• Home »
  • SÉRIES »
  • #Récap : Comme un gant (Twin Peaks Part. 14 / Showtime / Canal Plus)
#Récap : Comme un gant (Twin Peaks Part. 14 / Showtime / Canal Plus)

#Récap : Comme un gant (Twin Peaks Part. 14 / Showtime / Canal Plus)

Note de l'auteur

Si vous êtes parvenu aussi loin dans ce retour de Twin Peaks, c’est certainement parce qu’une part de votre intellect se délecte du jeu de pistes proposé par l’univers de la série. Celui-là même qui vous fera chercher la signification de Tulpa (voir rubrique « Remarques » ci-dessous si ce n’est pas déjà fait) par exemple. C’est le propre d’une œuvre qui tient à stimuler celle ou celui qui s’y aventure. Une proposition qui n’est en rien une finalité mais le début ou le prolongement d’un savoir !

Attention : Ceci est un récapitulatif détaillé. Il s’adresse à un lecteur ayant vu ledit épisode !
Tous les récaps de cette saison 3 sont accessibles ici !

Le motif du rêve est central dans la série. Il infuse profondément le parcours de personnage dont les agissements se prolongent d’un monde à l’autre. Ce qu’Orhan Pamuk introduit en disant que “pour retrouver la vie et les rêves enfouis, il nous faut les rêver à nouveau”.

We’re like the dreamer, who dreams and then lives inside the dream. […] But who is the dreamer?

Lorsque Diane révèle qu’elle a une demi-sœur à Las Vegas (la fameuse Janey-E de la bague retrouvée dans le corps du major Briggs à Buckhorn), Cole (David Lynch) à l’intuition que l’enquête de son équipe va se décanter. Il y a cette conversation téléphonique avec le Shérif Truman au sujet de deux Cooper (suggérés dans des pages retrouvées du journal de Laura Palmer) mais sa conscience réagit surtout à un stimulus bien différent : un autre rêve avec Monica Bellucci ! Dans un café parisien, l’actrice italienne attire son attention sur une rencontre significative de son passé. Alors que Cole recevait Cooper dans ses bureaux de Philadelphie, Jeffries (David Bowie) avait fait irruption et semblait dénoncer un Cooper médusé.
La brève apparition d’une Bellucci dans son propre rôle permet à David Lynch de s’adjuger les services d’une actrice emblématique. Ce featuring n’a rien de comparable aux envergures de Naomi Watts (Janey-E) ou Laura Dern (Diane) dans la série mais le metteur en scène aime s’entourer d’actrices qu’il éclaire dans un geste qu’il faut comparer à celui de l’artiste vis-à-vis de sa muse.

Avant cela, Albert (Miguel Ferrer) explicite à la nouvelle recrue Tammy (Chrysta Bell) le périmètre des recherches de l’équipe “Rose Bleue”. Alors qu’on aurait pu croire que leur champ d’action concernait le surnaturel de manière générale, Albert apporte une précision lapidaire en expliquant que le premier cas étudié concernait une certaine Lois Duffy dès 1975. Les jeunes Cole et Jeffries avaient découvert que Lois était en compagnie d’un… doppelgänger (tiens, tiens) alors qu’elle n’avait pas de jumelle. L’une des Lois déclara ainsi être une rose bleue. Une affaire surnaturelle oui, mais une affaire surtout limitée à un caractère dual. Faut-il vous rappeler que la série se nomme TWIN Peaks ?!

You made the mistake, Chad. We’ve been watching you for months.

Du côté de Twin Peaks justement, Andy (Harry Goaz), Bobby (Dana Ashbrook), Hawk (Michael Horse) et le shérif Frank Truman (Robert Forster) préparent leur excursion selon les coordonnées et la date communiquée par le message du Major Briggs. Mais, avant, ils font en sorte de neutraliser celui qui plombait leurs efforts : Chad bien sûr (John Pirrucello).
Bobby retrouve sans mal le lieu (le palais de Jack le lapin) où il participait, durant sa jeunesse, à des jeux avec son père. À partir de là, le quatuor découvre la porte dimensionnelle. Celle que nous connaissons sous le nom de Naido (Nae Yuuki), la femme sans yeux que Dale rencontra dans la troisième partie, est étendue là. Mais Andy n’a pas le temps de la secourir qu’il est déjà transporté ailleurs.

Cet ailleurs nous est familier. Andy est installé face au géant, tout comme Dale l’était en tout début de saison. Le géant se présente comme étant “le pompier” et lui montre plusieurs événements d’importance via un écran situé au plafond. Entre autres la naissance de “l’expérience”, la station service avec l’apparition des hommes des bois, Laura, le poteau électrique marqué du 6, sa femme Lucy et les deux Cooper !
Lorsqu’Andy retrouve ses coéquipiers, il a l’intime conviction qu’il faut placer Naido en lieu sûr, soit dans une cellule de la prison du poste de police. La suite nous dira si ce lieu était vraiment sûr…

À ce stade, la logique qui régit le portail découvert par le quatuor est plutôt fumeuse. Est-ce que le géant pompier décide de son utilisation ? Si sa manifestation visuelle – ce vortex – est une nouvelle fois fascinante, son utilisation semble plus encline à servir d’entonnoir narratif un peu facile.

Once you’ve got your glove on, go to Twin Peaks, Washington, U.S. of A. And there, you will find your destiny.

Après cela, le téléspectateur pense que la pression va retomber mais il n’en est rien. Il se trouve qu’en plus de cachetonner sur la scène du Roadhouse, James (James Marshall) est aussi agent de sécurité au Great Northern Hotel, ce qui est forcément moins glamour. Surtout, il y travaille avec un drôle de collègue qui ne se sépare jamais d’un gant. Et Freddie (Jake Wardle) de raconter son histoire, sa rencontre avec un certain “pompier” (tiens, tiens) et comment son poing est devenu une arme puissante depuis qu’il porte sa protection de caoutchouc. Freddie n’est donc pas à Twin Peaks par hasard : c’est sa destiné !

RANCHO ROSA

L’épisode se conclut à nouveau par un dialogue nébuleux au Bang Bang Bar mais avant cela, Sarah Palmer fait le spectacle (et quel spectacle !) dans un autre bar, pour routier celui-là (l’Elk’s #9 point bar). Dans l’épisode précédent, nous avions constaté – tout comme elle – que ces fonds de bouteilles ne contenaient plus une goutte. Sarah va donc trouver sa dose de Bloody Mary dans ce rade malfamé. Un choix audacieux puisqu’un énergumène peu futé l’approche grossièrement dès son arrivée. On pouvait supposer qu’elle n’était pas seule dans sa tête, au sens psychiatrique de l’expression. Sarah n’est effectivement plus vraiment la même mais le diagnostic s’avère plus surnaturel. Son visage s’ouvre pour le démontrer et, l’instant d’après, elle arrache une bonne partie du cou de sa victime.

Que penser des motivations de la (nouvelle) Sarah ? Le visage en mode fenêtre rappelle celui de Laura face à Dale en tout début de saison. Mais son attaque sauvage sur le routier fait plutôt penser à la forme grise (l’expérience ?) qui avait surgi de la boîte en verre avant de trucider le couple qui se trouvait là, en début de saison également. Une seule certitude : la performance de l’actrice (Grace Zabriskie) est une nouvelle fois remarquable.

Fucking nuthouse.

Ce quatorzième volet est dense et haletant. Il rompt avec un couple d’épisodes précédents largement plus alambiqués. En plus d’une certaine inquiétude quant à l’imminence d’une fin qui se rapproche sérieusement, le téléspectateur s’interroge fortement sur une série qui converge vers une logique de l’affrontement bien que sa spécialité jusqu’ici soit celle de l’évitement ! Vite, la suite…

 

Remarques :

  • La rue parisienne du rêve de Gordon Cole se trouve être la rue du Montparnasse. Le lieu n’est pas choisi au hasard puisque que Lynch collabore régulièrement – en tant qu’artiste – avec l’Atelier Idem Paris.
  • Un peu de géographie : Albert mentionne à Tammy que l’affaire Lois Duffy se déroulait à Olympia, dans l’état de Washington. On reste dans cet état du Pacific Northwest où se dérouleront ensuite les enquêtes de Deer Meadow et Twin Peaks.
  • Un Tulpa – si l’on en croit la définition fournie par Wikipédia – est « une entité spirituelle du bouddhisme tibétain créée par la force de la volonté de son invocateur et forcée à se manifester dans le monde physique. » Un Dougie pré-Dale en somme !
    À
     noter que David Lynch s’est particulièrement intéressé au bouddhisme et qu’il est un fervent supporter de la méditation transcendantale.
  • L’affirmation relative au rêve et au rêveur énoncée par Monica Bellucci provient de manière assez vague d’un texte fondateur de l’hindouisme cité par Darren Franich du côté de chez EW.
  • Tout le passage avec Cole jeune, Cooper et Jeffries est issu du long métrage Fire Walk with Me. Si vous ne l’avez pas encore vu – de préférence avec les “missing pieces”, il n’est pas encore trop tard pour le faire.
  • La source – ou l’espèce de flaque, c’est selon – de forme circulaire contenant un liquide huileux était déjà présente à Glastonbury grove, le lieu du passage qui avait conduit Cooper (notamment) vers la loge.

 

Mystères :

  • Le shérif Frank Truman met au courant Cole au sujet des pages retrouvées du journal de Laura Palmer et notamment la suggestion des deux Cooper. Mais pourquoi n’évoque-t-il pas les éléments – et notamment le cylindre – concernant le major Briggs ? Cette conversation a-t-elle lieu dans le passé par rapport aux événements qui suivront dans l’épisode ?
  • Cela peut sembler évident mais pourquoi Naido – la femme sans yeux – se trouve-t-elle sur les lieux du passage dans la forêt ? Quel est son rôle ? Qui lui veut du mal ?
  • Qu’y a-t-il derrière la porte aperçue par James dans la salle des chaudières ? Est-ce lié aux sons entendus par Beverly et Ben Horne ?

 

Théories :

  • Nous savons avec une quasi-certitude que Chantal et Hutch sont en route pour refroidir Dougie (ainsi peut-être que Janey-E, même si la deuxième cible du Cooper maléfique pourrait aussi être Mr. Todd). Seulement voilà, Cole a désormais alerté le bureau du FBI de Las Vegas et il ne serait pas étonnant de voir les agents débouler auprès de Dougie en même temps que le couple de tueurs. Avouez que cette éventualité est séduisante !
  • Cet épisode offre à nouveau une instance dans le dossier Jeffries. Qu’il soit question de lui dans un épisode où la notion du doppelgänger est centrale éveille forcément notre soupçon. Rappelons que Jeffries était obsédé par une “bague importante” et qu’il avait disparu – lui aussi – subitement ! À partir de là, il est assez facile de supposer que cette “version” de Jeffries était peut-être un Tulpa !
  • On savait que Chad filait un mauvais coton. Son arrestation est tout de même relativement inattendue. Il n’est pas exclu de penser que son principal fait d’arme (avoir subtilisé une lettre au courrier du poste de police) lui aura été fatal. La suite logique voudrait qu’il passe en interrogatoire et que Truman lui demande quelles sont ses relations avec Richard.
  • Des quatre membres des forces de police de Twin Peaks, c’est donc Andy qui est projeté auprès du pompier géant. Ce dernier lui montre plusieurs événements sensibles dont la marche à suivre vis-à-vis de la femme sans yeux. Se pourrait-il que notre Andy soit désormais transcendé par un vaste savoir ?
  • Le prisonnier alcoolisé dont la joue est bien amochée ne serait-il pas le fameux Billy tant recherché et dont on sait désormais qu’il avait justement le visage ensanglanté ?
  • La théorie manquée de la semaine est la suivante : si la femme sans yeux a atterri là après sa chute dans l’espace entourant le bâtiment en zone violette, on peut regretter que Dale n’est pas tenté de la suivre. Son retour aurait peut-être été facilité, sait-on jamais…

 

Musqiue :

  • Wild West par Lissie. À noter que David Lynch est un grand fan de l’artiste et qu’il avait eu l’occasion de l’exprimer de manière élogieuse via twitter.
  • Enfin, et sur un registre plus vaste que la simple utilisation musicale, David Lynch s’explique – avec une précision assez rare – sur son approche du design sonore pour ce retour du côté du New York Times.

 

RANCHO ROSA

TWIN PEAKS s03e14 « Part XIV » (Showtime)
Diffusée sur CANAL+SÉRIES les mardis (puis sur CANAL+ les jeudis).
Série créée et écrite par David Lynch et Mark Frost.
Épisode réalisé par David Lynch.
Avec : voir la liste très très longue !
Musique originale d’Angelo Badalamenti.

Tous les récaps de cette saison 3 sont accessibles ici !

Visuels : Suzanne Tenner/Twin Peaks © Rancho Rosa Partnership & Showtime networks.

Partager