Séance de rotoscopie (Undone / Amazon Prime)

Séance de rotoscopie (Undone / Amazon Prime)

Note de l'auteur

Kate Purdy et Raphael Bob-Waksberg (Bojack Horseman) remettent au goût du jour la rotoscopie pour un récit aussi élégant que pertinent.

L’image ci-dessus a peut être aimanté votre regard alors qu’il scrollait nonchalamment l’écran. Il faut dire qu’il y a quelque chose d’immédiatement fascinant avec Undone et pas uniquement du fait de son procédé mais plus généralement pour son travail formel (notamment la délicate palette de couleurs utilisée). Indépendamment de ses valeurs intrinsèques, on a rapidement la certitude qu’Undone est une oeuvre singulière.

Le procédé d’animation en question n’est pourtant pas spécifiquement nouveau. Vous avez peut être en tête le long métrage A Scanner Darkly de Richard Linklater (qui date de 2006), auteur aussi de Waking Life (2001). Linklater avait fait appel au Minnow Mountain Studio, lequel est également partie prenante pour Undone. La rotoscopie consiste en effet à reprendre des séquences filmées pour les traduire en illustrations animées. Il y a bien sûr des outils très efficaces désormais pour réaliser cette transition vers l’animation mais ne vous y trompez pas, après la conversion, un véritable travail d’artiste s’opère, de peintre même.

C’est justement le cas d’Hisko Hulsing, artiste néerlandais très complet qui s’était notamment fait remarquer avec deux courts métrages (Seventeen en 2004 et Junkyard en 2012). Si vous n’êtes pas spécialement féru.e d’animation, vous aviez peut être déjà découvert son travail par le biais du documentaire Kurt Cobain: Montage of Heck de Brett Morgen dans lequel il réalisait plusieurs séquences inspirées illustrant la vie du chanteur. Pour Undone, Hulsing sublime le caractère parfois abrupt du rotoscope, lui donne une légèreté très sensorielle et imprime une esthétique toute personnelle en se réappropriant totalement les décors.

On devine que le travail d’Hulsing avait d’emblée convaincu le duo Kate Purdy / Raphael Bob-Waksberg. Alors qu’ils travaillaient sur les débuts de Bojack, les deux scénaristes cherchaient déjà le bon vecteur pour adapter un récit surréaliste avec un point de départ librement inspiré de la vie de Purdy. Elle y retranscrit ainsi ses origines au Texas, notamment autour de San Antonio, et son enfance au Mexique via le choix d’une héroïne Latinx interprétée par Rosa Salazar.

Alma est une jeune femme en pleine crise existentielle qui est sujette à des altérations de perception suite à un accident de voiture. Ces “épisodes” lui permettent d’entrer en contact avec son défunt père qui tente alors de la convaincre d’enquêter sur sa mort, suspecte, selon lui.

De toute évidence, l’animation ici déployée sert idéalement le basculement entre les multiples perceptions d’Alma. Elle permet de créer un décalage onirique idéal pour représenter ces sensations. 

Néanmoins Purdy et Bob-Waksberg ne délaisse pas cet aspect de leur récit aux seuls artifices graphiques et découpe l’introduction de leur personnage avec plusieurs effets de narration bien sentis.
Surtout, au delà du magnifique travail d’Hulsing, le talent de Salazar n’est en rien masqué par la rotoscopie. Elle délivre une performance sincère et à fleur de peau qui déteint durablement sur la rétine.

Après avoir vu trois épisodes (de 22-23 minutes environ), le résultat est flamboyant. Une belle réussite qui mérite le plus actif des bouche-à-oreille !

UNDONE (Amazon) saison 1 en 8 épisodes
disponible sur Prime Video dès le 13 septembre.
Série créée par Kate Purdy et Raphael Bob-Waksberg
Série réalisée par Hisko Hulsing.
Avec Rosa Salazar et Bob Odenkirk.

Visuel © Blumhouse TV.

Partager