Preview : on a testé le nouveau Tomb Raider !

Preview : on a testé le nouveau Tomb Raider !

Après avoir dévoilé plusieurs trailers d’une beauté très engageante et une live-demo au dernier Paris Games Week, Square Enix a proposé à une petite poignée de privilégiés de tester dans ses locaux le dernier Tomb Raider. Parce que 3h de jeu seront toujours plus évocatrices que tous les events et toutes les démos, récit d’un rendez-vous secret avec la belle Lara…

 

Lara dans les 90’… plutôt sexy !

Permettons-nous un petit récapitulatif. En 1996, le 1er Tomb Raider voit le jour sur Playstation, développé par Core Design et édité par Eidos. A l’époque de Duke Nukem 3D, des Chevaliers de Baphomet et de Diablo 1er du nom, l’arrivée de Lara et son 95D pixellisé fit l’effet d’une bombe (si je puis dire). Première égérie vidéo-ludique provoquant autant d’émoi chez les gamers (un peu moins chez les gameuses), l’héroïne sur-équipée fera l’objet d’un mini culte agrémenté de tout un tas de produits dérivés.

Angelina Jolie en Lara Croft… hum.

Volet le plus spectaculaire du merchandising « Lara » : les deux très oubliables « films » Tomb Raider, réalisés respectivement par Simon West (Con AirExpendables 2) puis Jan de Bont (Speed, Twister et Hantise… un cador) avec la peu crédible Angelina Jolie. Comme quoi, même quand on se base sur un bon jeu et qu’on y met le budget, ça ne fait pas forcement un bon film (oserais-je parler de Silent Hill 2…).

Ironiquement, tous ces jeux d’aventure-action sont aussi largement inspirés des films d’aventure (comme les Indiana Jones) et il faut bien avouer qu’avec ce nouveau Tomb Raider, nous n’avons probablement jamais été aussi proche d’une expérience cinématographique. Les graphismes sont tellement aboutis que les transitions entre scènes jouées et non-jouées sont presque invisibles. Que la manette réponde ou pas, on savoure chacun de ces moments clés comme une scène d’anthologie. Un certain niveau d’immersion que la licence avait probablement perdu sur ses derniers numéros (Tomb Raider Underworld n’avait pas fait beaucoup d’émules)…

Des graphismes sublimes…

Ce n’est donc pas un hasard si Square Enix et Crystal Dynamics ont décidé de nommer cette nouvelle mouture de la même façon que le 1er jeu issu de la licence : loin d’être un simple reboot, il fait figure de retour aux sources, une nouvelle renaissance ! Lara n’est plus cette cruche qui se baladait en mini short en gémissant à chaque saut : désormais c’est le bonnet réduit, les cheveux sales et les croûtes aux coudes qu’elle arpente une jungle hostile, arc à la main.

On ne peut d’ailleurs pas s’empêcher de faire le rapprochement avec la saga des Uncharted. Chose cocasse au demeurant, puisqu’à l’époque de la sortie du premier épisode des aventures de Nathan Drake, certains lui avaient reproché son côté Lara Croft au masculin (bientôt on l’appellera Nathan Croft !). Mais Lara écrase littéralement son homologue masculin niveau présence et charisme, prenant ainsi une énorme longueur d’avance quel que soit le futur de la licence de chez Sony Entertainement.

Un petit goût d’Indiana Jones non ?

Pour remettre les choses en place, il faut savoir que cet épisode se situe temporellement lorsque Lara est encore une toute jeune fille. Mais alors qu’elle poursuit un but précis (no spoil !), son paquebot est pris dans une tempête et coule. Elle est sauvée in-extremis et sans vraiment savoir comment ni pourquoi, se retrouve échouée , séparée de l’équipage, sur la plage d’une île qui semble au premier abord inhabitée. Mais alors qu’elle tente de retrouver de l’aide et de quoi subsister, elle va faire d’étranges et dangereuses découvertes… Toute cette mise en place pour nous faire comprendre une chose : Lara n’est pas encore l’aventurière aguerrie qu’elle va devenir plus tard et elle va devoir aller jusqu’au bout d’elle-même pour survivre. Oui, c’est bien une « origin story ».

Quand on n’est pas très armée, mieux vaut être furtive.

Une chose est certaine : dans ce nouveau Tomb Raider, Lara va en baver ! Alors on ne va pas revenir sur la polémique de cet été qui avait fait bondir les féministes suite aux propos très maladroits d’un journaliste Joystickien… mais on ne peut cependant s’empêcher de constater que cet opus semble aller très loin niveau ‘bousculades’. Sans vous spoiler le début du scénario évidemment, je peux juste vous dire que certains passages sont vraiment flippants ! On se retrouve parfois à serrer les dents (et les fesses) , la tête sous l’eau, dans des cavernes très étroites ou sous une pluie glacée dans une forêt hantée par des cris d’animaux sauvages. Trois heures de jeu qui sont passées à la vitesse de l’éclair : jubilatoire !

Lara répond au doigt et à l’oeil et son agilité permet certaines scènes de crapahutage sur les toits à la Assassin’s Creed, bien pratique lorsque l’on doit fouiner partout pour dénicher trésors et outils de fortune. Mais parce que la demoiselle est avant tout humaine (et pas une super-héroïne), elle angoisse quand elle se retrouve dans le noir, est morte de trouille quand elle est poursuivie, dégoûtée quand elle doit dépecer un animal… une nana tout ce qu’il y a de plus « normale » en somme. Je pense que c’est justement cette proximité, cette humanité qui fait qu’on se sent réellement dans la peau de l’héroïne, qu’on a peur pour elle… ou plutôt peur pour nous, puisqu’on l’incarne.

Dans ce reboot, il va falloir surveiller vos arrières…

L’aspect survie est poussé très loin et, selon moi, apporte une dimension vraiment intéressante : il n’y a rien de pire qu’un jeu qui vous laisse indifférent, auquel on joue pendant des heures sans rien ressentir. Là vous pouvez me croire, j’ai tremblé, failli me faire pipi dessus, étouffé quelques hoquets de surprise et cris d’angoisse par moment… mais p…tin qu’est-ce que c’était bon !

 

En sortant ce reboot, Square Enix prend donc un risque, mais un risque calculé. Malgré quelques  fautes de goûts sur les précédents épisodes, Tomb Raider reste une licence reconnue, toujours attendue au tournant par les fans de la 1ere heure mais aussi par toute une nouvelle génération de joueurs. Ce nouvel opus sera-t-il couronné de succès et surtout répondra-t-il aux attentes placées en lui ? Au vu de ce que j’ai pu goûter durant ces 3 courtes heures, je ne pense pas prendre beaucoup de risque en vous disant… OUI ! Mais bon, si je me trompe, vous aurez le droit de me jeter des cailloux (mais des petits hein merci !).

Tomb Raider – Sortie fr prévue le 5 mars 2013
Développé par Crystal Dynamics et édité par Square Enix
Prévu sur PC, PS3 et Xbox 360 – PEGI 18

Partager