#Recap pour débloquer son Chi (Fargo 3.02 / FX / Netflix)

#Recap pour débloquer son Chi (Fargo 3.02 / FX / Netflix)

Note de l'auteur

Avec Noah Hawley, l’influx littéraire n’est jamais très loin (rappelons qu’il a publié cinq romans). On se souvient des références philosophiques prédatrices du personnage de Billy Bob Thornton en saison 1. Il y avait aussi une ouverture remarquable sur les pages d’un conte en saison 2 (ép. 9). Et cette saison, il semblerait bien qu’il soit question dans une certaine mesure du roman de science-fiction ! Ennis cachait manifestement quelques secrets littéraires de jeunesse. Un mystère qui ne sera pas de trop pour réchauffer un début de saison relativement tiède.

Attention : Ceci est un récapitulatif détaillé. Il s’adresse à un lecteur ayant vu ledit épisode !

Dans un style très distant – si caractéristique du jeu de l’actrice –, Gloria (Carrie Coon) n’a pas semblé très abattue par le décès de son beau-père. Mais ne nous méprenons pas, elle n’en dort pas de la nuit ! On apprend lors d’un trajet en voiture avec son seul collègue Donny (Mark Forward), que son « pops » a été tué par utilisation de colle sur le nez et la bouche. Voilà un mode opératoire original ; on en regretterait presque le défunt Maurice !

“Are we thinking cause of death is somehow a cliffhanger?”

Comme Gloria le laissait entendre dans l’épisode précédent, la police d’Eden Valley est en passe d’être absorbée par le commissariat du comté adjacent (Meeker County). Leur nouveau chef se nomme Moe Dammick et il est atterré de constater que Gloria et Donny n’utilisent pas d’ordinateurs. En même temps, l’enquête sur la mort de son beau-papa n’est pas très compliquée à suivre et les traces – pas vraiment couvertes – de Maurice font surface sans avoir recours au miracle digital.

“Frozen concentrated orange juice: Can you make meth from that?”

Toutefois, Gloria s’aperçoit qu’elle ne connaissait pas Ennis si bien que cela. Elle tente même d’interroger le représentant des pompes funèbres qui l’avait côtoyé. Mais son passé reste une énigme. Se pourrait-il qu’il fût l’auteur des livres qu’elle a retrouvés enfouis dans un coffre, lesquels étaient signés du nom de “Thaddeus Mobley” ? Une chose est sûre, Gloria n’est pas prête de trouver le repos.

De son côté, Ray ne dors pas non plus sur ses deux oreilles. Il se confie auprès de Nikki avec une sincérité désarmante : il n’avait jamais tué personne jusqu’ici et il est assailli par le remord ! Pourtant le stratagème de la chute du climatiseur semble convaincre. La cause de la mort de Maurice est pour l’instant classée comme accidentelle.
Mais Nikki n’est pas dupe. Le “Chi” de Ray est bloqué et elle ne pourra jamais en faire un bon coéquipier de bridge en l’état ! Son diagnostic est sans appel : Ray doit mettre un terme à la querelle avec son frère.

Le couple s’embarque donc dans une escapade concertée. Pendant que Ray fera mine de faire la paix avec son frangin, sa belle subtilisera le timbre dans son bureau. Mais voilà, Fargo oblige, le plan va bifurquer dans un style bien ironique de circonstance.
Alors que la réconciliation se déroule comme un charme – la double performance d’Ewan McGregor fait forte impression –, Nikki trouve un âne encadré à la place du trésor à deux centimes. On l’apprendra plus tard, cet échange n’était pas prémédité. La femme de ménage avait brisé le cadre du timbre un peu plus tôt. Sauf que Nikki l’ignore et interprète la présence de l’équidé à longues oreilles comme une provocation à laquelle elle répond par un attentat à tampon armé…

“He’s got the physical and the mental game”

C’est l’ascenseur émotionnel pour Emmit. Il n’a d’autre choix que de lâcher la bride à un Sy qui n’attendait que cela pour rabattre le caquet de Ray. L’homme à tout faire promet une intimidation en règle mais la rencontre qui s’ensuit le lendemain est surtout très burlesque, Sy évacuant sa frustration en projetant – comme il peut – son Hummer sur la Corvette de Ray !

fargo_david-thewlis

Malgré ce tournant dramatique dans la querelle fraternelle, Emmit et Sy ont d’autres chats à fouetter. V.M. Varga fait désormais partie des meubles chez Stussy et il s’entoure de deux sbires hétéroclites : Meemo et Yuri !
Emmit avait pourtant tenté d’en savoir plus sur son investisseur interlope. Mais, pour ce faire, il avait missionné son avocat – le franchement dépassé Irving “Irv” Blumkin – qui s’était fendu pour l’occasion d’une toute première recherche Google.
Un emploi du passé qui s’impose maintenant pour le regretté Irv, Yuri l’ayant projeté dans le vide après avoir brièvement évoqué l’histoire des Cosaques. Ce Yuri doit bien avoir un petit quelque chose en commun avec cet homonyme que recherchait justement l’inspecteur est-allemand du premier épisode.

Varga place donc Emmit devant le fait accompli. Oui, il peut squatter ses parkings avec des semi-remorques aux chargements louches. Oui, il peut s’installer dans les locaux de Stussy. Et oui, il fera disparaître tous ceux qui chercheront à se renseigner sur sa personne.
Loquace, il explique même – en trois points – pourquoi la compagnie d’Emmit est une cible de choix. Son business de parkings payants repose sur du cash. Il n’est pas informatisé. Et il est par conséquent impossible de vérifier précisément la véracité des fonds générés. Traduction : une aubaine pour toute opération de blanchiment d’argent sale…

Le motif technologique est un thème central de ce début de saison. Outre l’aversion de Gloria pour les machines – qui semblent bien le lui rendre –, Irv est refroidi parce qu’il a été piégé sur Internet et Emmit constitue donc une cible intéressante car il gagne de l’argent de la main à la main. De toute évidence, le sujet s’imposait dès lors que cette saison choisissait de se dérouler à une époque plus moderne.
On peut néanmoins regretter l’exploitation convenue et un rien facile jusqu’ici d’une faiblesse un peu trop grossière, même pour le contexte Fargo.

En revanche, on devine la présence d’une étincelle possible. Ennis/Thaddeus écrivait de la science-fiction et Gloria précise dans cet épisode que son beau-père s’était installé dans le Minnesota depuis 1980. De là à faire le lien avec les apparitions du troisième type dans la saison précédente (située en 1979), il n’y a qu’un pas.
Entre le jeu des références avec l’œuvre des Coen et les subtilités de cet environnement très calibré du midwest, la série se trouve désormais à un tournant crucial de son existence. Va-t-elle s’enfoncer dans un remixage pénible ou bien pourra-t-elle sublimer de nouveau ses propres codes ? Réponse dès le prochain épisode…

 


Cartographie :
Avec ce deuxième épisode, nous ne quittons pas le Minnesota. Il est surtout question de St Cloud, et notamment de son journal que l’on aperçoit à deux reprises. C’est une ville relativement importante (67 000 hab.) qui se trouve à environ une heure de route des Twin Cities. Pour l’anecdote, elle a été baptisée Saint Cloud en référence à la commune de banlieue parisienne par un huguenot qui avait de l’intérêt (et une proximité d’origine) pour Napoléon !

 

Remarques :

  • Noah Hawley avait annoncé que cette saison s’appuierait sur de nombreuses références au Big Lebowski des Frères Coen. Il y en avait déjà quelques unes dans l’épisode précédent mais la plus évidente s’étalait en plein jour. L’acteur David Thewlis (Varga) apparaissait au casting du film bien sûr !
  • Toujours dans le domaine des références, Sy mentionne un certain Stan Grossman. Il s’agit du beau-père de Jerry dans Fargo, le film original des Coen.
  • Les titres des romans retrouvés par Gloria font rêver, jugez plutôt : The Dungeon Lurk, Organ Fish of Kleus-9, The Plague Monkeys, The Planet Wyh, A Quantum Vark, Space Elephants Never Forget et Toronto Cain: Psychic Ranger.

 

Musique :

Les ajouts musicaux poursuivent une exploration estampillée “musiques du monde” ! À noter que nous avons dans cet épisode une belle démonstration musicale dans un but narratif puisque lorsque Yuri se débarrasse d’Irv, on retrouve le chœur des Cosaques de l’Oural qui était déjà à l’honneur lors du prologue à Berlin Est pour l’ouverture de la saison. Certainement une manière d’appuyer le rapprochement entre ce Yuri et celui dont il est question durant l’interrogatoire.
Sho z-pod duba par DakhaBrakha
Kalinka par Ural Cossacks Choir & Oeral Kozakkenkoor
The Christmas Song par Bing Crosby
American Wedding par Gogol Bordello

 

Liens (V.O.) :

  • Mary Elizabeth Winstead offre une drôle de performance pour cette saison. Elle décrit Nikki pour Elle.
  • Vous voulez en savoir plus sur les choix qui mènent à la sélection musicale détaillée ci-dessus, cet entretien avec Maggie Phillips sur Brooklyn Vegan est fait pour vous.

 


 

FARGO (FX) épisode 3.0 “The Principle of Restricted Choice”
Disponible chez nous sur Netflix chaque jeudi.
Série créée par Noah Hawley.
Épisode écrit par Noah Hawley.
Épisode réalisé par Michael Uppendahl.
Avec Ewan McGregor, Carrie Coon, Mary Elizabeth Winstead, David Thewlis, Michael Stuhlbarg, Goran Bogdan, Shea Whigham, Mark Forward, Hardee T. Lineham, Janet Walmsley, Daryl Shuttleworth, Ivan Sherry, Andy Yu et Graham Verchere.
Musique originale de Jeff Russo.

 

Visuels : Fargo © MGM & FX

Partager