• Home »
  • Série Séries »
  • Série Series : Rencontre avec Christian Wikander (Suède), directeur de la fiction de la SVT (par Déborah Gay)
Série Series : Rencontre avec Christian Wikander (Suède), directeur de la fiction de la SVT (par Déborah Gay)

Série Series : Rencontre avec Christian Wikander (Suède), directeur de la fiction de la SVT (par Déborah Gay)

Christian Wikander. Photo Carl-Johan Söder/SVT

Christian Wikander. Photo Carl-Johan Söder/SVT

Real Humans ou Bron/Broen, deux brillants succès de la télé européenne. Deux grosses séries diffusées par  SVT surtout. Christian Wikander est le directeur de la fiction la chaîne publique suédoise. Invité à Série Séries, ce dernier est venu présenter ses méthodes de travail, qui reposent sur deux piliers : rigueur et innovation.

1. Le petit dictionnaire de la SVT

Selon Christian Wikander, pour lancer une série, il faut d’abord être clair. Clair sur les mots et clair sur les histoires. Ainsi, il faut connaître de manière chirurgicale quel est le sujet d’une série. Et quel est son thème. Il faut aussi connaître un certain nombre de notions.

Le « sujet », c’est être capable de définir en peu de mots de résumer une histoire. Il faut pouvoir la définir de façon courte et concise.

Le « thème », lui, est plus général (comédie romantique, vengeance…)

Les « crux moves » : c’est un peu le défi du processus de création de série. Pour la SVT, c’est surtout celui de la transparence. Il faudrait autant parler en bien et conseiller des séries des chaines concurrentes sur leur fil Twitter qu’inviter les auteurs lors des phases de développement marketing de leur série.

La « glocality » : les histoires doivent montrer une dynamique en même temps locale et mondiale. «Ainsi la série Borgen n’est pas seulement une histoire d’une femme politique danoise, c’est aussi le thème universel de ce que doit payer une femme pour réussir sa carrière » explique-t-il.

2. Innover : faire venir des dessinateurs lors des discussions

Pour définir la vision d’une série, il ne faut pas seulement faire des comptes rendus. Christian Wikander a invité une designeuse graphique dans les phases de finalisation d’un projet, avant présentation aux responsables éditoriaux. « Nous définissons une série, nous parlons, nous écrivons. Mais nous travaillons pour un média » explique le directeur de la fiction.

« L’image devient un outil, en même temps pour voir nos idées sur papier, les idées que nous avons, mais aussi pour les présenter aux autres. Le designer nous interrompt, nous demande si notre idée est plutôt comme ci ou comme ça, si une atmosphère que nous voulons sombre est plutôt grise ou noire et nous permet de mieux définir nos attentes ».

3. Et l’avenir ?

Alors, dans les nouvelles venues de SVT, deux séries sont particulièrement chères au cœur de Christian Wikander. La première est un thriller politique, où la Suède doit faire face pour la première fois à une cellule terroriste d’extrême droite, sur fond de fermeture des frontières européennes. Il s’appelle Eye Blue, en référence à une expression suédoise : quelqu’un qui les « yeux bleus » est comparé à un « aryen ». La seconde est une série mélangeant crime et histoires fantastiques : elle s’appelle Joordskott.

Quant aux séries qui ne sont pas encore en boite, Christian Wikander est maintenant à la recherche d’histoires d’amour : « Pour le moment en Scandinavie, nous avons encore beaucoup de polars. Il faut absolument proposer des choses différentes et plus variées. Des histoires d’amours, heureuses, ou non, des histoires comiques ou pas… Il manque pour le moment ce genre de séries à la télé, et c’est notre rôle d’innover et de proposer de l’amour à la télé ».

Partager