Récap : Hungry heart  (The Handmaid’s Tale 2.11 / Hulu / OCS)

Récap : Hungry heart (The Handmaid’s Tale 2.11 / Hulu / OCS)

Note de l'auteur

Les flash-back sont de retour dans cet épisode, mais ils sont brefs et rythment un épisode en huis clos pour le moins intense. Récapitulatif.

Attention : le texte qui suit est un commentaire détaillé ; il s’adresse à un.e lect.eur.rice ayant vu ledit épisode !

On avait laissé June (Elisabeth Moss) dans de beaux draps (voir récap’ précédent). Mais les draps en question recouvraient les meubles d’une grande bâtisse laissée à l’abandon. Abandonnée, donc, tout comme June qui avait vu Nick (Max Minghella) emmené par une patrouille de gardiens.
L’épisode qui nous intéresse aujourd’hui se structure en trois actes. Dans le premier, June fait essentiellement deux découvertes. En cherchant bien, la demeure qu’elle découvre vraiment renferme suffisamment de provisions pour qu’elle puisse entreprendre un voyage. Un trajet qu’elle pourra effectuer grâce à une voiture qu’elle a repéré dans le garage attenant. Et puis, le lieu n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit/s’agissait du domicile des parents adoptifs d’Hannah.

I’m sorry there is so much pain in this story.

En apercevant sa fille en compagnie de la maîtresse des lieux sur une photo disposée dans une pièce, June se souvient d’une séparation difficile, un matin où Hannah ne voulait pas que sa maman la dépose à l’école. En trouvant un manteau et en observant sa silhouette dans le miroir, elle se remémore également une soirée lors de sa première grossesse alors que Luke (O. T. Fagbenle) se réjouissait de voir son ventre se distinguer.

Mais June n’a peut se laisser aller à ressasser ses souvenirs. Le deuxième acte voit l’arrivée des Waterford au domicile des MacKenzie (puisque c’est ainsi qu’ils se nomment). Serena (Yvonne Strahovski) et Fred (Joseph Fiennes) commencent à parcourir les lieux mais ne trouvent pas June. Serena aperçoit néanmoins une partie de la tunique de la servante et en conclut qu’elle s’est à nouveau enfuie. S’ensuit une franche dispute avec son mari. Pendant l’esclandre, June a trouvé un fusil de chasse et met en joue les Waterford dans une position de sniper à travers le hall d’escalier.

Stars and stripes forever, baby.

Mais elle n’ouvre pas le feu et relâche la détente alors que les Waterford déguerpissent. Elle pense alors pouvoir quitter les lieux mais un dernier obstacle l’en empêche. Une porte de garage qui, sans électricité, ne peut s’ouvrir et résiste même aux coups de boutoir de la voiture propulsée sans ménagement par June de l’intérieur. Lorsqu’elle ressort du garage, une présence menaçante, un loup noir qu’elle dévisage une deuxième fois, surveille ses faits et gestes. Le deuxième acte s’achève alors que June a perdu les eaux.

L’épilogue est, quant à lui, dédié à une June résignée à accoucher, auprès d’un feu de cheminée dans cette maison qu’elle n’a pour l’instant pas les moyens de quitter. Cette issue n’est pas sans receler une certaine ironie puisqu’elle est mise en parallèle avec le déroulement de la naissance d’Hannah pour laquelle June avait tenu tête à sa mère (Cherry Jones) et opté pour un accouchement à l’hôpital avec tout « l’arsenal chimique » disponible ! Pour son deuxième enfant, elle n’a pas d’autre choix que de faire avec le strict minimum. Sa mère aurait été fière.

Hannah, this is your grandmother. Holly.

Alors que la naissance se précise, June éprouve le besoin de sortir. Fusil en main elle tire à plusieurs reprises vers le ciel. Espère-t-elle attirer l’attention et du secours ? Ou bien fait-elle ainsi ce qu’il faut pour se protéger, elle et son futur enfant, d’une quelconque menace, symbolisée par la présence du loup ?
Toujours est-il que la naissance peut désormais avoir lieu et alors que June se souvient de la visite de sa mère juste après la naissance d’Hannah, l’idée lui vient alors de transmettre le prénom de sa mère à sa deuxième fille : Holly.
June se réjouit de la tenir dans ses bras et le rideau tombe alors qu’une voiture se gare devant la maison…

Avec une narration restreinte à un lieu unique, on serait tenté d’assimiler cet épisode à une simple transition (voire à un bottle episode) mais ce serait ignorer qu’il contient néanmoins d’importantes scènes. La naissance bien sûr — belle et primaire à la fois — mais aussi la dispute entre Serena et Fred qui vident chacun leur sac et qui constitue dans leur relation un point d’orgue indéniable.

Parallèlement, il y a aussi le retour de la voix-off de June sur un registre de conversation directe ! La question de son interlocuteur, déjà présente dans le roman de Margaret Atwood, est remise ainsi au goût du jour !
Il y a notamment cette phrase d’ouverture durant laquelle June s’excuse en substance pour toute la douleur que contient cette histoire. Comment ne pas y voir une réponse aux premières critiques entendues ça et là lors des débuts de cette saison 2. Rappelons que cet épisode était sûrement non finalisé lors de la diffusion des premiers épisodes et que les auteurs ont tout à fait pu y insérer cette formule.
Ce message sonne d’autant plus fort ici qu’il accompagne une double naissance en forme de cri rauque et guttural. Un cri où s’additionne la douleur, la joie et l’inquiétude. Un cri qui résonne avec précision à l’oreille de celles et ceux qui ont vécu ou ont été témoin de la vérité de l’accouchement.

Voilà un épisode significatif et nécessaire. Voilà un épisode qu’il faut avoir vu et faire voir.

 


 

Musique :

  • Hungry Heart par Bruce Springsteen sur l’autoradio dans le garage.
  • Willy’s headache par Cymande.
  • Burning Up par How to Dress Well sur la playlist (douteuse) de Luke.
  • Et à nouveau Hungry Heart dans une version Live durant le générique de fin.

 

Remarques :

  • Pas d’Eden durant cet épisode. Avouez que son drama vous manque !
  • Le passage de Radio Free America entendu par June dans la voiture est dit par Oprah Winfrey, carrément, grande admiratrice de la série, paraît-il.
  • La semaine dernière je prédisais que le commandant avait cherché à piéger Nick. La prédiction tient toujours et la question est désormais de savoir s’il ne voulait pas tout simplement se séparer d’Offred par la même occasion ?
  • Qui est/sont le(s) arrivant(s) ? Pouvons-nous miser une pièce sur les MacKenzie ?

 

Liens :

  • La réalisatrice de l’épisode, Dana Reid, explique la conception de ce onzième volet pour io9.
  • Et Kira Snyder qui coécrit l’épisode (et qui est aussi productrice de la série) revient sur les grandes intentions développées à ce stade pour Playlist.

 

THE HANDMAID’S TALE (HULU) saison 2 en 13 épisodes,
Diffusée en US+24 et VM sur OCS depuis le 26 avril.
Épisode 2.11 (Holly).
Série créée par Bruce Miller.
D’après le roman de Margaret Atwood.
Épisode écrit par Bruce Miller & Kira Snyder.
Épisode réalisé par Daina Reid.
Avec Elisabeth Moss, Ann Dowd, Yvonne Strahovski, Joseph Fiennes, Madeline Brewer, Samira Wiley, Cherry Jones et O-T Fagbenle.
Musique originale d’Adam Taylor.

Visuels : The Handmaid’s Tale © MGM / Hulu.

Partager