Série Series : Gros plan sur la rencontre Peaky Blinders (Royaume-Uni)

Série Series : Gros plan sur la rencontre Peaky Blinders (Royaume-Uni)

Peaky_BlindersSuccès marquant de la saison qui vient de s’achever en Angleterre, la série de Steven Knight a emballé les festivaliers qui ne l’avaient pas encore vue. Et son équipe, emmenée par Caryn Mandabach, a séduit les autres lors de l’étude de cas.

C’est quoi, cette série ?

En 1919, à Birmingham, soldats, révolutionnaires politiques et criminels combattent pour se faire une place dans le paysage industriel de l’après-Guerre. Parmi eux, il y a Thomas Shelby, membre des Peaky Blinders. Un homme qui a compris que, si le crime paie, le business, lui, est encore plus rémunérateur…

Qui était à l’étude de cas ?

Caryn Mandabach (productrice exécutive de la série, elle est Américaine et à une looooongue carrière à son actif : elle a produit le Cosby Show, Grace Under Fire ou encore That 70’s Show), était entourée de Jamie Glazebrook (producteur exécutif), Grant Montgomery (en charge de la production Design) et deux personnes en charge de l’illustration musicale de la série : Martin Phipps et Ruth Barrett.

Ce que l’on a retenu de cette rencontre

1. Les Peaky Blinders ont vraiment existé. Et ils ont bel et bien fait parler d’eux après la Première Guerre mondiale. C’est en 2009 que Steven Knight est allé voir les producteurs de la série pour évoquer ce projet. Un projet qui, selon Jamie Glazebrook, l’a sans doute habité depuis toujours.

2. Une véritable vision d’auteur. Ce qui a fait la force du projet Peaky Blinders au moment de vendre la série, c’est la précision avec laquelle son créateur l’a pitché à ses interlocuteurs. Il a notamment esquissé une présentation très précise de la ville qu’il voulait décrire dans la série.

3. Un projet dans l’air du temps. Lorsque le projet est né, il était aussi et surtout en résonance avec la crise financière. BBC Two a très vite été emballée par le projet. Ses responsables n’ont effectivement émis qu’une demande importante : que le personnage de Sam Neill fasse plus tôt son apparition dans l’histoire. « Les chaînes britanniques seraient-elles plus flexibles que les autres ? » , a-t-on demandé dans l’assistance. « Ça dépend de qui l’on est », ont répondu les intervenants.

4. Des chiffres sur Peaky Blinders. Il a fallu près de six mois à la production pour rassembler le budget de la saison. Une somme de 1,1 million de livres (plus de 1,26 million d’euros) a été allouée au tournage de chaque épisode.

Partager