Revue de presse : une saison 4 de The Walking Dead sans Glen Mazzara

Revue de presse : une saison 4 de The Walking Dead sans Glen Mazzara

Le slogan d’AMC, un peu hypocrite…

Finalement, et si la prédiction des Mayas, ce grand chamboulement du 21 décembre, c’était ça : si The Walking Dead est bien renouvelé pour une saison 4, ce sera sans son actuel showrunner, Glen Mazzara. Ok, à l’échelle du monde, c’est peanuts, mais pour un fan de série télé qui aime que ses séries soient bonnes, c’est une sacrée mauvaise nouvelle.

Récapitulatif : AMC veut faire des séries. Elle met à l’antenne coup sur coup deux chef d’oeuvres instantanés : Mad Men et Breaking Bad. Grâce à ces deux séries, AMC ridiculise la concurrence. Showtime mord la poussière, HBO prend 20 ans dans la vue. Ceux qui vont truster les Emmys, c’est eux, la télé de qualité, c’est eux… on les imagine dans leurs fauteuils rococo deviser intelligemment sur le meilleur moyen de faire de la grande télé, de marquer l’histoire tout en restant classe. Ben oui, avec Jon Hamm et Bryan Cranston en têtes d’affiche, AMC c’est la classe à l’état pur.

Puis c’est The Prisoner, remake du Prisonnier. Une mini en co-prod, histoire valable pour certains, trahison pour d’autre. Puis Rubicon, nouveau bijou, mais bide absolu. Pas grave, la classe. Puis The Walking Dead, série évènement, carton historique. C’est pas terrible, mais ça marche. Puis Hell on Wheels et The Killing. 2011 n’est pas une super année pour AMC, qui doit gérer l’augmentation faramineuse du salaire du showrunner de Mad Men, Matthew Weiner (qui devient pour l’occasion le showrunner le mieux payé du pays), et la baisse de budget des autres séries. Papy Darabont en est tout fâché et quitte The Walking Dead. C’est une grosse surprise et en même temps, pas une trop mauvaise…

 

On aurait quand même pu se poser des questions sur la faculté d’AMC d’être fidèle aux auteurs à ce moment précis (mais on était si contents de voir Darabont se carapater…). Il y a quelques mois, suite à un différent artistique sur la suite de sa série, John Shiban s’est fait lourder d’Hell on Wheels. Et là, alors que la série fait un carton absolu depuis la rentrée, que la qualité est louée de concert par les fans et les spécialistes, AMC et Glen Mazzara ont, d’un commun accord (ben voyons) décidés de se séparer.

La raison officielle: des divergences créatives concernant le futur de la série. De la bonne langue de bois bien comme il faut. Sur Twitter, les réactions n’ont pas tardé à fleurir. D’abord venant de l’intéressé, Glen Mazzara (@glenmazzara) « J’ai vécu une expérience incroyable à la tête de la saison 3 de The Walking Dead, mais il est temps de passer à autre chose. Merci à tous les fans pour leur soutien ». La classe, ici, c’est Mazzara qui en fait montre, souhaitant ne pas jeter de l’huile sur le feu, certainement bloqué par des restrictions contractuelles. Pas grave, d’autres s’en chargent pour lui.

D’abord les critiques US, tel quel James Poniewozik, de Time Magazine, (@poniewozik) qui se demande « pourquoi une chaîne aurait des divergences créatives avec le producteur qui a transformé un succès en immense succès ? ». Même son de cloche chez Alan Sepinwall, de chez HitFix.com (@sepinwall) « Désolé de le voir partir. La série s’est considérablement améliorée sous sa direction ». Son collègue d’HitFix, Daniel Fienberg offre une saine comparaison avec son prédécesseur (@HitFixDaniel) « Tout ceux qui flippaient à l’idée que Darabont quitte le show avaient tort, mais le départ de Mazzara peut être un problème »

Glen Mazzara, faiseur de miracles, mais foutu dehors

Si les critiques restent mesurés, les anciens collaborateurs de Mazzara sur The Shield y vont plus franchement. Shawn Ryan, showrunner de la série du flic ripou de Los Angeles, est sorti de son silence auto-imposé sur Twitter pendant les fêtes pour s’insurger contre le départ de Mazzara (@ShawnRyanTV) « AMC ? WTF ? ». Puis il balance « Tout le monde sait que Breaking Bad a été raccourci par rapport à ce qui avait été prévu. Maintenant ils ont des différences créatives avec le sauveur de leur plus gros succès ? ». Enfin, il menace « Avec FX, Showtime, HBO, Starz, Cinemax, A&E, TNT et les autres chez qui on peut vendre des projets, quel intérêt auraient les bons showrunners à développer avec AMC? ».

Evidemment, comme on pouvait s’y attendre, le plus verbal dans cette histoire, c’est Kurt Sutter. Déjà, par le passé, il avait violemment tancé AMC concernant la hausse de salaire de Weiner, critiquant vertement la chaîne et le showrunner (ce qui lui valut de quitter Twitter pendant un certain temps). Ici, entre trois insultes, il énonce quelques attaques bien senties (@sutterink) « AMC est dirigé par des pauvres d’esprit qui n’ont aucun respect pour le travail de leurs créatifs. Ce qui est arrivé à Glen Mazzara est habiuel chez eux. Ils manquent de respect aux scénaristes, chient sur leurs télespectateurs et enterrent leur chaîne. Mazzara a prit une série en construction et en a fait un show avec un futur. Sans lui, ce futur s’évanouit. (ensuite c’est une suite d’insultes…) The Walking Dead va en pâtir. Même les zombies ont besoin de consistance. Mad Men et Breaking Bad vont bientôt prendre fin. Et AMC avec eux. (et plus d’insultes…). »

« Mazzara qui part ? Les bras m’en tombent ! »

Les propos sont durs, violents, mais à la hauteur de la consternation. AMC se pose en chaîne qui ne respecte pas ses auteurs, une démarche très risquée, quand on connaît la puissance du syndicat des scénaristes dans ce pays. On peut en effet se demander quel showrunner de qualité aurait envie d’aller chez AMC, comme le dit Shawn Ryan, quand même réaliser un succès sans précédent n’assure pas de bons rapports avec la chaîne. On se demande aussi quelle est la logique d’une chaîne qui traite Weiner comme un roi alors qu’il est à la tête d’une série, certes magistrale, mais aux audiences confidentielles, et de l’autre côté se sépare de Mazzara, à la tête d’un hit absolu, et qui fournit un travail dont la qualité n’a rien à envier aux publicitaires des sixties.

Le slogan d’AMC, c’est « story matters here ». Si l’histoire compte, vraisemblablement, AMC se fout de ceux qui les racontent.

Partager