Re-Anime: Welcome to the Space Show (de Koji Masunari)

Re-Anime: Welcome to the Space Show (de Koji Masunari)

Note de l'auteur

MANG3081 InlayEnvie d’un petit trip interstellaire et kawaii, aux confins de notre univers?! Welcome to the Space Show est juste fait spécialement pour vous! Jamais un titre n’aura aussi bien collé à son sujet! La durée du voyage est un peu excessive (2h15 tout de même) mais le dépaysement et l’enchantement sont total. Bref, Welcome to the Space Show.

 

L’univers a déjà été mille fois exploité et chacun a déjà pu en donner sa vision. Angoissant et insondable pour les uns, domaine de questionnement métaphysique pour les autres, l’univers est constamment réinventé par notre imagination. Bien évidement, sa représentation n’est pas en reste dans le manga et la japanimation quand on pense à Cobra, Captain Harlock ou encore Cowboy Bebop. Dernièrement, on a d’ailleurs pu voir une version assez funky de l’espace dans Space Dandy du génial Shin’ichirô Watanabe. Dans un sens, si on devait résumer Welcome to the Space Show, on pourrait dire qu’il est un étrange mix entre la série Space Dandy et l’univers foisonnant et poétique de Miyazaki. Un film quasi-hybride, à la fois onirique et foutraque, entre intimisme et space-opéra un peu barré. Étrangement long pour son sujet et son propos, le film parvient à maintenir notre attention grâce à une imagination sans limite et à un univers complètement dingue.

 

Un groupe de cinq enfants se retrouvent livrés à eux même pendant quelques jours pour un voyage scolaire. En forêt, alors qu’ils recherchent leur animal de compagnie, ils trouvent un chien blessé qu’ils recueillent, sans se douter que celui-ci est un extra-terrestre canin, nommé Pocchi. Pour les remercier, il décide de les emmener pour un petit séjour sur la face cachée de la Lune, qui abrite une gigantesque citée. De là, va débuter ce qui aurait pu aussi s’appeler La Folle Histoire de l’Espace. Le territoire terrien ayant été bloqué depuis la Lune, le club des cinq, est obligé de partir d’une autre planète à des années-lumières de la Terre. Durant leur trip intersidéral, ils deviennent alors vite la cible de braconniers à la recherche d’une substance appelée Zughan et qui ressemble bizarrement à une racine de wasabi.

spaceshow-5

Derrière un scénario un peu nawak se cache surtout un grand divertissement à la richesse visuelle incroyable. Très vite, on devient l’un de ces cinq gosses et on est aussi émerveillé qu’ils le sont. Le travail et le détail apporté aux nombreux décors du film contribuent assez clairement à l’immersion. Que ce soit la chambre de l’héroïne ou la base lunaire assez majestueuse, le même souci de précision est appliqué. Dans l’espace, les formes et les couleurs deviennent infinies ce qui permet tous les délires visuels possibles! Le chara-designer, Masashi Ishihama n’hésite pas à piocher un peu partout, notamment chez Ghibli et parvient à composer un bestiaire incroyablement bariolé et improbable. Imaginez la scène de la Cantina de Star Wars et appliquez-là à 2h de film. Voilà ce que propose Welcome to the Space Show, du fun à l’état cosmique, un voyage scolaire façon Le Bus Magique, à la découverte d’infinies possibilités où tout ne serait qu’émerveillement, à l’image de cette très belle scène où des êtres venus des quatre coins de l’espace se retrouvent à un festival interstellaire pour assister à l’explosion d’une supernova, comme on regarde des feux d’artifices sur Terre.

 

Le film regorge de tout un tas d’idées qui sont autant de moyens de se laisser porter par le récit. Même si très clairement la fin prend un tournant quelque peu inattendu et que globalement, le propos reste relativement naïf, on prend un vrai plaisir à suivre ces drôles d’aventures à base de chien parlant, de wasabi et de show TV retransmis dans tout l’univers. C’est sincère, sans prétention et ça réserve même quelques bonnes surprises en terme d’animation. Sur la forme, le film n’est pas en reste puisque il parvient à nous balancer quelques scènes bien senties. Donc, en clair, le voyage vaut le coup d’œil malgré d’évidentes faiblesses mais rien que pour ce trip scolaire en immersion totale… Ce serait con de s’en priver.

 

 

Welcome to the Space Show de Koji Masunari (2010) – A-1 Pictures

Partager