« Prince captif » : Sexy boys (pour public mature)

« Prince captif » : Sexy boys (pour public mature)

Note de l'auteur

fL’histoire : Damen est l’héritier du trône d’Akielos. Mais le soir de la mort de son père, le voilà enlevé et offert en esclavage au pays de Vère et à son prince, Laurent. Annoncé comme mort par son demi-frère, Kastor, il est emprisonné dans un pays contre lequel il était en guerre il y a peu. Et dont il a tué le prince héritier. Obligé de taire sa réelle identité, il doit aussi affronté sa condition d’esclave de plaisir, dans un pays qu’il considère comme dépravé. Oui mais, Laurent est lui-même au coeur d’une machination politique en cours, sans compter le trône d’Akielos à récupérer !

Mon avis : Bienvenue dans un monde de yaoi avec intrigue écrit à par une auteure australienne. Un ouvrage franchement jouissif où on mélange une chasse au pouvoir avec des scènes graphiques de sexe gay. Trahison, honneur bafoué et attirance malvenue pour Laurent (dont Damen a tué le frère, je rappelle)… Comment le prince déchu d’Akielos va-t-il s’en sortir ?

Bon, il faut avouer que ce premier tome (d’une trilogie) m’a fortement fait penser aux Infortunes de la belle au bois dormant d’Anne Rice, monument de la littérature érotique (oui, nous savons, il va bientôt falloir lancer un dossier sur le sujet) pour ceux qui ont eu la chance de lire cet ouvrage d’initiation à la sexualité dans une ambiance de chateau SM. Sauf que dans ce cas, il s’agit d’un Prince et pas d’une princesse, et que ce dernier n’est pas là pour découvrir le plaisir de la soumission sexuelle, même si certains spectacles ne le laissent pas froid.

Laurent mélange quant à lui cruauté et raffinement, glaceur extrême et frigidité, en passant par des airs d’indolence extrême. Face à lui, Damen fait figure du barbare, violent mais fidèle à son peuple, prêt à tout pour protéger son pays, même à être maté s’il le faut. Des hamams, des chaînes, des corps huilées se battant dans une arène ? Yep. Il fait très très chaud. Bon, après les volumes sont plutôt courts, donc ne vous attendez pas non plus à une inventivité dans les « jouets » et les jeux à la hauteurs d’une Anne Rice (dont la trilogie s’est étendue sur plus de 1000 pages. Non, sérieusement, je n’en reviens toujours pas et pourtant ça fait un bail que j’ai lu ces livres). Il y a aussi un côté « fanfiction » dans l’explosion totale des codes et de la bienséance, un côté « amusons nous » franchement enthousiasmant.

Déjà au sao

Un livre en cage ! Déjà au salon du livre de Paris, on attendait le Prince Captif avec excitation. (crédit Déborah Gay / Le Daily Mars)

Enfin, un bon roman érotique avec une histoire, qui même déjà vu est bien ficelée (jeu de mots involontaire), et permet de passer un moment sympathique avec deux ou trois fous rires au milieu. Lecture déconseillée dans un bus, on ne sait jamais qui pourrait lire par-dessus votre épaule (sauf si vous assumez, bien entendu).

Si vous aimez : Les infortunes… pardon. Brokeback Mountain rencontre Histoire d’Ô qui rencontre Cinquante nuances de Grey. À la sauce chevaleresque.

Autour du livre : Les éditions Milady frappent un grand coup en éditant les deux premiers volumes, le troisième étant attendu pour la fin de l’année. L’auteure, C.S Pacat vient d’Internet et de Melbourne), ayant commencé à écrire cette historie sur son Livejournal.

Extrait :  » -Pensais-tu qu’il t’avait donné à moi par amour ? se moqua Laurent. Que lui as-tu fait? L’as-tu battu dans un tournoi ? Ou as-tu baisé sa maîtresse… comment s’appelle-t-elle déjà… Jokaste ? Ou alors…. (Laurent écarquilla légèrement les yeux.) Peut-être l’as-tu trompé après qu’il t’a baisé, lui…
Damen fut si révulsé à cette idée, qui l’avait pris totalement au dépourvu, qu’il sentit la bile remonter dans sa gorge.
-Non !
Les yeux bleus de Laurent étincelèrent.
-C’est donc cela. Kastor monte ses soldats comme les chevaux de son écurie. T’es-tu laissé faire en serrant les dents, parce qu’il était font roi, ou as-tu aimé cela ? Tu n’as vraiment aucune idée, ajouta Laurent, de combien cette pensée me ravit. C’est parfait : un homme qui te plaque au sol pendant qu’il te baise, avec une queue de la taille d’une amphore et une barbe comme celle de mon oncle.
Damen s’aperçut qu’il avait littéramment reculé : sa chaîne était tendue à se rompre. Entendre un homme avec un tel visage dore ces choses-là d’un ton désinvolte avait quelque chose d’obscène. »

Sortie : le 29 mai, éditions Milady, 288 pages, 14,90 euros.

Partager