Revue de Presse : peut-on croire à une saison 2 d’Hannibal ?

Revue de Presse : peut-on croire à une saison 2 d’Hannibal ?

« Si vous annulez ma série, je tue mes chiens en direct »

On a suffisamment moqué NBC, les princes de la loose, dans ces pages lors des Upfronts. La chaîne qui, autrefois, était numéro un des audiences et rois de la télé de qualité, se débat comme elle peut après avoir quasiment tout perdu… à part la voix. Quand on regarde les meilleures audiences US des networks, on voit bien NBC, mais deux fois seulement, avec les deux programmes de The Voice. Pas avec Hannibal.

La série de Bryan Fuller est loin d’être un succès, et ce même si ses résultats ne sont pas catastrophiques. Ce qui inquiète la chaîne, et qui retarde d’autant plus l’annonce d’une saison 2, c’est que les audiences de la série ont connues un plongeon entre le second et le quatrième épisode diffusé.

Date Audience 18-49 ans/ part d’audience Millions de télespectateurs En catch-up +7 jours
05.4 1.6/5 4.36 2.7
12.4 1.7/5 4.38 2.8
19.4 1.4/4 3.51 2.4
26.4 1.0/3 2.40 1.9
02.5 1.1/3 2.61 2
09.5 1.1/3 2.62 NC
16.5 1.1/5 2.46 NC
23.5 1.0/3 2.69 NC

Source : TVByTheNumbers

Deux millions de téléspectateurs en moins en l’espace de deux semaines. Une chute qui peut s’expliquer en trois points. Le premier : l’attrait de la nouveauté est passé. Une fois la curiosité étanchée de voir cette nouvelle incarnation d’Hannibal, certains ont pu avoir envie de dire stop. Le second : la série est bien trop violente pour la télévision de Network aujourd’hui. Ceux qui restent dessus sont des habitués du câble. Ils ne sont pas nombreux. Le troisième, plus tiré par les cheveux, et qui ne tient la route qu’entre le 3e et 4e épisode, c’est la non-diffusion de l’épisode 1×04 Œuf, qui aurait pu agacer le téléspectateur.

On est toujours aussi circonspect devant l’annulation de cet épisode, provoquée par une volonté de la production de ne pas risquer de choquer. Entre des enfants qui sont manipulés et tuent des gens, et un type qui fait pousser des champignons sur des gens drogués enterrés… bref…

Hannibal fait moins bien que The Voice. Mais sur NBC, TOUT fait moins bien que The Voice.

Si Hannibal ne fonctionne pas, c’est peut-être aussi un problème de programmation. Si une diffusion à 10h est tout ce qu’il y a de plus logique, vu le contenu du programme, le fait qu’elle soit installée au bout d’une soirée comédie est assez déroutant. Regarder Parks and Recreation et entendre sur le générique de cette dernière une musique très sombre et une voix grave qui annonce « Et maintenant, un nouvel épisode d’Hannibal » est assez déroutant. Tu as bien ri ? Flippe, maintenant.

Il y a aussi cette théorie (1) : et si la série était un échec juste parce qu’elle est sur NBC ? La série cartonnerait-elle ailleurs, sur la FOX ou CBS, par exemple (2), sans changer son contenu ? L’audience d’NBC, en 10 ans, a quitté la chaîne au paon pour aller voir ailleurs. Certains sur d’autres networks, mais d’autres, certainement, sur le câble.

Alors si c’est perdu d’avance, pourquoi renouveler cette série ? Pourquoi ne pas créer The Voice : Uncensored ? The Voice : More voicesThe Voice : Muted ? Parce que la série est excellente. Merci, au revoir. Ça ne suffit pas ? Ok. Parce que la série met en scène un personnage charismatique, connu de tous. Que la série va peu à peu adapter les bouquins, et donc pouvoir faire de la pub autour de l’arrivée de Clarice Starling, par exemple.

Un objet a été ajouté dans cette photo. Saurez-vous deviner lequel. Un indice: c’est un Emmy. Alors ?

Parce que c’est un aimant à Emmys. Pour l’édition 2013, on imagine mal Fuller ne pas obtenir une nomination, rien que pour la brillance de ses dialogues. Ou David Slade pour la réalisation du pilote. Et bien sûr, Mads Mikkelsen. Comment pourrait-il passer à-côté ? C’est une star de cinéma internationale (les Emmys adorent ça), il est fabuleux dans le rôle (donc ce n’est pas une star de cinéma qui cachetonne, catégorie qui a déjà gagné des Emmys par le passé), et la concurrence n’est pas non plus monstrueuse (3).

Ensuite, parce que depuis la chute originale, les audiences sont incroyablement stables. Bien calée avec son million de téléspectateurs entre 18 et 49 ans (la tranche d’âge qui compte aux USA, les consommateurs), et un global à 2.6, la série ne baisse quasiment plus. Une gageure quand on sait que le lead-in d’Hannibal, depuis le 9 mai, ça n’est plus juste Parks and Recreation mais les rediffs de Parks and Recreation.

Enfin, parce qu’il va bien falloir qu’NBC renouvelle des séries, prenne des risques sur des projets de qualité, comme il le faisait dans les années 90. Pour souvenir, selon les standards de l’époque, la première saison de Seinfeld n’avait pas bien marchée. Quand on voit les résultats de Save Me, la nouvelle comédie lancée la semaine passée, ça aide à relativiser le bide Hannibal.

Ok. Soyons pragmatiques. Imaginons qu’NBC dise stop. La série a deux atouts dans sa manche. Le premier, c’est qu’elle est produite par la Gaumont, qui l’a déjà pré-vendue dans un grand nombre de pays. Du coup, elle coûte bien moins cher qu’une production équivalente. Le second atout, c’est que la série en est presque à doubler son audience en catch-up. La moité de l’audience de la série va la chercher en VOD, ou la stocke sur son enregistreur. Que des arguments pour des fournisseurs de contenu comme Amazon (qui gère déjà le catch-up du programme) de reprendre la série si NBC venait à l’annuler.

Vous l’avez compris, au delà des chaînes, on croît au renouvellement d’Hannibal, qui est la belle surprise de ce printemps pluvieux. En tout cas on veut y croire. Croire qu’il y a de la place pour ce genre de fiction sur une grande chaîne.

(1): qui m’est chère.

(2): Non, Julia Lagrée, pas sur la CW.

(3): Le soufflé Homeland est bien retombé, il est écrit que Jon Hamm ne gagnera jamais, et il reste donc Bryan Cranston pour la saison 5a de Breaking Bad, sachant qu’il a plus de chance de le gagner lors de la dernière saison de la série, donc pour les Emmys 2014. Mais on en reparlera en septembre.

Partager