Prince ressortira « Purple Rain » en version deluxe cet été

Prince ressortira « Purple Rain » en version deluxe cet été

prince_purplerain-gal-coverQuand il s’agit de son back catalogue, Prince y a été par tâtonnements. Après la sortie d’une compilation Ultimate en 2007 et la réédition de ses 10 premiers albums au Japon en SHD-CD, l’entrée dans l’arène digitale se faisait par tâtonnements, via Warner Bros. qui détenait encore les droits des masters. L’an dernier, une mise à disposition des premiers albums en version Master avait été réalisée sur certaines plateformes, et aujourd’hui, on apprend qu’après un divorce très public au milieu des années 1990, l’artiste multifacettes et Warner se sont donc rabibochés. Concrètement, Prince récupère la propriété de ses masters mais a signé un accord de licence global pour que Warner Music Group continue à les exploiter commercialement. Il y a quelques semaines, il avait démarré sa propre compagnie de publishing pour l’ensemble de ses chansons, ce qui lui permet un contrôle total sur les droits de ses compositions. Et quand on connaît un peu le bonhomme, on sait que le contrôle artistique, pour lui, c’est important. N’est-ce pas, The Time… euh, pardon, The Original Se7en?

Et les fans dans tout cela? De manière surprenante, Prince ne compte pas mettre son catalogue sous clé. Au contraire : cet été paraîtra une version deluxe remasterisée pour le trentième anniversaire de Purple Rain , avant un nouvel album studio un peu plus tard. De quoi faire saliver, lorsque l’on connaît l’étendue des chutes de studio parquées dans un fameux Vault à Paisley Park. Une grosse majorité d’entre elles circulait en version pirate entre fans et mélomanes de tout poil depuis plusieurs années, d’abord en cassette/vinyl bootleg, puis en MP3. Pour l’instant, les détails ne sont pas connus, mais quel que soit le contenu bonus, studio ou live, il sera scruté avec la plus grande attention, au vu de la rareté, voire la quasi-absence, des enregistrements live officiels de Sa Pourpreté et The Revolution durant les années 1980. Affaire à suivre, donc.

Source : FACTMag

Partager