonie des Golden Globes 2013

Tina Fey et Amy Poehler, les deux hôtes de la soirée. Elles succédaient à Ricky Gervais.

Habitués à consacrer des nouveautés plus ou moins audacieuses, les Golden Globes auront cette année joué la carte du service minimum côté séries, capitalisant à mort sur les comédies. Côté ciné, pas de grande surprise non plus, à part le sacre en forme de revanche de Ben Affleck le mal aimé.

 

 

 

La cérémonie côté télé…
(par Nicolas Robert – notre phare dans la nuit, qui a vaillamment regardé la soirée toute la nuit pour le Daily Mars !)

A un moment, on a franchement eu peur. En voyant l’équipe de Game Change, Maggie Smith de Downton Abbey et toute la bande de Homeland récupérer prix sur prix, on a cru être tombé dans un vortex temporel qui nous avait renvoyé en septembre 2012. Pourtant, non : on a vérifié. Quand Claire Danes est venue prendre son prix de meilleure actrice dans une série dramatique pour Homeland, on a constaté qu’elle n’était plus enceinte. Donc non, on est bien en 2013 et on n’a pas revécu la soirée des Emmy Awards 2012. Côté télé et au vu du palmarès, cette nouvelle édition des Golden Globes ne restera cependant pas comme la plus mémorable, loin de là. En même temps, au regard des nominations, pouvait-il sérieusement en être autrement ?

Sans surprise et en même temps capable de bouder des incontournables (Justified, Happy Endings, Game of Thrones, Community, Aaron Paul pour ne citer que les absences les plus frappantes), la cérémonie ne risquait pas de créer de grosses surprises. Finalement, c’est du côté des comédies que les Golden Globes ont été fidèles à leur réputation. Si le prix de meilleur acteur remis à Don Cheadle (House of Lies) peut sérieusement faire tiquer (surtout quand on est en concurrence avec un certain Louis CK), la consécration de Lena Dunham et de Girls (meilleure actrice et meilleure comédie), plutôt attendue et méritée, aura apporté un petit vent de fraîcheur à un rassemblement par ailleurs parfaitement présidé par Tina Fey (30 Rock) et Amy Poelher (Parks & Recreation).

Juste avant le lancement de la saison 2, les prix décernés à Girls sont-ils le présage d’une longue série de récompenses ? On verra ça dans quelques mois… Sur ce coup, les Golden Globes ont marqué leur différence avec les Emmys (qui avaient boudé bien comme il faut la série de HBO, au profit encore une fois de Modern Family). Tant mieux : sans ça, la partie séries de la cérémonie aurait été d’une fadeur sans nom.

Lena Dunham et ses comparses de Girls

 

La cérémonie côté ciné…
(par John Plissken, qui a laissé Nico seul sur le pont, feignasse)

De l’aveu général, aussi bien en séries télé qu’en cinéma, le palmarès de l’édition 2013 ne restera pas gravé dans les mémoires pour ses audaces. Peut-être un peu plus étonnante en cinéma cependant… En revanche, la présentation de Tina Fey et Amy Poehler, belles, pétillantes et mordantes mais à des années lumières de la méchanceté aigrillarde de Ricky Gervais (qui avait d’ailleurs choqué l’an passé), est aujourd’hui saluée dand le Hollywood Reporter. Lequel a retenu, à juste titre, la meilleure vanne de la soirée, prononcée par Amy Poehler au sujet de Kathryn Bigelow : “À propos de torture, je fais confiance à une femme qui a été mariée à James Cameron pendant 3 ans ! « . Amy, si tu me lis, je te veux, je te désire, je t’aime, tu es belle râââh…. pardon.

Autre grand temps fort : le discours hallucinant et très émouvant de Jodie Foster, venue récupérer des mains de Robert Downey Jr le Cecil B. De Mille Award pour l’ensemble de sa carrière. L’actrice, qui avait déjà confié en interview (et dans l’indifférence générale) un spleen perceptible au moment de la sortie de The Beaver, a de nouveau laissé parler son coeur publiquement hier soir. Cette fois, c’était pour un touchant coming out officiel sur son homosexualité, le premier en public aussi explicite si je ne m’abuse.

Résumant le parcours émotionnel difficile qui fut le sien en tant que personne publique, elle rendit un poignant hommage à son ex-compagne : « Je ne pourrais en aucune façon être ici sans remercier l’un des plus grands amours de ma vie: mon héroïque co-parent, ex-compagne amoureuse et âme soeur, confesseur, partenaire de ski, conseillère, ma chère compagne pendant 20 ans, Cydney Bernard« . « Merci à toi Cyd. je suis si fière que nous soyons une famille moderne. Nos garçons, Charlie et Kit, qui sont ma raison de vivre, mon sang et mon âme. » Mais l’actrice ne s’est pas limitée à cette confession et l’on peut percevoir dans son long discours comme une sourde mélancolie, presque un ras le bol, une lassitude de la solitude qui perçait déjà au moment de The Beaver. Vous pourrez lire un compte rendu complet du discours de Jodie Foster sur le site ecrannoir.fr

Jodie Foster : 50 ans et toujours aussi belle !

Ca fait plaisir

– La revanche de Ben Affleck : ok, objectivement, Tarantino et surtout Ang Lee ou Kathryn Bigelow méritaient davantage de remporter le Golden Globe du meilleur réalisateur. Et Life of Pi ou Zero Dark Thirty, allez même Django Unchained, pouvaient légitimement prétendre à l’emporter sur le moins étincelant – mais excellent – Argo. Et pourtant, ca fait plaisir pour Affleck, ex- piètre acteur beau gosse au sourire insupportable, en passe de ringardisation au milieu des années 2000 et qui, humblement, a su se reconstruire une crédibilité en passant derrière la caméra. Chapeau et ce Golden Globe lave en partie l’affront de l’absence de nominations aux Oscars.

– Jessica Chastain, meilleure actrice : OUIIIIIIIIIIIII !!!!!!! Dans Zero Dark Thirty, elle est immense. L’Oscar ne peut pas lui échapper, c’est tout.

Les Intouchables et Marion Cotillard, re-bredouilles. Après le flop aux nominations des Oscars, rebelote hier soir aux remises des Golden Globes. Marion Cotillard, pourtant excellente (il faut le reconnaitre) dans De Rouille et d’os a perdu la partie face à Chastain. Décidément, Marion va forcément très vite se remettre de sa terrible melonite carabinée évoquée la semaine dernière, et c’est bien pour cela que ce nouvel échec fait plaisir. Quant à Intouchables, ces lignes n’engagent que leur auteur mais vu la qualité toute relative du film, on ne peut que se réjouir d’échapper à un nouveau buzz envahissant.

Christoph Waltz, meilleur second rôle masculin dans Django Unchained. Mille fois mérité, il est le meilleur atout du film avec Leonardo DiCaprio.

En musique, la récompense de la sublime Skyfall, chantée par Adele, au titre de meilleur chanson dans une bande originale.

Ben Affleck fier d’être récompensé pour Argo !

 

Ca fait pleurer

Les Misérables sacrée meilleure comédie musicale dans la catégorie bicéphale comédies/comédies musicales (allez comprendre la logique du bouzin…). On enrage pour Moonrise Kingdom.

Leonardo DiCaprio re-bredouille pour Django Unchained. Oui je sais, je me contredis par rapport à quelques lignes plus haut. Mais pour autant que je me réjouisse de la récompense de Waltz dans Django…, je reste toujours triste de voir que, même lorsqu’il fait l’effort de changer de registre pour nous faire un numéro jamais vu dans sa carrière, DiCaprio continue d’être ignoré. Une vraie malédiction, ce truc.

Autant de prix pour Les Misérables. Pas encore vu mais à vue de nez, comme ça, le film semble très loin du label Mars Aproved (convoité dans 58 galaxies…)

 

On s’en fout un peu

Amour sacré meilleur film étranger : c’était attendu. Bravo à Haneke et à toute l’équipe, en attendant une confirmation probable aux Oscars.

Daniel Day Lewis, meilleur acteur pour Lincoln. Prévisible, tant ce film est calibré à tous les postes pour aspirer les récompenses. Denzel Washington dans Flight n’aurait pas volé une récompense.

Les Golden Globes parfois c’est…

 

LE PALMARES COMPLET

 

Côté ciné…

Meilleur film : Argo

Meilleur réalisateur : Ben Affleck (Argo)

Meilleur scénario : Django Unchained (Quentin Tarantino)

Meilleur acteur dans un film dramatique : Daniel Day-Lewis (Lincoln)

Meilleure actrice dans un film dramatique: Jessica Chastain (Zero Dark Thirty) YOUPIIIII !!!!!!

Meilleure comédie ou comédie musicale : Les Miserables

Meilleur acteur dans une comédie ou une comédie musicale : Hugh Jackman (Les Miserables)

Meilleure actrice dans une comédie ou comédie musicale : Jennifer Lawrence (Silver Linings Playbook / Happiness Therapy)

Meilleur second rôle masculin : Christoph Waltz (Django Unchained)

Meilleur second rôle féminin : Anne Hathaway (Les Miserables)

Meilleur film d’animation : Brave

Meilleur film étranger : Amour (par Michael Haneke)

Meilleure chanson pour un film : “Skyfall” (Adele & Paul Epworth), Skyfall

Meilleure musique de film : Life of Pi (Mychael Danna)

 

… et côté télé

 

Meilleure série dramatique : Homeland (Showtime)

Meilleur acteur dans une série dramatique : Damian Lewis (Homeland)

Meilleure actrice dans une série dramatique : Claire Danes (Homeland)

Meilleure série comique : Girls (HBO)

Meilleur acteur dans une série comique : Don Cheadle (House of Lies)

Meilleure actrice dans une série comique : Lena Dunham (Girls)

Meilleure mini-série ou téléfilm : Game Change (HBO)

Meilleur acteur dans une mini-série : Kevin Costner (Hatfields and McCoys)

Meilleure actrice dans une mini-série : Julianne Moore (Game Change)

Meilleur second rôle dans une série, une mini-série, un téléfilm ou une comédie musicale : Ed Harris (Game Change)

Meilleur second rôle féminin dans une série, une mini-série, un téléfilm ou une comédie musicale : Maggie Smith (Downton Abbey)

Partager