Série Series 2014 : les séries espagnoles, teen horror et apocalypse (par Déborah Gay)

Série Series 2014 : les séries espagnoles, teen horror et apocalypse (par Déborah Gay)

Le Daily Mars a pu assister jeudi 3 juillet à la diffusion d’une vingtaine de minutes de deux séries espagnoles. S’il y a des idées, les moyens restent largement en dessous des espérances, donnant un côté agréablement kitsch et surtout décalé aux projets. Ce qui n’est pas sans rappeler La Trilogie du Samedi Soir de M6.

La Fuga  : quand Dark Angel rencontre Prison Break

La_fuga… ça, c’est la version positive de la critique.

Dans un futur où les ressources pétrolières ont disparu, les gouvernements sont devenus des dictatures et les rebelles sont enfermés avec d’autres prisonniers de droit commun. Leurs prisons sont aménagées sur des plateformes off-shore. Le mari d’Anna, Daniel, est enfermé là depuis plus de cinq ans. Elle décide de devenir gardien de prison pour le faire sortir.

Anna est belle, elle sait se battre, et elle est amoureuse. Daniel est beau, se bat pour la justice, et garde précieusement la photo d’Anna. En prison, ily a beaucoup de méchants, autant parmi les prisonniers que les gardiens. La série est un peu caricaturale mais possède un charme certain. Déjà, parmi les prisonniers, il y a un couple mixte, noir et blanc, et c’est assez rare pour être souligné. D’ailleurs (ambiance de prison oblige ?), c’est l’une des rares séries avec de multiples personnages qui ne sont pas blancs.

Après, ça ne révolutionne pas la télévision, l’histoire n’est pas à tomber par terre, mais ça reste divertissant. La rythmique et le montage permettent de ne pas non plus s’ennuyer, en tout cas dans le pilote.

Angél O Demonio  : Charmed rencontre l’amour
ngel-o-demonio

Le Kitsch, c’est… chic ?

Valeria est une adolescente comme les autres. Sauf qu’un jour, sur suggestion d’un démon, elle tue ses parents. Ils ne voulaient pas qu’elle aille en soirée. Heureusement, un ange, Natael, lui annonce qu’elle est une Malak. Un ange qui va devoir s’entraîner dur en suivant les recommandations d’un livre recouvert de velours violet. Et en échange, il ressuscite ladite famille.
Que dire, sinon que c’est sans doute un sommet de kitsch. L’apparition de l’ange, musique emphatique à l’appui, est un monument. Est-ce de la poussière ou de la neige qui vole dans le ciel, alors qu’il retire la capuche qui couvrait son beau visage ?

La série pourrait être sérieusement neuneu, si, Dieu merci (?!), Valeria n’avait pas tué ses parents, ce qui reste une scène d’ouverture assez frappante pour une teen série. Après, ça reste quand même bien cliché.

Là où Charmed (un livre, des pouvoirs, une vie changée à jamais) prenait le pari de présenter trois femmes fortes, Angél o Demonio nous montre dans le pilote Valeria, tentée par une démone (qui en plus essaye de lui rouler une pelle, la raclure !), et sauvée par un mentor masculin.

Bon, la série, de par son côté très kitsch (oui : on insiste) pourrait cependant trouver grâce aux yeux de certains. Qui plus est, elle ne reste pas désagréable pour autant. Juste un brin datée.

Partager