PGW: Preview sur Endless Space 2

PGW: Preview sur Endless Space 2

Après une incursion plus que réussie dans la fantasy avec Endless Legend, Amplitude est de retour la tête dans les étoiles avec une suite de son tout premier jeu. Annoncé en 2015 lors de la Gamescom, Endless Space 2 est maintenant disponible en early access sur Steam. Prometteur et chronophage, puisque je me suis perdu dans l’espace temps à diriger mon empire vers la victoire. En plus d’avoir joué à cet early access, nous avons eu la chance à l’occasion de la Paris Games Week d’interviewer Romain de Waubert de Genlis, cofondateur d’Amplitude. L’origine de la série Endless, le fonctionnement du studio, le mariage avec SEGA et bien sûr les nouveautés d’Endless Space 2, tout y est !

4

Stand Endless Space 2 Paris Games Week

 

Amplitude, un studio pas comme les autres
© nicolas cailleaud pour direct matin

© nicolas cailleaud pour direct matin

Passion et créativité, voilà comment je résumerais au mieux la genèse d’Amplitude et de sa série déjà culte Endless. Fondé en 2011 par deux anciens d’Ubisoft, Romain de Waubert de Genlis et Mathieu Girard, Amplitude a connu une ascension fulgurante en seulement quelques années. Comme tout bon conte de fées, l’histoire du studio commence à une époque sombre et incertaine pour le genre 4X (« eXplore, eXpand, eXploit, et eXterminate« ) alors en pleine traversée du désert. Popularisé par des jeux mythiques comme la série Civilization, le 4X avait connu ses heures de gloire dans les années 90 avant de disparaître mystérieusement. Abandonné peu à peu par les grands noms du monde vidéoludique, il était devenu quasi impossible de sortir un 4X via le circuit traditionnel, et ce pour le plus grand malheur des fans du genre, dont Romain et Mathieu.

Les deux compères décident alors de se lancer dans une folle aventure : fonder un studio indépendant en France et développer un ambitieux 4X digne d’une grosse production. Même si les deux vétérans ont certes un CV impressionnant avec des titres comme Battlefield 1942, R.U.S.E. ou Ghost Recon : Advanced Warfighter, le projet était loin d’être facile. Durant mon interview, Romain m’a même confié que le duo n’avait alors que peu de connaissances sur le développement d’un 4X. Néanmoins grâce à une énorme motivation, un travail acharné et l’aide financière de précieux amis, Endless Space est né. Et avec à ce jour plus d’un million d’exemplaires vendus, le premier opus de la série est un franc succès.

05312964-photo-endless-space

g2g%c2%b2_logoPour réussir, Romain et Mathieu ne se sont pas contentés de travailler dur. À la tête d’Amplitude, ils bouleversent les habitudes de développement. Tout d’abord, le studio a adopté une structure horizontale où tous les développeurs ont leur mot à dire. Des développeurs d’ailleurs majoritairement français puisque le studio parisien n’hésita pas à puiser dans l’important vivier de talent des écoles de jeux vidéo. Ensuite avec la plateforme Game2gether (G2G), à travers laquelle Amplitude est très proche de sa communauté en l’incluant dans le développement même du jeu. Comment ? Et bien via le crowdsourcing, via lequel les joueurs et apprentis game designers participent activement au processus de création en donnant leurs avis (parfois très détaillés) ou des conseils sur les fonctionnalités à adopter. À tel point qu’une des nouvelles races de Endless Space 2 (des arbres de l’espace façon Groot) a été entièrement imaginée par les fans.

De plus, Amplitude se base fortement sur sa communauté pour peaufiner ses jeux via l’accès anticipé sur Steam, et visiblement ça marche. Cette relation presque intime entre un studio et sa communauté n’est pas exclusive au studio français, mais reste encore trop rare. Heureusement pour nous, de plus en plus de gros studios/éditeurs ont adopté cette politique respectueuse envers les joueurs. Comme CD Projekt Red (critique The Witcher 3 ici), Amplitude jouit d’une très bonne image auprès des joueurs pour sa philosophie ainsi que la qualité et l’originalité de ses titres.

117352

L’équipe d’Amplitude prend la pose pour JeuxOnline

sega-acquires-amplitudeC’est pourquoi l’annonce du rachat d’Amplitude par SEGA en a naturellement inquiété plus d’un. Mais Romain s’est voulu tout de suite rassurant et m’a expliqué que le partenariat avec le géant nippon ne remettait pas en question l’indépendance créative du studio. Au contraire, le rachat par SEGA permet aux développeurs de se concentrer uniquement sur le jeu lui-même, pour laisser à l’éditeur « la partie fastidieuse » comme la promotion ou la localisation. Malgré la politique de DLC à outrance adoptée par SEGA qui peut faire grincer quelques dents, l’appui financier de l’éditeur est aussi un gros plus à l’heure où la concurrence se fait de plus en plus féroce.

3

Dawn of War III et Endless Space 2 côte à côte à la Paris Games Week

Il ne faut pas non plus oublier que depuis quelques années déjà, SEGA s’est positionné en tant que leader des jeux de stratégie sur PC avec les rachats de Creative Assembly (Total War) et Relic Entertainment (Dawn of War, Company of Heroes), oui rien que ça ! De grands noms qui ont définitivement pesé dans la balance au moment où plusieurs autres éditeurs faisaient les yeux doux à Amplitude. Romain ne cache pas son admiration pour la série Total War et sa joie de rejoindre cette prestigieuse famille. Peut-être verrons-nous une future collaboration avec le studio britannique ? En tout cas, je vous le dis mes amis, un nouvel âge d’or pour les jeux de stratégie est en train de voir le jour, et Dieu sait qu’il était temps !

Deux ans après les magnifiques Endless Legend (replay ici) et Dungeon of the Endless (critique ici), Amplitude a une revanche à prendre. Grâce à l’expérience acquise ces dernières années, Romain et Mathieu peuvent enfin faire le Endless Space dont ils ont toujours rêvé. En 2015, le studio annonce fièrement la mise en chantier d’une suite aux allures de reboot. Disponible sur Steam en accès anticipé depuis un petit peu plus d’un mois, il est temps de faire un premier bilan !

 

Gameplay asymétrique et narration ambitieuse

leadership-552d72a9Pour cet early access, le joueur a accès à seulement cinq races (sur huit dans la version finale). En jonglant entre les différentes campagnes, on réalise tout de suite le gros travail sur la direction artistique pour rendre chaque race vraiment unique. Pour commencer, les Luméris sont des gangsters amphibiens de l’espace, ça sonne plutôt bien, non ? Plus ou moins pacifistes et avant tout portés sur le business intergalactique, les Luméris sont une race parfaite pour les joueurs qui aiment Le Parrain et une civilisation basée sur le commerce. Fonctionnant comme une mafia avec plusieurs grandes familles, les Luméris ne sont pas sans rappeler les Hutt dans Star Wars.

leadership-4e610919

lore-060c6c46Les Cravers, déjà présents dans Endless Space, sont les Huns de l’univers Endless avec un savant mélange entre les Tyranides de Warhammer 40K et les Sardaukars de Dune. Violents, militaristes et expansionnistes, les Cravers ne connaissent et vivent que pour la guerre.

Les Sophons font aussi leur grand retour avec des allures d’Asgards de Stargate SG1. Peuple d’érudits, les Sophons sont, à l’opposé des Cravers, une race de scientifiques recherchant la paix et la prospérité en misant sur leurs avancées technologiques.

20161011201419_1

20161124114159_1Les Vodyanis sont quant à eux assez proches des Broken Lords d’Endless Legend. Véritables vampires de l’espace, ils sont en même temps des fanatiques religieux cherchant à purger la galaxie de tous les hérétiques. Contrairement aux autres races, les Vodyanis ne colonisent pas directement les planètes, mais vivent dans une grande flotte nomade comme les Quariens de Mass Effect.

Dernière race à faire son apparition, The United Empire est une faction humaine fortement focalisée sur une lourde industrialisation et la conquête. Pour ceux qui sont familiers de l’univers de Games Workshop, The United Empire est très proche de l’Imperium dans ses caractéristiques et son gameplay.

20161124170029_1Les habitués, que ce soit les joueurs de Endless Space ou Endless Legend, seront en terrain connu. Endless Space 2 reprend les très bonnes bases de son aîné tout en améliorant de nombreuses mécaniques. Plus riche, plus diversifié et surtout plus ambitieux, le nouveau jeu d’Amplitude est un parfait mélange entre ses précédentes productions. Comme nous l’a très bien expliqué Romain, les races ont plus que jamais un gameplay asymétrique. Elles ont aussi un riche background à explorer via un système de quêtes déjà aperçu dans des jeux comme Age of Wonders ou le plus récent Warhammer total War (critique ici) et plus particulièrement Endless Legend. Ces quêtes sont parfaites pour découvrir chaque civilisation et toute la mythologie Endless.

20161124125923_1

En dehors des quêtes, de nombreux événements apparaissent tout au long de la partie. Avec un souci du détail, ces événements rendent la galaxie bien plus vivante et les campagnes plus dynamiques. D’autant plus que le joueur devra à chaque fois faire un choix avec parfois de lourdes conséquences. La narration est définitivement un élément central du jeu. Sous la houlette du narrative director Jeff Spocks, le studio a engagé pas moins de quatre écrivains pour donner de l’épaisseur à ce space opera. Et autant le dire tout de suite, la qualité d’écriture est clairement au rendez-vous. Au lieu d’ennuyer le joueur, les nombreux textes participent grandement à enrichir l’expérience et à différencier Endless Space 2 de ses concurrents. Renforcer ce lien entre le gameplay particulier d’un 4X et la narration (ou le storytelling comme disent les Anglais) était un gros challenge pour Jeff Spocks et son équipe. Pour ceux que ça intéresse, n’hésitez pas à regarder la très bonne conférence sur le sujet ci-dessous :

 

Des nouveautés intéressantes

20161124120351_1Comme tout bon 4X, l’exploration et la colonisation de nouvelles planètes sont toujours au cœur du jeu avec toutefois quelques changements. En plus de pouvoir utiliser des vaisseaux d’exploration, le joueur peut envoyer des sondes vers l’inconnu en espérant qu’elles ne connaissent pas la même fin que Philae. Un peu comme dans Mass Effect 2, on peut étudier les planètes en recherchant des ressources de luxe ou des ruines Endless. Toutefois, voyager librement dans la galaxie à la recherche de nouvelles constellations peut vite tourner au vinaigre quand on tombe sur des pirates, ou un système déjà colonisé. En parlant de combats, Endless Space 2 a aussi fait quelques progrès de ce côté-là.

20161124163722_1

20161124121646_1Le joueur a ainsi maintenant la possibilité de créer ses propres vaisseaux en fonction des technologies disponibles. Avant d’engager les hostilités, il peut choisir un plan d’attaque parmi (seulement) trois schémas tactiques. Une fois qu’on a choisi la stratégie à adopter, la bataille est lancée et on en devient un simple spectateur. Chaque escarmouche est visible dans de superbes cinématiques en 3D où on peut voir sa flotte annihiler ses ennemis. Mais cela reste une cinématique et cet aspect passif est à mon avis un problème. Si Amplitude décidait de revoir son système de combat avec des éléments simplifiés de RTS en s’inspirant par exemple de Homeworld (critique ici), cela pourrait faire entrer Endless Space 2 dans une tout autre dimension.

20161125200642_1

392110_screenshots_20161017221602_1Pour les invasions et les batailles terrestres, c’est pratiquement la même chose, mais sans les cinématiques. L’armée est divisée simplement entre l’infanterie, les véhicules terrestres et les véhicules aériens. En fonction de l’importance stratégique du système dans votre empire galactique, le joueur pourra soit évacuer la planète ou bien la défendre coûte que coûte, mettant en péril la population civile. Il est également possible d’enrôler de force les civils dans l’armée en tant que conscrits, mais attention aux conséquences.

20161127163739_1

La politique a également une place importante dans Endless Space 2. Le joueur va devoir composer avec de nombreuses factions politiques aux idéologies diverses et parfois opposées : pacifisme/militarisme, écologisme/industrialisme et religion/science. En fonction de vos choix durant les événements ou quêtes, tel ou tel parti politique sera favorisé. Tous les vingt tours, c’est l’heure des élections dans votre sénat galactique. Des élections que vous pourrez bien sûr influencer de plusieurs manières : soutien officiel à un parti ou un candidat, intimidation ou bien financement d’une campagne électorale.

20161127163724_1

20161124122827_1En fonction de votre type de gouvernement, les options seront évidemment différentes. La composition du sénat n’est pas à prendre à la légère si le joueur veut faire passer des lois soutenant sa politique. Par exemple, avec un sénat qui est dominé par les pacifistes, il sera très difficile de faire passer des mesures militaristes. La bonne chose, c’est que rien n’est fixé, la situation politique peut à tout moment évoluer. Au fur et à mesure de l’expansion de votre empire, des factions mineures seront peu à peu intégrées et assimilées en apportant leurs cultures et bonus. Mais attention, puisque les factions mineures auront également une représentation au sénat et pourront donc changer la donne lors des élections.

392110_screenshots_20161009154836_1

392110_screenshots_20161007055545_1Romain nous a confirmé que les populations civiles ont un rôle déterminant à jouer dans cette suite. Ce ne sont plus de simples chiffres ou des statistiques, le joueur est à la tête d’un empire vivant. Pourtant je trouve que la politique est parfois peu cohérente si on prend en compte le lore du jeu. J’ai du mal à imaginer les Cravers ou les Vodyanis, qui sont respectivement militaristes et xénophobes, avoir un sénat galactique où sont respectées les aspirations du peuple et des factions mineures. J’aurais aimé voir un véritable impact des différents types de dictatures (dictature militaire/théocratie/monarchie absolue) avec, par exemple, des options plus agressives envers les factions mineures. La même chose pour les démocraties, il serait intéressant de voir des idéologies économiques comme le socialisme ou le libéralisme avoir un impact sur la société avec la possibilité d’avoir des révoltes populaires avec des marxistes du futur. Évidemment, je dis ça, mais le système politique déjà en place sur Endless Space 2 est de très bonne facture. Toutefois, je suis sûr qu’Amplitude a encore de la marge pour enrichir cette partie du jeu.

392110_screenshots_20161009230017_1

20161127163646_1Amplitude n’a pas oublié de revoir l’intelligence artificielle notamment sur le long terme pour encore plus de challenge. Et si l’IA n’est pas à la hauteur de votre génie, il sera toujours possible de se mesurer contre de vrais joueurs dans un multi réunissant jusqu’à huit joueurs. Autre bonne nouvelle, Romain, en amateur de mods, a confirmé que le modding serait encouragé dans Endless Space 2 avec l’intégration du Steam Workshop.

Un petit mot sur les graphismes : le jeu est techniquement irréprochable pour du 4X tournant sur un moteur Unity 5 largement modifié. Les menus sont beaucoup plus lisibles que le premier opus avec une belle interface très bien pensée. Tout est propre et limpide pour que même un joueur débutant dans le genre ne soit pas perdu.

20161127163850_1

En conclusion, malgré son statut d’Alpha, Endless Space 2 est d’ores et déjà un excellent jeu. Le nouveau titre d’Amplitude propose non seulement des races uniques avec un vrai gameplay asymétrique, mais aussi un gameplay émergent grâce à la richesse de sa narration. Pour la première fois, je vais conseiller un même jeu à la fois aux amateurs de stratégie mais aussi aux fans de RPG, ce qui en dit long sur la qualité d’écriture. Même les amoureux de Space Opera comme Star Wars, Dune ou Hyperion trouveront leur bonheur avec Endless Space 2. Plus complet, plus beau et surtout vivant, le 4X français a de beaux jours devant lui. Et à mon avis, si Amplitude parvient avant la sortie définitive à améliorer ce système de combat trop passif et à enrichir encore davantage la politique intérieure, Endless Space 2 peut prétendre siéger au panthéon des jeux vidéo.

Endless Space 2

Développeur : Amplitude Studios
Éditeur : SEGA
Prix : 30 €

Partager