• Home »
  • Série Séries »
  • Série Séries 2014 : The Wrong Mans, entre humour anglais et film d’action (par Déborah Gay)
Série Séries 2014 : The Wrong Mans, entre humour anglais et film d’action (par Déborah Gay)

Série Séries 2014 : The Wrong Mans, entre humour anglais et film d’action (par Déborah Gay)

wrong_mans_1The Wrong Mans, c’est l’histoire de Sam et Philippe, deux hommes d’une trentaine d’années à la vie plutôt banale, et qui se retrouvent au milieu d’une affaire de kidnapping. Leur but ? Se sortir d’une situation compliquée. Le problème ? Plus le temps passe, moins les choses sont simples.

C’est très rafraichissant de voir sur nos écrans une série dans laquelle l’humour ne repose pas uniquement sur les dialogues. Ici, les situations tiennent une place de choix. Dès le début, on comprend que, dans The Wrong Mans, quelle que soit la gravité de la situation, le téléspectateur doit surtout s’attendre à ce que, même dans les moments a priori les plus sombres, un gag retourne la situation.

Kidnapping, baston, chutes… quand les héros sont face à un problème, il y a toujours des portes de sortie pour leur permettre d’avancer. Les corps partent en vrille, le mobilier se casse, l’ex-petite amie arrive au moment le plus inopportun possible… dans The Wrong Mans, les rebondissements s’enchaînent à vitesse grand V. Et si les auteurs n’ont pas peur de l’humour gras, les deux héros principaux n’en demeurent pas moins attachants.

Une image léchée, des personnages bien pensés

Sam et Philippe ou les membres de la mafia peuvent parfois en faire trop, mais on ne tombe pour autant pas dans la caricature totale à la Austin Powers. Ne serait-ce que parce que Sam (le petit) a un caractère plus posé que celui de son acolyte, Philippe. L’image est propre  et de vrais moyens sont également mis en œuvre. Aussi bien du côté des cascades (il y aurait un hélicoptère dans les épisodes à venir, mais chut !) que dans le jeu des acteurs, (Mathew Baynton et James Corden), qui est de qualité. Après, pour apprécier The Wrong Mans, il faut aimer les situations absurdes à la Mr. Bean et l’humour plus lourd. Mais ce n’est pas vraiment un problème.

Point innovant, côté production : les six épisodes de trente minutes ont été diffusés en Angleterre sur la BBC et en intégrale sur le site de streaming légal Hulu aux Etats-Unis, pour une coproduction anglo-américaine et multi-supports.

Partager