• Home »
  • SÉRIES »
  • #Recap : Haine et passion (Twin Peaks Part. 10 / Showtime / Canal Plus)
#Recap : Haine et passion (Twin Peaks Part. 10 / Showtime / Canal Plus)

#Recap : Haine et passion (Twin Peaks Part. 10 / Showtime / Canal Plus)

Note de l'auteur

Alors que nous sommes désormais de plain-pied dans cette deuxième partie de saison, la distinction entre le bien et le mal n’a jamais semblé si prégnante au sein de Twin Peaks. Ce manichéisme à outrance sera-t-il assumé jusqu’au bout ? Rien n’est moins sûr, mais ce dixième volet demeure remarquable.

Attention : Ceci est un récapitulatif détaillé. Il s’adresse à un lecteur ayant vu ledit épisode !

L’épisode est l’un des moins dispersés de la saison, à ce jour. L’action se déroule essentiellement entre Las Vegas et Twin Peaks. Il y a néanmoins quelques scènes dans un hôtel de Buckhorn (ou dans ses environs) dans lequel Gordon Cole (David Lynch) et compagnie passent la nuit après avoir assisté à l’interrogatoire de Bill Hastings (voir épisode précédent). Ces séquences sont importantes, notamment parce qu’on y apprend que Diane a envoyé un message dans lequel elle colporte l’information au sujet de Bill Hastings, mais aussi parce que Tammy (Chrysta Bell) a mis la main sur une photo montrant le Copper maléfique (Kyle MacLachlan) à côté de l’étrange boîte en verre du début de saison.
Néanmoins, le spectateur retiendra surtout une brève apparition, celle d’une Laura terrorisée (un extrait issu de Fire Walk with Me) surprenant Cole alors qu’il ouvre sa porte à Albert. Cette présence impromptue est de l’ordre du subliminal mais elle est à même de déclencher une belle chair de poule ! On mesure ici toute l’importance du design sonore (assuré par Lynch himself) qui souligne singulièrement un intermède furtif.

Don’t you give me that innocent look!

Auparavant, l’épisode débutait à Twin Peaks. L’occasion pour la série de renouer avec des récits laissés en suspens. Notamment celui de Richard dont on retrouve la trajectoire effrénée et incontrôlée vers le désastre. À ce titre, l’acteur (Eamon Farren) impressionne dans un rôle à faire froid dans le dos, un authentique méchant dépourvu du moindre scrupule. En deux raids, le meurtre (ou du moins la tentative) de Miriam (Sarah Jean Long) et le vol chez sa grand mère (Jan D’Arcy), il s’habille d’un costume dégoulinant de haine.
Sur cet épisode, on rapprochera ainsi son comportement de celui de Steven qu’on aperçoit alors qu’il harcèle Becky avec une brutalité répugnante. Un prisme de la brutalité masculine qu’on n’attendait pas forcément. Décidément, la jeunesse de Twin Peaks n’est plus sous son meilleur jour et le contraste est fort avec la génération des Laura, Donna, Audrey, James ou Bobby qui parvenaient à emporter l’adhésion, malgré leurs défauts, dans les saisons 1 et 2. L’évolution de cette tendance sera forcément surveillée de près, notamment si elle devait tomber dans la caricature d’un regard condescendant vis-à-vis des jeunes générations.

twin-peaks_310_long

Du côté de Las Vegas, on a également la possibilité de faire plus ample connaissance avec les frères Mitchum – propriétaires du casino –, Rodney (Robert Knepper) et Bradley (Jim Belushi), entourés du trio Candie (Amy Shiels), Mandie (Andrea Leal) et Sandie (Giselle DaMier). Alors qu’on était resté sur un a priori plutôt néfaste du duo, Rodney et Brad se distinguent ici sur un registre plus proche de la bouffonnerie ! Il y a d’abord ce coup de télécommande absolument risible entre Candie et Rodney. Puis, on suit les Mitchum alors qu’ils sont progressivement amenés à fulminer contre un certain Douglas Jones, le même “Mr. Jackpots” qui avait ravagé leur parc de machines à sous. Ils sont bien aidés en cela par Anthony (Tom Sizemore), le collègue de Dougie, lequel n’est décidément pas très clair.

Do you find me attractive?

Dougie, quant à lui, est enfin accompagné par Janey-E (Naomi Watts) chez le docteur Ben (John Billingsley), depuis le temps qu’elle en parlait. Janey réalise enfin que son mari a sensiblement évolué physiquement ! Sa libido en est toute émoustillée et elle n’hésite pas à déshabiller du regard son cher et tendre alors qu’il n’a d’yeux que pour une part de gâteau au chocolat. La scène est totalement désopilante entre le regard énamouré de l’une et l’attitude bovine que lui renvoie l’autre !
Alors que ces deux-là prolongent leurs sensations par des ébats bruyants, on ne peut s’empêcher d’y voir un juste contrepoint face au déferlement d’ondes négatives des Richard et autre Steven. On suit alors le regard affectueux de David Lynch tout comme il contemple, bienveillant la relation naissante entre Albert et Constance.

twin-peaks_310_bell_lynch

Pour autant, cette opposition tranchée des vibrations ne correspond pas forcément à une série qui s’exprime le mieux dans ses zones grises, dans le conflit et l’incertitude. C’est justement un peu le sens de l’intervention de la femme à la bûche (Catherine E. Coulson) qui dans un nouveau coup de téléphone adressé à Hawk, annonce la mort d’une lueur (“The Glow is dying”). Doit-on y voir une deuxième partie de saison néfaste ? Espérons que Jerry y trouvera rapidement une réponse dans la forêt !

 


 

Mystères :

  • Pourquoi Cole aperçoit-il une apparition de Laura en ouvrant à Albert ? C’est d’autant plus étrange qu’à ce stade, Laura n’a pas fait surface dans les dossiers en cours de Cole.
  • Juste avant, la caméra s’assure que l’on puisse bien observer (même à l’envers) une sorte de chien couronné de bois de cerf et menacé par une main venue des cieux… Quelle peut bien être la signification de son dessin ?
  • Les paroles de Margaret Lanterman (aka la femme à la bûche, interprétée par la regrettée Catherine E. Coulson) auprès de Hawk mentionnent un cercle complet ainsi que les shérifs Truman et les “autres”. Se pourrait-il qu’elle fasse allusion aux “Bookhouse boys” ?!
  • On s’interroge beaucoup sur l’instant où réapparaîtra Audrey (Sherilyn Fenn) mais un probable retour des “Bookhouse Boys” ainsi que le retour de Nadine posent la question d’une apparition de “Big Ed” Hurley (Everett McGill est lui aussi annoncé au casting).
  • La lettre interceptée par Chad provient d’une certaine “Miriam Hodges”, or la Miriam agressée par Richard a pour nom de famille Sullivan (du moins, c’est ainsi qu’elle est créditée). Se pourrait-il que Chad soit en possession de la mauvaise lettre ? Avouez que ce potentiel fiasco est séduisant !
  • Qui peut bien être la personne avec qui s’entretient le Cooper maléfique sur la photo extraite des caméras de surveillance de la boîte en verre, que nous montre Tammy ?
  • L’objet étrange du jour est cette espèce de peluche parlante avec une lampe à la place de la tête et qui s’exprime avec un accent anglais…

 

Théories :

  • La possibilité que le Cooper maléfique soit le responsable de la création et du maintien en fonction de la boîte en verre soulève de nombreux lièvres. On pourrait penser que son utilité était de capturer Dale, mais c’est sans compter les tueurs qu’il avait fait poster pour cueillir celui qui allait remplacer Dougie. Plus vraisemblablement, il ne serait pas étonnant que ce projet de boîte en verre soit destiné à l’apparition féminine créditée comme “L’expérience” !
  • Manifestement, Anthony Sinclair (Tom Sizemore) roule pour Duncan Todd (Patrick Fischler). Ce qui nous amène naturellement à penser que les malversations débusquées par Dale/Dougie dans les dossiers de son patron pourraient justement pointer vers cette relation entre Anthony et Todd.
  • Malgré la réalité de sa réponse incriminante (notamment au sujet de Hastings), il serait très étonnant que Diane soit tout simplement complice du Cooper maléfique. Il serait plus logique qu’elle soit en relation avec un intermédiaire et le relai des messages détectés au Mexique semble le confirmer.

 

Remarques :

  • Il faut croire qu’Ike “the Spike” était une célébrité dans le milieu, puisque les frères Mitchum l’avaient également dans le collimateur.
  • Après l’apparition de Wally Brando, nommé ainsi par ses parents (Lucy et Andy) car né le même jour que l’acteur, voici une nouvelle référence à Marlon Brando prononcée par Rodney Mitchum (“Now I know how Brando felt”). Il se trouve que Brando était aussi connu pour avoir été châtié d’une belle claque par son ex-femme…
  • Les rideaux silencieux constituent l’obsession de Nadine (Wendy Robie) ; je ne vous apprends rien si vous avez en mémoire les deux saisons originales de la série. Il faut croire que Nadine est allée au bout de ses convictions puisqu’elle possède désormais une boutique pour vendre son concept révolutionnaire, s’il en est !
  • Du côté de Buckhorn, vous ne rêvez pas – Cole et Tammy n’en reviennent pas non plus –, Albert (Miguel Ferrer) s’offre un rencard avec la “dame de la morgue” (Constance Talbot interpretée par Jane Adams) !

 

twin-peaks_310_del-rio

Musique :

  • Carl (Harry Dean Stanton) interprète à la guitare le morceau Red River Valley. Il s’agit d’un grand classique folk.
  • Charmaine par Mantovani and His Orchestra (lors de l’attaque de Richard).
  • Slow Dreams par Johnny Jewel.
  • No Stars par Rebekah del Rio (déjà aperçue dans Mulholland Drive), accompagné par Moby à la guitare, pour le final.

 


 

TWIN PEAKS s03e10 “Part X” (Showtime)
Diffusée sur CANAL+SÉRIES les mardis à H50 (puis sur CANAL+ les jeudis).
Série créée et écrite par David Lynch et Mark Frost.
Épisode réalisé par David Lynch.
Avec : voir la liste très très longue !
Musique originale d’Angelo Badalamenti.

Visuels : Suzanne Tenner / Twin Peaks © Rancho Rosa Partnership & Showtime networks.

Partager