Richesse et variété du câble américain : Comedy Central

Richesse et variété du câble américain : Comedy Central

Cet été, le Daily Mars explore avec vous l’univers du câble américain. Loin d’être un simple espace où tout serait « simplement » permis, les chaînes qui font partie du câble payant (comme HBO ou Showtime) ou du câble basique (AMC, FX, TNT, etc.) tirent leur épingle du jeu en proposant des séries qui participent à l’histoire de la télé américaine. Aujourd’hui, place à l’humour de Comedy Central.

Evolution logos Comedy Central

Même sans ce dossier de l’été, il aurait été intéressant de se pencher sur Comedy Central. La plus célèbre chaîne d’humour du câble rentre dans une période charnière, qui pourrait la conforter dans sa place de leader ou la faire tomber de son piédestal.

De nouvelles chaînes ont émergé ces dernières années sur le câble américain sur le même créneau : l’humour. Elles ont rencontré un certain succès : IFC, terre-mère de Spoils of Babylon, TBS qui a récupéré Cougar Town ou encore FX sur certains programmes comme Louie ou Archer). Pendant ce temps là, les deux programmes piliers de la chaîne sont des programmes qui ont bientôt 20 ans, South Park et le Daily Show, et un des présentateurs vedettes, Stephen Colbert, vient d’être débauché par CBS pour remplacer David Letterman. Comment va-t-elle s’en sortir ? Gasp.

colbertscared

 

Je vous laisse réfléchir à ce suspense insoutenable pendant un retour en arrière. Comedy Central est née en 1991 de la fusion de deux chaînes au nom savoureux : The Comedy Network et Ha ! (oui comme dans « hahaha que c’est drôle », mais c’était trop long et pas assez anglais pour un titre de chaîne.) The Comedy Network était l’oasis du clip show, quand Ha ! était le paradis des rediffusions de sitcoms. Ensemble, elles sont plus fortes et donnent naissance à Comedy Central, la chaîne des rediffusions de sitcoms et du clip show.

C’est cette programmation qui parait très banale (de la rediff et du programme low cost), qui va forger l’identité de la chaîne d’humour. Le clip show, dans les années 90, est un programme peu coûteux qui permet de diffuser des séquences d’images plus ou moins drôle  dit « clips », en les ponctuant de remarques et phrases caustiques. Ce type de programmes a permis à toute une génération de comédiens et d’auteurs de se faire la main d’affiner leur humour. Et c’est justement là une des grandes caractéristiques de la chaîne, donner l’espace nécessaire à des auteurs de s’exprimer et de développer leur personnalité.

Déjà 17 saisons pour "South Park"

Déjà 17 saisons pour « South Park »

Trey Parker et Matt Stone ont été les premiers grands bénéficiaires du système Comedy Central. Leur talent a été remarqué au Festival de Toronto grâce au film Captain Orgazmo. Ils avaient dans leur carton un projet de série d’animation. Comedy Central emporta la mise sur MTV et la série devint le succès qu’on lui sait. Depuis les anciens étudiants de l’université du Colorado ont produit avec Comedy Central 17 saisons de la série, un film South Park et la chaîne a même contribué à la production de leur comédie musicale The Book of Mormon.

Le succès de la chaîne a vraiment décollé avec l’arrivée de South Park en 1997 et la série reste encore une des plus fortes audiences de la chaîne. Avec cette série, Comedy Central devenait la chaîne de l’humour décalé. Si vous ne vous retrouviez pas dans les blagues de Letterman, de Friends ou de Seinfeld, il y avait des chances pour que vous trouviez un programme qui vous plaise sur Comedy Central.

"Review With Andy Daly" un des programmes les plus acclamés lancés par la chaîne cette année.

« Review » un des programmes les plus acclamés lancés par la chaîne cette année.

Peu de grandes séries connues sont sorties de Comedy Central. Mais de nombreux programmes hybrides entre la série et le sketch show,  de séries réalités, de talk shows ont permis révéler des talents de la comédie. Il y a eu  Jon Stewart, qui a commencé en présentant des clips shows sur la chaîne avant de reprendre le talk show le Daily Show. Il y a eu aussi Dave Chappelle (Chappelle’s Show) Sarah Silverman (The Sarah Silverman Program, la vraie-fausse histoire quotidienne d’une comédienne), Amy Poehler (Upright Citizens Brigade) Thomas Lennon (Reno 911), Stephen Colbert (The Colbert Report), John Oliver (maintenant sur HBO) et plus récemment des talents comme Amy Schumer (« la future reine de la comédie américaine » pour Vanity Fair), Chris Hardwick, Adam Devine, Nick Kroll (Kroll Show) ou Andy Daly (Review).

Offrir une plateforme pour développer l’identité d’auteurs et pour se singulariser des autres chaînes comiques : une idée que Comedy Central s’acharne à suivre depuis 1997 avec plus ou moins de succès. Mais plutôt plus que moins (nous aussi on tente des blagues). C’est encore la présidente de la chaîne, Michelle Ganeless, qui résume le mieux le caractère unique de cette chaîne : « Nous n’avons jamais voulu ne faire de la comédie que  pour le plus grand nombre » (“We have never wanted to be all comedy to all people”). Les chaînes françaises rechignent souvent à investir dans l’humour car « c’est segmentant », Comedy Central prouve que la route du succès est pavée de segments drôles.

Partager