• Home »
  • SÉRIES »
  • Séries Mania, saison 4 : un mercredi avec David Chase, Tom Fontana et Lena Dunham
Séries Mania, saison 4 : un mercredi avec David Chase, Tom Fontana et Lena Dunham

Séries Mania, saison 4 : un mercredi avec David Chase, Tom Fontana et Lena Dunham

Lena Dunham, créatrice de Girls.

La seconde projection consacrée à la série documentaire Showrunners proposait ce mercredi un enchaînement assez étonnant : David Chase (Les Soprano), Tom Fontana (Oz) et Lena Dunham (Girls). Trois visages, trois parcours et trois façons de penser qui montrent bien en quoi le poste de showrunner est vraiment à part.

Petit aveu, pour commencer : si vous enfermez un rédacteur du Daily Mars dans une salle obscure pour lui diffuser des épisodes de la série de portraits réalisée par Viriginia Vosgimorukian et Anthony Dubé dans le cadre de la série Showrunners, à la fin de la projection, il n’aura qu’un mot à la bouche. « Encore ! ».

Après une première projection mardi, au cours de laquelle DB Weiss et David Benioff (Game of Thrones), Michael Patrick King (Sex & The City) et David Chase (The Soprano, première partie) étaient à l’honneur, le festival Séries Mania remettait le couvert ce 24 avril en présentant trois nouveaux épisodes : la seconde partie du documentaire consacré à Chase, et deux autres dédiés à Tom Fontana et Lena Dunham.

Chaque épisode répond adroitement à une question : comment un scénariste producteur, dépositaire de tout un univers créatif, gère-t-il le fait que tout passe par lui ? Pour répondre à cette question, chacune des personnes interrogées ne dit pas seulement comment elle travaille : elle dit aussi qui elle est. Quelle est sa nature profonde.

Prenez David Chase. Le double-épisode qui lui est consacré est fascinant : on découvre comment un scénariste jusqu’au-boutiste, toujours en train de traquer le moindre détail (des dialogues au montage, en passant par les effets sonores) a toujours tendu vers un rendu optimal pendant six saisons. Plus fort encore : derrière son apparence « Droopyesque », on se rend compte que l’homme cherche l’émotion. Il veut retrouver ce qui permet de s’émerveiller. Comme quand on était tous enfants, lui en premier.

Tom Fontana, le père de Oz.

Tom Fontana, lui, est tout aussi investi dans le processus créatif de ses séries. Mais la dimension collaborative tient une autre place dans la façon dont il conçoit ses projets. L’épisode qui lui est consacré le montre très bien d’ailleurs : on redécouvre – ou découvre si on l’ignorait encore –  que le père de Oz et producteur d’Homicide aime transmettre, partager son savoir. De Julie Martin (Homicide, New York Section Criminelle) à David Simon (The Wire) en passant par Bradford Winters (Oz), il a mis le pied à l’étrier à de nombreux scénaristes de grand talent. Et il aime laisser de la place aux réalisateurs pour travailler dans une logique d’équipe.

A l’autre bout de la chaîne (et de la projection), il y a Lena Dunham. La créatrice, scénariste, réalisatrice et showrunner de Girls. Une femme de 26 ans qui a appris à une vitesse vertigineuse les impératifs du showrunning. Vous trouvez sa série prétentieuse ? Pas sûr que l’épisode qui lui est consacré vous ait réconcilié avec elle. Lena sait ce qu’elle veut, et elle veut tout faire. Tout gérer. Remarquablement bien entourée (de Jenni Konner à Illene S. Landress en passant par Judd Apatow), elle possède une qualité cruciale : une vraie capacité à s’adapter et à enregistrer les conseils qu’on lui donne. C’est d’ailleurs ce qui lui permet de progresser très vite. Et de prendre cette assurance qui séduit les uns et rebute les autres.

Trois épisodes une nouvelle fois très riches. Trois épisodes qui donnent envie de ne dire qu’une chose. Encore.

Partager