Pilote Automatique : Friends with better lives (CBS)

Pilote Automatique : Friends with better lives (CBS)

Note de l'auteur
Pas Friends, Friends With Better Lives on a dit.

Pas Friends, Friends With Better Lives on a dit.

L’histoire : 6 amis. Chacun à différentes étapes de la vie d’un adulte. Chacun pense que la situation de l’autre est enviable. Andi et Bobby (Majandra Delfino et Kevin Connolly) sont mariés et ont un enfant, Will (Van der Beek) est séparé, Jules (Brooklyn Decker) et Lowell (Rick Donald) ont trouvé l’amour et Kate (Zoe Lister-Jones) est une célibataire endurcie.

Autour de la série : Dana Klein est la créatrice. Elle a, entre autres, bossé sur Jesse (NBC), Becker (CBS) et les dernières saisons de Friends (NBC). La série est aussi produite par Aaron Kaplan (Terra Nova, ooooh) et David Hemingson (Don’t Trust the B—- in apartment 23, aaaaaah).

Le pilote est réalisé par le David Nutter des sitcoms, le dieu du multicaméra, le vétéran James Burrows (73 ans, 38 ans de carrière). Le pilote a été programmé à la suite du finale d’How I Met Your Mother, et a fait perdre 1/3 de l’audience de la chaîne. A moins que ça ne soit le finale d’HIMYM qui ait fait perdre ce tiers d’audience.

Avis : 6 personnages. 3 hommes, 3 femmes. La trentaine. Variations sur le couple et le sexe. Mmmm… Mais c’est pas comme Friends, hein ? Ah non. Jamais de la vie. La créatrice a bossé sur Friends, le réal du pilote aussi, le titre… comment parler du titre sans se marrer un peu ? Donc, oui, Friends With Better Lives, c’est plutôt « Friends avec des personnages assez différents », c’est « Friends comme imaginé sur CBS », c’est hélas « Friends avec moins de bons gags ». Un peu comme How I Met était « Friends avec un bar au lieu d’un coffee shop enrobé d’un high-concept casse-couilles ».

La dynamique est strictement la même, la série n’invente rien du tout dans le traitement. On est encore face à de la multi-cam de papa, avec rires enregistrés à l’ancienne (sérieusement, la bande-son des réactions du public est assourdissante sur cette série) et un cast hétéroclyte. Donnelly et Delfino sont pas mal, bien dans le rythme, pas forcément toujours bien servis. Rick Donald est assez insupportable. James Van der Beek semble complètement sous-utilisé, se contentant de scènes de dialogues avec des variations autour de deux thèmes : les nains et les pipes (pas celles qui se fument).

Brooklyn Decker pose problème. Dans son utilisation, il est difficile de comprendre la logique de la production (en fait, non, je la comprend très bien, mais je ne la partage pas). A mon sens, la prod devrait insister sur les capacités comiques de la jeune femme. Malgré cela, dans sa troisième apparition, elle est en sous-vêtements. Pour prouver quoi ? Qu’elle est magnifique ? On s’en était rendus compte tout seul, merci. Il vaudrait mieux essayer de l’installer en tant qu’actrice de comédie (le genre de la série, il est bon de le rappeler) en lui donnant des bons dialogues et des bonnes situations.

Un peu comme ce qu’ils font avec Lister-Jones, qui est franchement drôle et qui est (pour moi, je ne l’ai vu nulle part ailleurs avant), la révélation de ce pilote. Gros timing comique, voix claire et définie… elle crève l’écran dans ces 22 minutes. Ok, surnager dans une relative médiocrité, ça n’est pas un gros exploit, mais elle surnage quand même.

525136.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEpisode 2 ? On est loin du compte. Le pilote n’est pas très drôle, c’est bien ça le plus gros problème. Mais FWBL peut faire partie de ces sictoms (très nombreuses) dont le pilote ne ressemble pas à la série dans son ensemble. Une sorte de brouillon avant l’explosion de qualité. Au rang du rassurant : la présence de Van Der Beek, hilarant dans Don’t Trust the B—- in apartment 23, qui peut être un point fort de la série si les auteurs trouvent comment l’utiliser plus efficacement ; Lister-Jones, donc et à un degré moindre, le duo Delfino-Connolly. L’inconnue, c’est Decker, et ils sont totalement à blâmer sur la question.

Peu de chance que le ton de la série change rapidement, vu le nombre de semaine de diffusion qu’il reste avant la fin de saison. La chance de la série, c’est d’arriver à l’antenne aussi tard dans l’année. CBS n’a certainement pas de remplaçant sous la main en cas de mauvaises audiences. Au minimum les épisodes seront tous diffusés. En cas d’audiences moyennes, la série pourrait revenir en septembre, par défaut. Et peut-être s’améliorer, qui sait.

FRIENDS WITH BETTER LIVES, Episode 1 : « Pilot », (CBS)

Ecrit par : Dana Klein

Réalisation : James Burrows

Avec : James Van Der Beek (Will Stokes), Brooklyn Decker (Jules Talley), Zoe Lister-Jones (Kate McLean), Rick Donald (Lowell Peddit), Majandra Delfino (Andi Lutz), Kevin Connolly (Bobby Lutz)

Partager