Pilote Automatique : Sirens (USA)

Pilote Automatique : Sirens (USA)

Note de l'auteur

oublie-vite-le-chant-de,M142780L’histoire : Trois ambulanciers sillonnent la ville de Chicago pour sauver des vies et se faire des blagues. En gros.

Autour de la série : A la base, Sirens est une remake de la série de Channel 4 du même nom. Pour autant, elle semble être plus une extension de l’univers de son co-adaptateur, Denis Leary (Rescue Me). Il travaille ici en collaboration avec Bob Fischer, scénariste TV mais aussi ciné, surtout connu pour avoir écrit We’re the Millers et Wedding Crasher.

Avis : S’il y a bien quelque chose qu’on ne peut pas reprocher à certains exécutifs de chaîne, c’est de ne prendre aucun risque. A l’heure de la sacro-sainte « comédie familiale », la FOX tente Brooklyn Nine-Nine et Enlisted alors qu’USA fait Sirens. Trois séries dans des univers plutôt violents ou sombres (Police, armée, ambulanciers), mais tout en décidant d’en rire.

Denis Leary, l’une des têtes pensantes de ce remake, au vu de son background, semble être la personne idéale pour ce genre de show… et en même temps, il l’est sûrement trop pour être honnête. Sirens sonne comme The Job, et ressemble à une version limitée aux moments comiques de Rescue Me.

Si certains passages font franchement rire (souvent d’un rire gras), ils ne surprennent en aucun cas. La série est portée par un personnage central en perdition (avec Michael Mosley dans le rôle d’un simili-Leary), mais dans des proportions moins grandes que les œuvres précédentes de Leary (on reste dans la comédie). Son équipier semble plus intéressant, joué par le stoïque et très viril Kevin Daniels en ambulancier black, gay, qui affirme que les hommes, « ça ne pleure pas ». Enfin le petit nouveau, car il y en a au moins un dans chaque série de Leary est un gentil demeuré (c’est Kevin Bigley).

Et… c’est du Leary pur jus. Du déjà vu, entendu, aussi bien dans la façon de livrer les gags que dans la thématique générale de la série. Leary contemple toujours la masculinité, la place de la virilité dans la société. Il effleure souvent, dans ses bons jours, la stupidité de ses personnages et de leurs idées préconçues. Dans les moins bons jours, il met en scène des scènes de société qui semblent complètement arriérées.

Le chef de l’escouade est un mec, le trio principal est formé de mecs et si deux filles travaillent dans l’équipe, on les voit jouer les utilités pendant tout l’épisode, semblant tenir une pancarte avec inscrit « arrière plan » en permanence. C’est toute l’ambivalence de Leary, qui ne parle que de mecs, en permanence, mais les présente comme étant des idiots ignorants incapables de grandir.

Episode 2 ? Ai-je envie de voir une série qui me donne l’impression que son auteur radote lourdement ? Pas évident du tout. Peu de chances que je continue.

SIRENS, Episode 1 : « Pilot », (USA)

Ecrit par : Denis Leary et Bob Fischer

Réalisation : Victor Nelli Jr.

Avec : Michael Mosley (Johnny Farrell), Kevin Daniels (Hank St. Clare), Kevin Bigley (Brian Czyk), Jessica McNamee (Theresa Kelly), Isaiah Mustafa (Danny)

Partager