Preview : Marvel’s Avengers

Preview : Marvel’s Avengers

Inquiétude et désarroi, ce sont peut-être les deux termes qui nous sont venus à l’esprit quand les premières images de ce Marvel’s Avengers ont débarqué sur la toile. On savait que l’équipe de Crystal Dynamics, à l’origine du retour de Tomb Raider ces dernières années, planchait depuis un bon moment sur ce titre ambitieux, le premier du genre qui doit capitaliser sur le succès du Marvel Cinematic Universe au cinéma.

Mais au lieu de profiter du casting original pour reprendre des figures que tout le monde connaît, le studio a préféré se lancer dans de tout nouveaux designs, peut-être pour réduire de potentiels salaires astronomiques si les acteurs étaient de la partie. Un ersatz de Robert Downey Jr, un semblant de Chris Evans : ces doublures vidéo-ludiques étaient décidément très proches sans être complètement convaincantes, et les trailers laissaient penser à un titre doté d’une histoire ambitieuse mais au gameplay désespérément générique. Il fallait bien une bêta de plusieurs jours pour que l’on puisse mettre les mains dessus et voir ce que le jeu a dans le ventre, quelques semaines avant sa sortie.

Premier constat : ne vous attendez pas à une simple aventure en coopération où les niveaux scénarisés s’enchaînent sans temps mort. Après une entrée en matière qui permet de tester tous les membres de l’équipe, le jeu offre un premier niveau concret avec le tandem Hulk et Miss Marvel. Une prise en main en douceur, mais qui refroidit petit à petit. Si l’impression de destruction et de surpuissance est bien là, c’est bien dans le feeling des combats, que ce soit dans l’animation ou le mix sonore qui a encore quelques couacs, que le jeu se révèle moins jouissif que prévu. Les combats fourmillent tellement d’ennemis qu’on se retrouve devant un spectacle de lumières incessantes, à tel point que les indicateurs de tirs arrivent bien trop tard pour que l’on puisse esquiver correctement, si on arrive à comprendre ce qu’il se passe.

Et si certains personnages comme Iron Man disposent de spécificités aériennes, le reste du casting privilégiera le corps à corps avec trop souvent le même type de gameplay : coups simples à marteler, coup fort à balancer, et appui long pour briser des boucliers. On esquive quand il faut, on balance trois attaques spéciales une fois la jauge remplie, et c’est à peu près tout. Chaque personnage possède un pouvoir accessible par une jauge remplie au fur et à mesure (Hulk devient plus balèze, Kamala grandit pour… être plus balèze), qui caractérise un peu plus nos héros préférés, mais c’est bien maigre. On y voit peut-être une volonté de ne pas privilégier un héros plus qu’un autre, mais à vouloir forcer les combats à courte ou moyenne distance, on perd l’intérêt de certains. Iron Man en est le meilleur exemple, puisque si on retrouvera les mouvements caractéristiques du personnage quand il est au sol, n’espérez pas naviguer entre les immeubles en esquivant des tirs de blasters dans un ballet aérien étourdissant.

Une fois ces deux niveaux d’introduction bouclés, on comprend bien vite dans quelle direction le jeu s’oriente. Un écran de sélection de missions permet d’accéder à différents endroits, où se bouscule plusieurs objectifs à faire en coopération afin de booster son personnage favori et récupérer du loot. Vous l’aurez compris, Marvel’s Avengers est comme prévu un jeu-service, une grande plate-forme vaguement scénarisée comme peut l’être un Destiny où les joueurs se retrouvent pour taper sur du méchant. Un titre qui s’étoffera au fil du temps, le studio ayant déjà annoncé un Hawkeye dans très peu de temps et un Spider-Man exclusif du côté de Sony, une nouvelle qui aura fait grincer quelques dents. De mon côté, il était impossible de tester la coopération en ligne puisque le matchmaking me renvoyait constamment sur l’écran-titre dès que quelqu’un se connectait sur le lobby. Le jeu laisse la possibilité de remplacer les autres Avengers par des bots pour vous accompagner dans vos aventures.

Des aventures pas forcément palpitantes, puisque les objectifs seront très souvent de parvenir à un point précis d’une grande carte semi-ouverte afin d’accomplir différentes missions, qui consistent généralement à combattre l’AIM, la méchante corporation de cette histoire qui a envahi la planète. Des objectifs généralement construits pour que chacun des quatre joueurs y trouvent son compte sans lâcher l’aspect coopération. L’un des objectif qui reviendra le plus sera de garder le contrôle de une ou plusieurs zones en repoussant les vagues d’ennemis pour que la jauge adverse n’arrive pas à 100 %. Un classicisme très « vidéoludique » qui donne l’impression d’enchaîner simplement du combat pour du combat, et qui trahit le cruel manque de modernité dont fait preuve ce Marvel’s Avengers.

Car même dans la coopération, ne vous attendez pas à des enchaînements impressionnants que l’on peut voir entre super-héros dans les films Marvel. Chez Crystal Dynamics, chacun s’occupe de son propre paquet d’ennemis, en aidant son camarade dans la déroute si besoin mais aucune mécanique coopérative interviendra pour dynamiser des combats qui se contentent d’être les mêmes d’une arène à une autre. Pas d’interactions avec le décor ni avec ses équipiers, un panel de possibilités limités : Marvel’s Avengers est un beat’em up des années 2000 déguisé en jeu service pour mieux améliorer son super-héros préféré grâce à du loot intempestif et quelques carottes cosmétiques pour se démarquer de ses partenaires.

Si Marvel’s Avengers ne partait pas sous les meilleurs auspices, la bêta confirme la direction dans laquelle s’oriente le jeu : un jeu service, permettant à quatre copains d’incarner leurs héros préférés dans des niveaux très classiques pour de l’équipement et des points d’expérience. Une affiliation avec Destiny étonnante mais qui peut fonctionner pour peu qu’on ne soit pas trop regardant sur un gameplay limité aux combats au corps à corps. Question beat’em up, on a l’impression que tout ce qui est passé ces dernières années n’a pas eu le moindre effet sur le jeu qui propose des combats assez mollassons et une répétitivité qui pointait déjà le bout de son nez au bout de quelques heures de jeu. Reste quelques personnages rigolos à jouer (Black Widow, Kamala Khan) et la surcouche Marvel qui fera certainement plaisir aux fans. Mais c’est bien maigre.

Marvel’s Avengers

Développeur: Crystal Dynamics
Éditeur: Square-Enix
Prix: 60 euros
Sortie: 4 septembre 2020

Partager