• Home »
  • JAPAN »
  • Re-Anime : Bouddha – Le Grand Départ (de Kôzô Morishita)
Re-Anime : Bouddha – Le Grand Départ (de Kôzô Morishita)

Re-Anime : Bouddha – Le Grand Départ (de Kôzô Morishita)

Note de l'auteur

DP_BOUDDHA2.inddDeux armées, deux hommes, deux destins… Bouddha – Le Grand Départ, première partie d’une trilogie produite par Tôei Animation, joue la carte de la fresque épique et « bigger than life ». Adapté d’une des œuvres les plus ambitieuses de monsieur Osamu Tezuka, le film sorti en 2011 au Japon, tente de ne rien omettre du titre d’origine, quitte à saturer quelque peu son récit. Pas parfait donc mais néanmoins bien mené et franchement intéressant. Le Re-Anime d’aujourd’hui vous conduira peut-être à l’illumination, qui sait… ?!

 

Retour 2 500 ans en arrière, dans une Inde ravagée par la misère, la famine et les guerres incessantes. Les armées conquérantes du Kosala tentent d’envahir le royaume de Shakya. Au milieu du conflit meurtrier, deux enfants que rien ne destine à se croiser, vont pourtant connaître un parcours sans commune mesure. D’un côté, Chaprah, jeune garçon esclave du royaume de Shakya, rêve de s’extirper de sa condition et d’offrir à sa mère, une vie descente. Quand l’occasion se présente, il la saisit et devient alors chef des armées du Kosala, choisissant la voie de la mort. De l’autre, le jeune prince Siddartha, héritier du trône de Shakya, grandit également avec le poids de sa condition, de son héritage. Entraîné à l’art du combat dès l’âge de 10 ans, il se retrouve contraint de suivre un parcours qu’il ne comprend pas. Sensible et de plus en plus en proie au doute face aux souffrances du monde, son empathie et ses interrogations existentielles le torturent et le poussent à élever son esprit, en quête de l’éveil qui fera de lui le futur Bouddha.

 

569260Ce film n’adapte que les premiers tomes du manga éponyme d’Osamu Tezuka et se clôture sur un « à suivre… » plutôt frustrant mais plein de promesses. Vous l’aurez compris, ici, Bouddha n’est pas encore apparu et seule l’enfance de Siddartha nous est montrée. Sur ce point, cette première partie est réussie et permet d’appréhender la vision et les troubles qui habitent le jeune homme. Car oui, avant toute chose, il est humain et c’est bien cette profonde humanité qui est mise en avant. La sienne autant que celle de Chaprah sauf que dans son cas à lui, elle semble mise en péril. Ces deux destinées hors-normes sont pavées de moments difficiles et parfois cruels. Kôzô Morishita, notamment producteur sur les animes DBZ et Saint Seiya parvient à faire exister ses deux protagonistes en les traitant l’un comme l’autre avec autant d’intensité. Autour d’eux, gravitent tout un tas de seconds rôles, moins développés mais qui auront certainement leurs rôles à jouer par la suite.

 

247532Bouddha03Dans son ensemble, ce premier chapitre de la vie de Bouddha est un très bon début. Cependant, on peut lui reprocher, malgré ses 1h40, de ne pas prendre plus le temps. Le film parcourt une vingtaine d’années et a parfois tendance à enchaîner les événements sans laisser de vraies respirations à son récit. Il aurait gagné en équilibre et très certainement en profondeur, s’il avait été un peu plus aéré. Sur la forme, Bouddha – Le Grand Départ fait le taf sans non plus nous renverser. Le chara-design s’éloigne évidemment de celui de Tezuka mais convient bien au sujet. Quant aux scènes de batailles, elles sont dans l’ensemble assez approximatives dans leur mise en scène et leur animation mais elles restent finalement assez secondaires. Mais avouez que voir un cheval sauter par-dessus un éléphant, c’est plutôt fun ! Après cette première incursion réussie dans la vie de Siddartha Gautama, autant vous dire que je ne tarderai pas à me lancer dans le second opus, qui est sorti l’année dernière dans l’archipel nippon.

 

Bouddha – Le Grand Départ de Kôzô Morishita (2011) – Tôei Animation

Partager