On a vu… que Gotham ne sera pas Smallville

On a vu… que Gotham ne sera pas Smallville

Gotham. La série excite les curiosités depuis quelques jours à mesure que le casting s’étoffe. Et pourtant, au sujet de cette série, depuis le premier jour, plane un doute.Le doute qu’elle ressemble à Smallville. En gros, une œuvre qui réécrit les origines d’un héros que tout le monde connaît (ou plus justement pense connaître), en accumulant les frustrations.

Et pourtant il y a de grandes chances pour que ça n’ait rien à voir du tout, et pour les raisons suivantes :

1 – La diffusion

Oh, c’est mignon, il essaie d’être sombre…

Smallville est apparue sur la WB, ancêtre de la CW. En gros, une chaîne faite majoritairement pour les jeunes, entre 15 et 25 ans. Cette filiation n’empêche pas la noirceur (Buffy, Supernatural sont de bons exemples de séries aux thèmes adultes et au traitement loin d’être édulcoré) mais limite le champ d’action si on s’en tient au cahier des charges de la chaîne.

Gotham arrive sur la FOX, la chaîne de Jack Bauer et du docteur House. Une chaîne qui, traditionnellement, arrête certaines séries fabuleuses beaucoup trop tôt, mais qui a pour elle de les mettre à l’antenne. Son public  est plus adulte, le ton de la série devrait donc s’en ressentir.

Gotham = Smallville ? Non, pas dans ce cas-là.

2 – Le créateur

À ma gauche, scénaristes sur L’Arme Fatale 4, Shanghai Noon, Martial Law avec Samo Hung et (parce qu’il faut bien citer un truc positif), le Spider-Man 2 de Raimi, Miles Millar et Alfred Gough pour Smallville. À ma droite, créateur et showrunner de The Mentalist bien sûr, des boulots de scénaristes sur des séries USA The Huntress et le remake de Touching Evil, mais surtout créateur et showrunner de Rome sur HBO, Bruno Heller pour Gotham.

Gotham = Smallville ? Non, toujours pas. Pas DU TOUT le même CV pour les créateurs.

3 – Le casting

Dans Smallville, si Michael Rosenbaum est très bon, si John Glover est très très bon, le duo en haut du casting, ça reste Tom Welling et Kristin Kreuk. Soit des comédiens très très jolis à regarder, mais avec un talent très relatif.

Le casting de Smallville rangé du moins joli au plus joli, mais aussi du meilleur au plus mauvais…

Gotham nous a servi successivement : le fils d’un Doctor (Sean Pertwee, fils de Jon) pour un Alfred Pennyworth dont l’inspiration directe est Michael Caine ; une vraie gueule pour le Pingouin, Robin Lord Taylor. Erin Richards (Being Human) sera Barbara Kean, la femme de James Gordon. Un James Gordon qui prend les traits de Benjamin MacKenzie, un ancien de la très bonne Southland, et qui se rapprochera peut-être plus de l’image du comics que celle de ses deux incarnations cinématographiques (entre un Gary Oldman un peu chétif et un Pat Hingle clairement trop « large »).

Et dernièrement, la FOX a asséné le coup de grâce. Harvey Bullock, flic pourri et équipier de Jim Gordon, sera interprété par Donal Logue (Hank dans Terriers). Du très haut niveau donc.

TERRIERS ! (pardon…)

Gotham = Smallville ? Non-non. Franchement non.

4 – Le héros

Smallville s’attachait à nous raconter les histoires d’un Clark Kent au biberon, mêlant la découverte du collège et de ses pouvoirs. Une période limitée dans la vie de Kent vu qu’il n’est censé connaître aucun de ses ennemis. La série a pris une première liberté en intégrant Lex Luthor comme figure importante de Smallville (plutôt intelligemment), et continuera tout du long, toujours le cul entre deux chaises : respecter le prémice ou donner dans le fan-service (ils ont choisi l’option 2).

Le héros de Gotham n’est PAS Bruce Wayne. S’il fait partie du récit, et y apparaîtra certainement de façon grandissante, le héros, c’est James Gordon. Et du coup, ça n’a rien à voir. La série sera une série policière dans l’univers de Gotham City. Un petit peu, d’une certaine manière, à l’égal de la brillante série de comics Gotham Central (non pas que Gotham en soit une adaptation directe).

Le héros, c’est Gordon

Gotham = Smallville ? Euh…

5 – Le pitch comparatif

Ce n’est pas une vraie raison mais c’était histoire de faire 5. Smallville c’est Superman qui rencontre Buffy dans un catalogue Gap. Gotham ça a l’air d’être Southland qui rencontre The Shield dans un Chicago fictionnel.

Gotham = Smallville ? Voilà, voilà…

 

Le projet Gotham semble ne rien avoir en commun avec Smallville. Mais ça ne veut pas dire que la série sera bonne pour autant. Pour ça, on attendra de voir. Mais impatiemment.

Partager