San Diego Comic-Con : Helix, premières impressions

San Diego Comic-Con : Helix, premières impressions

Après le panel Defiance saison 2, très animé et en présence de tout le cast, SyFy dévoilait vendredi dernier les premières images d’une de ses séries-évènement de 2014, Helix. Pourquoi évènement ? Il s’agit du retour à la télévision de Ronald D. Moore, quatre ans après la fin de Battlestar Galactica. Cette heure a été assez avare en informations réellement probantes, mais on a eu une petite idée de l’ambition de l’équipe.

Qui est à la manœuvre ? À l’origine de Helix, le script de Cameron Porsandeh, qui, il y a deux ans, était encore un employé de la réserve fédérale américaine. Son script a attiré l’attention de Ronald D.Moore, qui va donc l’épauler pour ces 13 épisodes. Ce dernier s’offre aussi les services de l’émérite Steven Maeda, qui sera showrunner de la série (Pan Am, Lost, X-Files, CSI : Miami).

Avec qui ? Pour le moment, peu de casting a été annoncé, la production devant commencer sous peu. On sait que Billy Campbell (Once & Again, The 4400) tiendra le rôle principal, Hiroyuki Sanada (Sunshine) a été annoncé (pendant ce panel) dans un rôle de méchant, et Jordan Hayes sera une scientifique peu expérimentée appelée dans la base de l’Arctique où se déroule l’action (l’endroit exact ne sera pas spécifié dans la série). David Slade (30 Days Of Night, et surtout Hannibal) réalisera le pilote.

Qu’a-t-on appris ? Helix est un thriller autour d’une crise sanitaire liée à la propagation d’un virus particulièrement dangereux, dans une base scientifique de l’Arctique. Présent lors du panel, le responsable du développement des séries de SyFy, Mark Stern, a dit que « le script était réellement imprévisible. Cette série est l’occasion pour la chaîne de revenir à ses racines, aux côtés d’autres commandes de miniséries et de dramas centrés autour des personnages ». Ronald D.Moore a ajouté que « les choses tournent au vinaigre assez rapidement, ce qui s’ajoute au huis-clos de la base de l’Arctique. Nous souhaitons maintenir la tension à un haut niveau. » Si peu a été dit sur le personnage de Billy Campbell, Moore dit que « c’est le personnage le plus intéressant, avec un passé compliqué, dont les limites vont être testées avec cette situation ». Le personnage de Hiroyuki Sanada est le chef de leur base, qui « dicte sa propre loi dans la base ». Chaque épisode se déroulera sur 24 heures.

Ronald D. Moore

La réalisation et la construction visuelle de Helix vont être « très léchées, en montrant les dernières technologies », promet Steven Maeda. « La base est composée de niveaux les uns en dessous des autres. » Même si le style « caméra à l’épaule », prédominant dans certaines scènes de Battlestar, est plus ou moins écarté, Maeda a appelé la mise en scène Kubrick-ienne. Vu la patte visuelle très forte de David Slade, nul doute que Helix héritera de sa nervosité et de plans très sensoriels, vifs et tranchants. Le teaser que l’on a vu donne un aperçu de l’ambiance, calquée sur des films comme Alerte ! Dans ladite base apparemment désertée, le silence règne, avec seulement le son du conduit d’aération. Plusieurs scientifiques gisent inanimés. Le pied de l’un d’eux empêche les portes coulissantes d’un espace de décontamination de se fermer. Un autre en combinaison de protection agonise. À travers elle, on voit qu’il crache du sang. Nous apercevons alors, à travers le conduit d’aération proche, deux yeux globuleux et jaunes le fixer. Ils appartiennent à un sujet probablement infecté…. Ou quelque chose d’autre.

http://youtu.be/VPeV9FfSaoU

Malgré ce que vous voyez dans le trailer, pas question de reproduire l’Huile Noire s’infiltrant partout de X-Files. « Nous nous concentrons vraiment sur les personnages, et les raisons qui les amènent à vivre dans un endroit comme celui-là. Nous n’aurons pas vraiment de grosses scènes d’action, tout se concentre sur les personnages et leurs conflits ». D’ailleurs, Ronald D.Moore rappelle que la création des Cylons comme Numéro 6 était née de manque de moyens financiers et d’une envie narrative de savoir les raisons pour lesquelles un robot choisirait de ressembler à un humain. Cameron Porsandeh a teasé la relation entre deux personnages de la série, « qui se retrouvent dans cette espèce de boîte à sardines et sont obligés de travailler ensemble au milieu de cette crise alors qu’ils étaient séparés depuis des années et que cela s’est mal terminé entre eux ». Enfin, la première saison de Helix a plus un esprit de minisérie, et Steven Maeda a promis de conclure autant d’éléments que possible avant la fin de la saison 1. Au fait, le titre Helix ? C’est un titre à double sens, le deuxième devenant clair au fur et à mesure de la saison 1.

Partager