Les séries mésestimées : Party of Five [La vie à 5] (1994/2000)

Les séries mésestimées : Party of Five [La vie à 5] (1994/2000)

Note de l'auteur

Connue ici sous le nom de La Vie à Cinq lors de sa programmation sur M6, la série remporta un certain succès – avant que la chaîne ne rattrape la diffusion américaine, et ne soit forcée de la suspendre. Loin des yeux, loin du cœur : M6 n’arrivera jamais à relancer Party of Five et les derniers épisodes ne seront diffusés que sur le câble.L’anecdote est révélatrice d’une série trop vite oubliée – dont l’édition en DVD s’est aussi stoppée en plein milieu faute de ventes.

Dans la catégorie teen-show, Party of Five souffre d’un problème clair. Ce n’est pas une de ces création hyper-commerciales à la BeverlyHills 90210 (c’est pour accompagner ce soap Spelling sur sa grille que la Fox avait commandé la série) mais elle n’a pas non plus le cachet ‘‘série d’auteur’’ d’un My So-Called Life. Dans cet entre-deux, elle a tenté de trouver un équilibre qui lui a permis de dépasser les 19 petits épisodes d’Angela, mais pas d’atteindre la notoriété de « 90210 », ce qui a sans doute participé à ce qu’elle soit négligée.

Il serait pourtant dommage de passer outre la sensibilité et la qualité d’émotion dont faisait preuve ce mélodrame sensible et délicat, porté par une distribution dont on croyait véritablement qu’ils auraient pu être frères et sœurs – et qui se révéla vite d’untrès haut niveau général (Lacey Chabert, Neve Campbell et un jeune Matthew Fox, qui pleurait déjà comme personne, en tête).

Les Salinger sont cinq frères et sœurs de San Francisco, que nous découvrons dans le Pilote six mois après la mort de leurs deux parents, tués par un chauffard ivre. Le plus âgé est Charlie (Fox) et comme il est majeur, il est devenu le tuteur de ses frères et sœurs, ce qui leur a évité d’être placés séparément dans des familles d’accueil. Mais Charlie a le plus grand mal à assumer ses responsabilités, et le vrai chef de famille, c’est Bailey, 16 ans. Julia a quinze ans, Claudia onze, et le petit dernier, Owen, est un bébé de tout juste un an. Party of Five suit au fil de six saisons leur vie quotidienne, avec un réalisme social assez fort, et les défis et obstacles qu’ils doivent affronter.

Bien sûr l’avalanche de drames qui a frappé la famille au fil des six saisons n’était pas vraisemblable dans son accumulation – mais on pourrait en dire autant de quasiment toutes les séries. Reste que presque toutes les intrigues étaient individuellement d’une grande justesse. Les créateurs Amy Lippman et Christopher Keyser nous communiquaient leur amour profond pour leurs personnages – sans jamais négliger leurs failles, sans avoir peur de les montrer parfois faibles ou même méchants ou cruels.Les Salinger n’en sont dès lors que plus attachants.

Aujourd’hui encore, me reviennent des moments comme le mariage avec Kristen annulé le jour de la cérémonie par Charlie (deuxième saison), ou encore à la tentative maladroite et désespérée de la famille de forcer Bailey à affronter son alcoolisme (troisième saison) qui se termine par une scène déchirante dans laquelle Bailey rejette sa jeune sœur Claudia qui venait pourtant de lui avouer qu’il était son frère préféré. Ces quelques épisodes exceptionnels étaient des pivots dramatiques autour desquels s’articulaient des saisons entières. En effet, notamment après le succès de l’épisode de la première saison « Thanksgiving » où les Salinger étaient confrontés à la libération conditionnelle de l’homme qui a tué leurs parents, Lippman et Keyser vont prendre l’habitude de structurer leurs saisons autour d’un grand thème, particulièrement mis à jour lors de ces épisodes exceptionnels. C’est l’alcoolisme de Bailey dans la saison 3, le Cancer de Charlie dans la quatrième, ou encore la relation de Julia avec un homme violent dans la cinquième.

Cette structure qui maximise l’efficacité de la série et son intensité émotionnelle, sans rien sacrifier de sa justesse (du moins si on passe outre l’effet cumulatif) va permettre à Party of Five de devenir sur le tard un petit succès pour la Fox, après deux premières saisons où elle avait été portée à bout de bras par la critique (la presse étrangère lui avait attribué le Golden Globe de la meilleure série en janvier 1995) et le soutien du patron des séries de la chaîne. Elle permet aussi de maintenir en parallèle un aspect plus chronique, centré sur le décalage de ces personnages forcés de supporter des responsabilités d’adulte alors qu’ils ne sont pas encore sortis de l’adolescence.

Alors si « Party of Five » est un peu passée aux oubliettes de l’Histoire des séries, nombre de ses grands moments sont gravés dans les mémoires de ceux qui ont partagé ces moments d’émotion intenses et vrais.

PARTY OF FIVE (LA VIE A CINQ) (FOX)

Créée et showrunnée par Christopher Keyser et Amy Lippman

(142 épisodes diffusés de septembre 1994 à mai 2000)

Avec : Scott Wolf (Bailey), Matthew Fox (Charlie), Neve Campbell (Julia), Lacey Chabert (Claudia)…

Partager