On a vu… la rentrée des comédies de Yahoo

On a vu… la rentrée des comédies de Yahoo

Le démembrement des canaux de production et de diffusion de séries avait déjà connu un gros virage début 2013 avec l’OPA de Netflix sur la série tv. Derrière son champion poids lourds House of Cards, le web operator avait aligné d’autres poulains de plus ou moins bonne fraîcheur (Arrested Development S04, Hemlock Grove ou Orange is the New Black). En tout cas, l’offensive était ambitieuse et artistiquement aboutie. Désormais sont attendues avec impatience les premières livraisons d’Amazon en la matière, alors que le géant de la vente sur le web produit cinq séries originales (6 au départ mais Zombieland, la série, est mort-née).

Après avoir tenté une entrée en force dans le genre websériesque avec notamment Cybergeddon d’Anthony Zuiker et Electric City de Tom Hanks, Yahoo fait marche arrière et se replace sur un terrain plus modeste avec des webséries de format court. Son « fall comedy lineup » qui a débuté le 9 septembre est passé relativement inaperçu, c’est le moins que l’on puisse dire. Et pourtant, le vétéran du web nous offre d’un coup 8 séries de format court, à très court, via son portail.

Avec Ghost Girls, l’excitation est au rendez-vous…
B-O-R-I-N-G !

D’Amanda Lund et Maria Blasucci dans Ghost Girls à John Stamos pour Losing It With John Stamos, en passant par Ed Helms, Zachary Levi et Gillian Jacobs dans Tiny Commando ou encore Cheryl Hines et Rachael Harris avec We Need Help, la distribution des séries Yahoo fleure bon les seconds couteaux (no offense), voire l’anonymat total de ce côté-ci de l’Atlantique. Allez, c’est lundi, on y va mollo pour la revue de troupes, en ne retenant que les « original series » et S01 :

Ghost Girls

Heidi (Amanda Lund) et Angelica (Maria Blasucci) sont deux « paranormal investigators ». Douze épisodes co-produits par un Jack Black en perdition pour cette série imaginée par Jeremy Konner (Drunk History). Pas vraiment drôle et encore moins frissonnant, Ghost Girls emprunte au Scary Movie 5 qui lui-même parodie Paranormal Activity. Même en le prenant à la blague, cela reste du found footage de gueule.

Losing It With John Stamos
Produit par Morgan Spurlock et lui-même, ce show d’interview de John Stamos revient sur leur(s) première(s) fois avec des « célébrités ». L’ex-beau gosse d’Urgences a l’air de se faire chier devant la caméra, presque autant que nous derrière l’écran.

Tiny Commando
Ce sont Ed Helms, le coincé des Very Bad Trip et Jacob Fleisher (Mad, le show tv) qui ont eu l’idée de mixer les Thunderbirds avec Chérie, j’ai rétréci les gosses, Small Soldiers et Robot Chicken. Zach Levi (Chuck), Gillian Jacobs (Community) et Helms lui-même en « evil guy » s’en sortent pas trop mal. La bouffonnerie de l’ensemble n’a pas le degré de délire de Robot Chicken, mais on passe un bon moment.

We Need Help
Le jeune Max (Max Loeb) devient assistant des actrices Cheryl Hines et Rachel Harris (dans leurs propres rôles) et tente de gravir les échelons à Hollywood sans perdre son intégrité. « On a vu… » ne l’a pas vu.

The Fuzz
Là encore, Yahoo va piocher à droite et à gauche pour monter cette série entre Rue Sésame et le genre buddy-cop. Car dans The Fuzz, les humains vivent aux côtés de muppets. Notre héros est donc un flic en peluche qui s’en prend au cartel de la drogue. Cela manque cruellement d’irrévérence et de vulgarité pour être vraiment génial. N’est pas Seth MacFarlane qui veut.

Comme chez Yahoo, ils ne sont pas débiles et savent que leur portail est tout ringardos, ils se sont fendus d’une Yahoo Screen App pour iTrucs, mais aussi d’une interface de bureau plus digeste que l’entrée d’autoroute qu’est la home du portail. Comme chez Netflix, Yahoo offre une expérience dite « marathon » en offrant l’intégralité des saisons d’un bloc. Une stratégie compréhensible chez un opérateur payant comme le premier cité, beaucoup moins chez Yahoo, qui voit là disparaître toute chance d’inscrire son opération dans un minimum de durée.

Pour délivrer un verdict définitif, « On a Vu » n’en a pas vu assez, mais la ligne éditoriale de Yahoo apparaît assez floue. Le titre de sa série We Need Help semble être un cri d’appel au secours de la part de Yahoo. Ou encore, à l’image de la série Tiny Commando, Yahoo « pense petit par manque de grandes idées » pour reprendre le constat de Variety. D’ailleurs, la vice-présidente de Yahoo et responsable du contenu vidéo, Erin McPherson, ne s’en cache pas : « Si ça ne marche pas, nous reverrons le tir. La beauté de ce média est qu’il nous permet d’apprendre. »

Mais qu’elle se rassure, paradoxalement, Yahoo Screen risque de connaître une forte affluence, non pas pour ce lineup tout frais, mais pour les 38 années de Saturday Night Live dont a hérité le site. Une collection de 5 000 émissions, ou plutôt morceaux d’émissions (NBC conserve les droits sur les émissions intégrales) dont les 700 millions de visiteurs mensuels de Yahoo ne risquent pas de se lasser de sitôt.

Partager