• Home »
  • SÉRIES »
  • #SériesMania “(pour) rester dans votre cœur” Julianna Margulies
#SériesMania “(pour) rester dans votre cœur” Julianna Margulies

#SériesMania “(pour) rester dans votre cœur” Julianna Margulies

De mémoire de festivalier, bien peu de personnalités reçues à Séries Mania n’avaient été accueillies avec une telle ferveur. C’est une salve d’applaudissements massive et d’une chaude intensité qui a dévalé les rangs de la salle 500 du Forum des Images pour saluer une Julianna Margulies sincèrement touchée.
Interrogée par Pierre Langlais (Télérama), l’actrice d’Urgences et de The Good Wife est revenue sur une carrière où “le moindre clignement de l’œil a son importance” !

“J’aime l’art d’interpréter”
Avant d’accéder à la scène, Julianna Margulies ne se destinait pas à être actrice. Malgré une famille qui l’avait durablement exposé à l’univers artistique – Julianna était notamment entourée de ballerines, dont sa mère – elle avait choisi une carrière d’avocate. Mais durant ses études, alors qu’elle participait à une pièce de théâtre, elle a ressenti sur scène un fort “sentiment d’appartenance”. Sa vocation s’impose avec force. L’interprétation sera son métier. L’histoire retiendra que c’est dans un costume de gogo danseuse qu’elle fit ses premiers pas d’actrice.

Julianna est newyorkaise et le revendique. Suffisamment pour rendre l’exil pénible à long terme. Ses débuts sont modestes et l’obligent à concilier les auditions avec un emploi de serveuse à Brooklyn.
Et puis elle obtient son premier rôle à l’écran dans un film de Steven Seagal (Justice sauvage). Délocalisée à Los Angeles pour l’occasion, elle cherche ensuite à rentrer vers la grosse pomme dans les plus brefs délais lorsqu’arrive cette proposition pour un rôle dans un projet de série médicale. Julianna prend beaucoup de plaisir durant le tournage de ce pilote dont le cachet lui permet de surcroît de rentrer au bercail. Mais qu’importe finalement si la série convaincra la chaîne ou pas, son personnage meurt durant les derniers instants.

urgences_julianna-margulies_george-clooney

“Il faut que cela fasse déjà partie de vous”
Cette série située dans un hôpital de Chicago se nomme bien sûr E.R. ou Urgences chez nous. Et elle ne se fera pas sans elle car les producteurs (Steven Spielberg, Michael Crichton et John Wells, excusez du peu) prennent rapidement conscience que l’infirmière Carol Hathaway est un personnage prometteur notamment dans sa relation avec la star des débuts de la série de NBC, un certain George Clooney. C’est d’ailleurs ce dernier – dans la confidence de sa probable résurrection – qui se chargera de s’assurer qu’elle ne prenne aucun engagement entre temps.
Au sujet de l’acteur, Julianna ne tarit pas d’éloges. Elle précise combien elle s’est appuyée sur son expérience, mentionnant qu’avant Urgences, Clooney avait déjà derrière lui la bagatelle de quatorze pilotes à son actif ! On retrouve aussi dans ses mots la personnalité d’un acteur engagé qui lui apprit le respect des techniciens sur les plateaux de tournage, une “set étiquette” à laquelle elle s’astreint religieusement depuis.

La relation avec Clooney était forte et lorsqu’il quitte Urgences, Julianna prend conscience que son personnage, privé de son alter ego, n’a plus la même substance. Elle quitte donc la série médicale dès la saison suivante (s6).
Avant de trouver son second rôle emblématique, il va tout de même s’écouler neuf ans. Julianna reprend ses marques au théâtre mais n’oublie pas le format sériel. Et de préciser combien la scène et la caméra imposent un travail bien différent. Si la première est intransigeante sur la connaissance du texte, la deuxième oblige à une précision diabolique. Et Juliana de citer le savoir faire de Michael Caine (dans son livre Acting in Film) qui évoque l’importance du moindre “battement de paupière”.

the-good-wife_julianna-margulies

“Les femmes sont des soignantes, pas des sorcières”
Entre 2006 et 2007, elle campe le rôle de “Julianna Skiff “(ça ne s’invente pas) dans Les Soprano ! Au départ prévue pour une apparition, son rôle y sera étendu à quatre épisodes. De cette expérience, Julianna garde le souvenir des immenses talents de la série aux premiers rangs desquels on trouve David Chase (le créateur) et surtout James Gandolfini (Tony Soprano). C’est aussi ce seul moment de la rencontre où elle perd légèrement de sa prestance, lorsque Pierre Langlais évoque une interview dans laquelle elle avait fait part de son hésitation face à la série de HBO. Elle évoque alors avec réticence combien le caractère potentiellement dégradant de son personnage l’effrayait. Brièvement, elle laissera ainsi échapper les contours d’une personnalité puritaine, ce qui ne surprendra personne outre mesure.

À cela, on y opposera toutefois la militante du droit des femmes, fermement engagée contre la législation permissive sur l’armement dans son pays. Julianna embrasse totalement le rôle d’Alicia Florrick dans The Good Wife. Celui d’une femme d’homme politique bafouée et très directement inspirée du scandale impliquant Eliot Spitzer. Michelle et Robert King (créateurs de la série) vont lui donner un parcours emblématique de femme reprenant en main son destin face à l’adversité. Un rôle d’avocate pour lequel elle fut amenée à se défendre elle-même en premier lieu, “l’avocate de sa propre bataille”.

Et maintenant ? Quel personnage choisira Julianna Margulies ensuite ? Ce ne sera pas pour revenir dans The Good Fight (le spin-off de The Good Wife) en tout cas puisqu’elle y a refusé une apparition de plusieurs épisodes. Non, Julianna se verrait bien dans une Borgen qu’elle adore. N’y avait-il pas une adaptation américaine quelque part dans les tuyaux ?

La rencontre est à voir ou à revoir en vidéo en version doublée ou originale.

Visuels : E.R © NBC & The Good Wife © CBS

Partager