• Home »
  • SÉRIES »
  • #Recap : Compassion et indifférence (Twin Peaks Part. 6 / Showtime / Canal Plus)
#Recap : Compassion et indifférence (Twin Peaks Part. 6 / Showtime / Canal Plus)

#Recap : Compassion et indifférence (Twin Peaks Part. 6 / Showtime / Canal Plus)

Note de l'auteur

Cette semaine, Twin Peaks campe à nouveau sur ses fondamentaux entre surréalisme et rocambolesque. Toutefois, un commentaire social émerge et la série de David Lynch et Mark Frost de démontrer qu’elle n’est pas qu’un simple objet d’apparat.

Attention : Ceci est un récapitulatif détaillé. Il s’adresse à un lecteur ayant vu ledit épisode !

On retrouve Dale/Dougie (Kyle MacLachlan) là où on l’avait laissé (perdu dans la contemplation d’une statue de bronze) ! De manière assez prévisible désormais, il est raccompagné chez lui par un nouveau concours de circonstances. Mais Janey-E (Naomi Watts) semble habituée au comportement aléatoire de son mari, confirmant ainsi que Dougie ne devait pas non plus être très “habité” si l’on peut dire. Elle est moins ravie de le voir en compagnie de Jade sur une photo et de recevoir un appel des maîtres-chanteurs dans la foulée. Dale/Dougie a tout de même bien de la chance de l’avoir puisque c’est elle qui va gérer le remboursement de sa dette de jeu.

You have to wake up. Don’t die.

Il est décidément bien entouré puisque même Mike (Al Strobel) intervient en direct de la loge noire pour l’exhorter à se réveiller. On ne sait si Dale/Dougie se trouve alors téléguidé par Mike, mais le voici ensuite très inspiré face aux dossiers de litige d’assurance qu’on lui avait confiés. De petites lumières semblent lui indiquer comment réaliser le plus beau gribouillis ! Pourtant, lorsqu’il remettra ces ratures – d’apparence arbitraires – à son supérieur, celui-ci s’aperçoit qu’elles ont une signification, allez savoir…
Pour un peu, on a surtout l’impression que cette apparition de Mike est plus dirigée vers le spectateur qu’à l’endroit de Dale. Par ce biais, Lynch et Frost semblent nous dire qu’il faut être patient. Oui, Dale a du mal à retrouver ses esprits mais il va bien finir par se réveiller.

Laura Dern Twin Peaks

D’autant plus que le spectateur va pouvoir ensuite contempler l’un des plus grands mystères de la série, celle à qui Dale s’adressait en permanence pendant ses enquête, et ce par l’intermédiaire d’un dictaphone : la fameuse Diane (Laura Dern). C’est Albert qui est chargé de la trouver. Cole souhaite faire appel à elle pour qu’elle “identifie” (ou pas) le Cooper retenu dans une prison du Dakota.
En l’état, il s’agit juste d’une apparition mais cette introduction, d’abord de dos avec le platine hypnotisant de ses cheveux, nourrit déjà un émoi certain.

Heads, I win. Tails, you lose.

Le face à face de Diane avec le Cooper maléfique est donc remis à plus tard mais, en attendant, Twin Peaks nous propose une autre figure malveillante. Richard Horne (Eamon Farren) retrouve l’énigmatique Red (Balthazar Getty). Celui qu’on avait brièvement entrevu durant le deuxième épisode, alors que son regard se fixait sur Shelly (Mädchen Amick) au Bang Bang Bar, est un trafiquant de drogue qui cherche à s’implanter à Twin Peaks. Son physique n’a rien d’impressionnant mais il se distingue rapidement par une gestuelle imprévisible et un talent certain pour la magie avec pièce de monnaie. La scène est irréelle. Pourtant, c’est une séquence ultra-classique de concours de braguette entre gros bras, mais Lynch en fait un passage suspendu, anxiogène et au final absolument délicieux pour le spectateur.

Balthazar Getty Twin Peaks

On a donc notre dose d’ondes négatives mais les affaires du Cooper maléfique vont bon train. Duncan Todd (Patrick Fischler), cet entrepreneur sous influence – dont on ne sait pas grand-chose –, réagit après un étrange signal (un carré rouge !) sur son ordinateur portable. Il envoie alors un dossier à Ike “The Spike” Stadtler (Christophe Zajac-Denek) qui – comme son nom l’indique – apprécie le pic à glace ! Dans le dossier, le tueur à gage de petite taille trouve une photo de Lorraine (Tammie Baird), la commanditaire des tueurs chargés du guet apens sur Dougie ainsi qu’une autre de ce dernier justement. Ike ne fait pas dans la dentelle et trucide la première avec son pic ainsi qu’une collègue qui passait par là. Il y va tellement fort que son arme est complètement tordue. Dale/Dougie devra tout de même se méfier de lui dans un avenir proche…

Beautiful morning, huh?

Le contraste est saisissant lorsque l’on suit ensuite Carl Rodd (la légende Harry Dean Stanton). Alors qu’il se rend à Twin Peaks pour une parenthèse de tranquillité bucolique au parc, il est témoin d’un accident dramatique. Un enfant qu’il venait de voir jouer avec sa mère est fauché par un chauffard au croisement adjacent. Le conducteur n’est autre que Richard encore sous l’influence de la drogue de Red et vexé de surcroît.
Là encore, la scène est d’une simplicité déconcertante mais la direction d’acteurs ainsi que le crescendo musical en renforcent massivement la valeur émotionnelle. Difficile de ne pas être touché par le regard plein de compassion d’un Carl bouleversé qui n’hésite pas à venir aux devants de la mère.

Harry Dean Stanton Twin Peaks

Au delà de son impact, cet accident n’est pas gratuit. L’affection témoigné par Carl avec emphase sert ici de bannière et résonne singulièrement avec la diatribe prononcée par Janey-E lorsqu’elle paie la dette de Dougie auprès des maîtres-chanteurs.

We are not wealthy people. We drive cheap, terrible cars. We are the 99 percenters.
[…]
What kind of world are we living in where people can behave like this. Treat other people this way without any compassion or feeling for their suffering.

Alors bien sûr, sa véhémence a valeur de respiration comique face à de bien frêles usuriers, mais son propos signale un enjeu social relativement inattendu pour Twin Peaks. Elle correspond toutefois à l’attitude engagée de Mark Frost (Farouche opposant à Trump notamment) dont on distingue ici l’influence. Reste à savoir si ce sous-texte pourra perdurer, notamment si l’absence du Dale originel devait perdurer.

 


 

Quelques mystères supplémentaires :

  • Hawk a-t-il trouvé des pages manquantes du journal de Laura Palmer ? On touche là à l’un des serpents de mer de la série. Hawk pourra-t-il y lire l’avertissement d’Annie annonçant que Cooper est coincé dans la loge noire ?
  • Est-ce que c’est l’appel du Cooper maléfique (vers l’étrange boîte située à Buenos Aires) qui déclenche la demande auprès du tueur à gages ? (Le dossier étant entreposé dans un coffre, cela renforce l’idée que le Cooper maléfique avait placé ses pions en amont).
  • Les deux maîtres-chanteurs ayant prêté de l’argent à Dougie sont-ils liés à ceux qui tentèrent de voler sa voiture ? (Ça semble peu probable désormais)
  • Le géant avait intimé à Dale de s’intéresser à Richard et Linda. Nous avons sûrement déjà fait connaissance avec le premier mais cet épisode mentionne enfin une Linda par l’intermédiaire de Mickey (Jeremy Lindholm), un habitant du camping-caravaning (Trailer Park). Ce dernier en parle avec Carl durant son trajet vers Twin Peaks. Serait-ce la Linda en question ?
  • Le nouveau venu, le magicien imprévisible dénommé Red évoque un personnage des saisons antérieures (épisode 9) qui était justement versé dans la magie. Il était alors enfant (et interprété par le fils de Lynch, Austin Jack Lynch puis recasté pour Fire Walk With Me) et accompagnait sa grand-mère, Madame Tremond. Se pourrait-il qu’il s’agisse du petit-fils en question ?

 

Twin-peaks_306_madchen-amick_andrea-hays

Remarques :

  • La scène de l’accident rappellera des souvenirs à celles et ceux d’entre vous qui ont vu Fire Walk with Me puisqu’il s’agit du même carrefour où Laura et son père croisait Mike.
  • L’épisode permet de retrouver Carl Rodd. Harry Dean Stanton – qui interprète le personnage – est très familier de David Lynch puisque le cinéaste l’avait notamment mis en valeur dans Une histoire vraie (1999).
    À noter que dans L’Histoire secrète de Twin Peaks, on apprend qu’il a fait une disparition dans sa jeunesse (du même genre que celle du Major Briggs), ce qui pourrait expliquer qu’il voit l’âme de l’enfant s’élever après l’accident.
  • On retrouve aussi Heidi (Andrea Hays) au double R. La serveuse allemande n’a rien perdu de son rire inimitable.
  • (Pour faire suite au premier mystère ci-dessus), il semble bien que Hawk (Michael Horse) ait trouvé l’allusion à son “héritage” prononcée par la femme à la bûche. En voulant récupérer une pièce dans les toilettes, il découvre en bas de la porte une plaque mentionnant la tribu des Nez Perce. L’Histoire secrète de Twin Peaks évoque justement l’implantation des ancêtres de Hawk dans le nord-ouest américain.
  • Albert, toujours aussi bougon, semble en vouloir à Gene Kelly ! Il faut bien sûr y voir une référence à Chantons sous la pluie avec l’acteur en question.
  • Le Max Von’s, le bar où Albert retrouve Diane est sûrement un double clin d’œil. On pense à l’acteur Max Von Sydow qui joua dans Dune (1984) du même David Lynch. Mais il peut également s’agir d’une référence au personnage nommé Max Von Mayerling (Erich von Stroheim) dans Sunset Blvd. dont Lynch serait un grand fan.
  • L’un des dossiers gribouillés par Dale/Dougie est relatif au casino dans lequel il avait fait des ravages aux machines à sous. Les assurances Lucky 7 doivent sûrement être liées à l’établissement.

 

Musique :
Accident / Farewell Theme par Angelo Badalamenti
Tarifa par Sharon Van Etten (au BB Bar)

 


 

TWIN PEAKS s03e06 “Part VI” (Showtime)
Diffusée sur CANAL+SÉRIES les mardis à 20H50.
Série créée et écrite par David Lynch et Mark Frost.
Épisode réalisé par David Lynch.
Avec : voir la liste très très longue !
Musique originale d’Angelo Badalamenti.

Visuels : Twin Peaks © Rancho Rosa Partnership & Showtime networks.

Partager